La guerre du Sahel est perdue

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

La guerre du Sahel est perdue

Publié le 15/02/2021 à 17:31
© Daphné BENOIT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour FranceSoir

-A +A

Osons le dire ; la guerre du Sahel est perdue. Plus tôt on le reconnaîtra, mieux cela vaudra pour tout le monde.

Cette guerre est perdue, de l’aveu même du général François Lecointre, chef d’état-major des armées françaises. En décembre 2020, n’a-t-il pas déclaré « On a fait le tour du cadran (sic). Dès que je pourrai limiter le niveau d’engagement de mes armées, je le ferai ». Quand on s’attend à gagner une guerre, on ne dit pas qu’on a fait « le tour du cadran » – étrange expression, soit dit en passant - on n’envisage pas de limiter, voire de réduire le nombre de soldats engagés. Les lois de la guerre, que notre général en chef ne peut pas ne pas connaître, imposent de porter l’effort au maximum jusqu'à la victoire. Tant qu’elle n’est pas acquise, toute parole évoquant une limitation de l’effort ne peut être interprétée par l’ennemi que comme un aveu de faiblesse ; il ne lui reste plus, alors, qu’attendre que le fruit tombe de l’arbre pour le recueillir.

On se doute que notre grand Manitou militaire a d’autres préoccupations en tête : non la lointaine Afrique sahélienne, mais la toute proche Méditerranée toute bruissante de manœuvres marines, et il nous faut absolument éviter de devoir nous battre sur deux fronts, le second étant autrement plus sophistiqué et dangereux que la chasse aux djihadistes dans les sables du désert sahélien où nos soldats se déshabituent des équipements de combat les plus modernes.

Pour Emmanuel Macron, l’échéance présidentielle approche à grand pas, et il lui faut terminer le plus vite possible une guerre africaine de plus en plus impopulaire en France. Pour ne rien dire de la détestation qu’elle nous vaut sur place, et des inévitables bavures commises, sinon par nos propres troupes, du moins par nos « auxiliaires » africains. Un rapport des Nations unies (ONU), rendu à la mi-2020, considère que l’armée malienne, que nous portons à bout de bras, pourrait être coupable de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité ». Une nouvelle affaire rwandaise en perspective ?

Sans compter que nos soldats ne sont pas eux-mêmes à l’abri d’inévitables erreurs de tir, comme pourrait en témoigner la frappe du 3 janvier dernier à proximité du village de Bounti, dans la zone dite des « trois frontières » (Mali, Burkina Faso, Niger). C’est là que l’opération « Barkhane » concentre ses efforts depuis un an. Selon certains témoins, des bombes françaises se sont abattues sur un mariage et non sur des hommes armés. Ambiance !

Ce qui aggrave la situation, c’est que la France est bien seule dans ce combat désespéré. La force de maintien de la paix de l’ONU, dite Minusma, ne dispose, à l’heure actuelle, pour tout le Mali, que d’une poignée d’hélicoptères de transport. Quant à la force Tabuka (on se croirait dans un jeu de piste pour scouts impubères), elle est censée réunir des forces spéciales estoniennes, tchèques ou suédoises : jusqu'à maintenant, elle a réussi à envoyer sur place 400 soldats.

L’ennemi est en fait insaisissable. Il y a encore un an, en janvier 2020, lors du sommet franco-africain de Pau, Macron désignait l’organisation Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) comme notre ennemi principal au Sahel. Il paraît que « Barkhane » aurait réussi à lui infliger des pertes importantes. Soit ! Mais le relais a été pris par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaida, et ce sont eux, reconnaît-on qui nous causent le plus de pertes aujourd'hui. Quant aux têtes djihadistes dont de temps à autres nous faisons nos trophées, à grands sons de bulletins de victoire trompetés haut et fort, c’est mal connaître ce genre de guérilla pour ne pas anticiper qu’aussitôt coupées, ces têtes repoussent sous d’autres noms, d’autres sobriquets et d’autres acronymes.

Et ne nous parlez pas s’il vous plaît d’un développement économique qui serait généré par notre œuvre de « pacification ». Ce genre de bobard est obsolète depuis la guerre d’Algérie.

Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies, n’y va pas de main morte dans son dernier rapport trimestriel sur la situation au Mali, publié le 28 décembre 2020. Il y recense les très nombreuses violences de tous ordres auxquelles sont confrontées les populations civiles. « Les conditions de sécurité ont continué de se dégrader (…) en particulier dans le centre du pays (…). Dans le Nord, les groupes extrémistes violents sont restés actifs », remarque-t-il.

En un mot comme en cent, cette guerre est perdue parce qu'elle n’était pas gagnable. Souvenons-nous de François Hollande, alors président de la République, déclarant en février 2013 à Bamako (Mali) devant une foule en liesse : « "Je viens sans doute de vivre la journée la plus importante de ma vie politique". Saisi par le dieu Mars comme M. Le Trouhadec par la débauche, Hollande s’est laissé manœuvrer par la Grand Muette, en engageant la France dans une guerre une fois encore pour la civilisation, la démocratie, les droits de l’homme, et de la femme, et de l’enfant, sans mesurer la profondeur proprement africaine du piège dans lequel il nous faisait tomber. 

Auteur(s): Philippe Simonnot, journaliste pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La guerre du Sahel est perdue

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-