Gaza : Israël intensifie ses opérations à Khan Younès, où elle a enregistré sa plus lourde perte quotidienne depuis le début du conflit

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 26 janvier 2024 - 11:29
Image
Intensification des combats à Khan Younès
Crédits
AFP
Bombardement à Rafah, 25 janvier 2024.
AFP

MONDE - Des combats acharnés se sont poursuivis cette semaine à Khan Younès, dans la bande de Gaza. L’armée israélienne a intensifié ses bombardements et ses opérations dans ce nouvel épicentre du conflit, visant, mercredi, un refuge de l’ONU. Le bilan est de 12 morts et plus de 75 blessés, selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé ce jeudi 25 janvier 2024 que le nombre de personnes tuées par les attaques israéliennes dans l’enclave palestinienne s'élevait désormais à plus 25 700 morts. Tel-Aviv, qui a enregistré lundi dernier sa plus lourde perte quotidienne après la mort de 21 de ses soldats, maintient son rejet d’une solution à deux États, au moment où le Caire, Washington et Doha tentent une médiation pour parvenir à une nouvelle trêve. La décision de la Cour internationale de justice (CIJ) sur des mesures urgentes réclamées par l’Afrique du Sud, qui accuse Israël de “génocide”, sera rendue ce vendredi 26 janvier.

Depuis dimanche dernier, l’armée de Tsahal concentre son opération militaire, menée par le gouvernement depuis près de quatre mois, sur Khan Younès, principale ville du sud de Gaza. Les bombardements se sont intensifiés et des tireurs de précision ont été postés à de nombreux endroits. Israël affirme avoir "encerclé" la ville, appelant la population gazaouie à partir à Rafah, une ville située près de la frontière égyptienne.

Un camp de réfugiés onusien visé par une attaque

Lundi, l’armée israélienne a enregistré sa plus lourde perte quotidienne, après la mort de 21 de ses soldats. Il s’agit de réservistes morts dans l’effondrement d’un bâtiment qu’ils étaient en train de piéger. L’effondrement est attribué par le porte-parole de l’armée à un tir “ennemi” de lance-roquettes.

Mercredi matin, Tel-Aviv a affirmé avoir “éliminé de nombreuses cellules terroristes” en mobilisant “snipers, chars et forces aériennes”. Dans la même journée, deux chars ont ouvert le feu sur un refuge de l’ONU, faisant, selon un dernier bilan, 12 morts et plus de 75 blessés, dont 15 dans un état critique. L’annonce a été faite par Thomas White, directeur de l’UNRWA. Le refuge abrite 10 000 personnes à en croire James McGoldrick, coordonnateur spécial adjoint par intérim des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, qui a déploré “un autre incident dans lequel un bâtiment utilisé à des fins humanitaires est endommagé ou frappé”.

Philippe Lazzarini, commissaire général de l’UNRWA, a de son côté dénoncé “encore une fois, une violation flagrante des règles fondamentales de la guerre”, sans accuser formellement Israël. La Maison-Blanche a également réagi par la voix du porte-parole du Conseil de sécurité nationale, qui se dit “sérieusement préoccupé par les informations de frappes ayant visé un bâtiment de l’UNRWA”. Interrogée par l’AFP, l’armée israélienne affirme qu’un “examen complet des opérations des forces dans les environs était en cours”, excluant “une frappe aérienne ou d’artillerie” tout en évoquant la “possibilité” que le Hamas soit l’auteur de cette attaque.

Cette organisation, au pouvoir à Gaza depuis 2007, affirme jeudi que plusieurs centaines de personnes ont été tuées ces quatre derniers jours, dont 50 durant les dernières 24 heures. Le bilan total ne cesse de s’alourdir, pour atteindre au moins 25 700 morts et plus de 63 000 blessés. L’hôpital à Khan Younès ne fonctionne qu’avec 10 % de son personnel seulement et dans des conditions “inhumaines”. Le mouvement palestinien déplore une pénurie de médicaments, de nourriture et de carburant nécessaire à l’approvisionnement en électricité.

Le Caire, Washington et Doha tentent une médiation

Le personnel de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) décrit d’ailleurs une situation "catastrophique et indescriptible" dans les hôpitaux de la principale ville du sud de Gaza. En outre, près de 45 % des immeubles résidentiels de l’enclave auraient été détruits et seraient irréparables, précise la Banque mondiale.

Après le ministre britannique de la Défense, qui a appelé la semaine passée à une solution à deux Etats, c’est au tour de son collègue des Affaires étrangères, David Cameron, de réclamer au Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, que davantage de camions d’aide puissent entrer à Gaza et qu’une pause humanitaire “immédiate” était “nécessaire”, insiste-t-il.

L’Egypte, le Qatar et les États-Unis poursuivent leurs efforts diplomatiques pour aboutir à cette trêve. Le conseiller du président américain Joe Biden pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, se trouve au Caire pour évoquer une "pause" dans les combats et la libération des otages : "Je ne peux pas vous dire si et quand nous pourrons y arriver, mais les conversations sont très sobres et sérieuses pour essayer de mettre en place un autre accord sur les otages", a pour sa part expliqué John Kirby, porte-parole de la Maison-Blanche.

La participation du Qatar irrite Benjamin Netanyahou qui a qualifié, dans un enregistrement audio obtenu par une chaîne israélienne, la médiation qatarie de “problématique”, affirmant que Doha “finançait” le Hamas. Le Qatar s'est dit "consterné" par ces propos.

Le Premier ministre israélien n’a cessé de marteler que ni la pression diplomatique, “ni l’Axe du mal et la Cour internationale de justice” n’arrêtera l’offensive de son pays sur Gaza. LA CDJ a annoncé, mercredi, qu’elle rendrait ce vendredi 26 janvier sa décision concernant les mesures urgentes réclamées par l’Afrique du Sud contre Tel-Aviv, accusé de “génocide” des Palestiniens. La plus haute juridiction de l’ONU, qui siège à La Haye, pourrait ordonner à Israël d’arrêter son opération militaire.

À LIRE AUSSI

Image
Gaza Mehdi 22012024
Gaza-Israël : les combats acharnés se poursuivent au sud, Benjamin Netanyahou reste inflexible
MONDE - Israël accroît la pression sur le Hamas à Gaza. Des combats acharnés dans la principale ville du sud de l’enclave palestinienne, Khan Younès, se poursuivent. D...
22 janvier 2024 - 11:16
Politique
Image
Gaza 100e jour de guerre
Cent jours de conflit Israël-Hamas : Netanyahou affirme que “ni La Haye ni l’Axe du Mal” ne l’arrêteront
MONDE - Le conflit entre le Hamas et Israël dans la bande de Gaza est entré, dimanche 14 janvier 2024, dans son 100e jour. Selon un bilan de l’organisation palestinien...
15 janvier 2024 - 11:07
Politique
Image
Ministres Tribunes Monin Sayanim
France : une République de sayanim (2) ?
TRIBUNE - Les nominations récentes d’un Premier ministre et de ministres sont, sous un certain rapport, des anecdotes sans grand intérêt. Surtout qu’elles interviennen...
19 janvier 2024 - 17:28
Opinions

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.