Génocide arménien: "Nous n’oublierons jamais", assure François Hollande

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Génocide arménien: "Nous n’oublierons jamais", assure François Hollande

Publié le 24/04/2015 à 13:42 - Mise à jour le 25/04/2015 à 11:22
Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): JC
-A +A

Présent lors des cérémonies du centenaire du génocide arménien, durant lequel 1,5 million de personnes ont été tuées, le président français, accompagné d’une délégation de personnalités du monde politique et culturel, a livré un discours fort.

Plus de 60 délégations étrangères se sont retrouvées vendredi matin à Erevan, en Arménie, pour rendre hommages au 1,5 million de personnes tuées il y a 100 ans par les Turcs ottoman. Arrivé tôt juste après le conseil européen extraordinaire à Bruxelles consacré aux migrants en Méditerranée, François Hollande s’est exprimé "au nom de la France".

Au cours d’un discours fort, le président français a dit "s’incliner devant la mémoire des victimes". "Je viens dire à nos amis arméniens que nous n’oublierons jamais", a-t-il assuré devant un tribune remplie de chef d’Etat dont le président arménien, Serge Sarkissian et son homologue russe, Vladimir Poutine.

Accompagné d’une délégation d’une quarantaine de personnes du monde politique et culturel, comme le chanteur Charles Aznavour ou le musicien André Manoukian, François Hollande a voulu envoyer "un message de paix et de réconciliation".

Le président de la République a profité de ces cérémonies pour rappeler la situation actuelle, notamment concernant les Chrétiens d’Orient pour dénoncer "une entreprise méthodique et systématique d'éradication à l'œuvre" au Proche et au Moyen-Orient.

"La mémoire ne doit pas être utilisée pour séparer mais pour unir" a scandé François Hollande, qui a appelé à ce "que la frontière entre la Turquie et l'Arménie puisse se réouvrir prochainement". Il a dit se réjouir que "des mots importants aient été prononcés en Turquie" et a réaffirmé que "la France reconnait publiquement le génocide".

Une formulation que tous les chefs d’Etat ne semble pas partager. Si, jeudi, le président allemand, Joachim Gauck, a reconnu le génocide et admis "la coresponsabilité de son pays" dans ce massacre organisé, Vladimir Poutine a, lui, préféré parler de "tragédie meurtrière". "Rien ne peut justifier les massacres de masse", a lancé le chef du Kremlin, précisant que "la communauté internationale a le devoir de prévenir ces actes. Malheureusement, dans plusieurs endroits du monde, on voit apparaître des mouvements d’antisémitisme et néo-nazis". Une référence explicite à la situation ukrainienne.

Auteur(s): JC

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




François Hollande lors des cérémonies du centenaire du génocide arménien, le 24 avril.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-