Le chef de l'OTAN veut permettre à Kiev d'utiliser les armes occidentales sur le territoire russe, une “provocation” pour Moscou

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 28 mai 2024 - 10:29
Image
Russie
Crédits
Gapon / AFP
Le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg
Gapon / AFP

Vers une autre escalade de la guerre en Ukraine ? Les “restrictions” imposées à Kiev par les fournisseurs d’armes occidentaux à ne pas lancer des attaques sur le territoire russe pourraient prochainement être levées. Le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, estime que “le moment est venu pour les alliés de l’Ukraine de réfléchir à la question de savoir” s’ils doivent autoriser de telles opérations avec du matériel fourni par eux-mêmes. La Russie, qui a annoncé début mai des exercices militaires nucléaires près de l’Ukraine, dénonce une “provocation” et avertit depuis le début du conflit son intention de frapper les cibles de l’alliance transatlantique si jamais ses missiles de longues portées atteignaient son territoire.  

La confrontation directe entre l’OTAN et la Russie se dessine peu à peu. “L’hystérie militaire” que favorisent, selon le Kremlin, les pays occidentaux et leurs appels depuis des mois à se préparer à un conflit armé direct avec Moscou, laisse place à un revirement des promesses officielles. Après les déclarations du président Emmanuel Macron à propos de l’envoi de troupes au sol ou encore, plus récemment, l’appel de l’Estonie dans le même sens, l’alliance transatlantique envisage la possibilité de permettre à l’Ukraine d’utiliser les matériels qui lui ont été fournis pour cibler le territoire russe. 

OTAN-Russie, un conflit inévitable ? 

Dans une interview accordée à The Economist, diffusée vendredi 24 mai, le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, exprime son accord avec les appels croissants au sein de l'alliance pour permettre à Kiev de cibler le territoire russe à l’aide de missiles ou toute autre arme occidentales. "Le moment est venu pour les alliés de réfléchir à la question de savoir s'ils doivent lever certaines des restrictions qu'ils ont imposées sur les armes données à l'Ukraine", estime-t-il.  

“Nous devons nous rappeler ce que c'est : une guerre d'agression. L'Ukraine a le droit de se défendre, y compris attaquer des cibles sur le territoire russe”, poursuit-il. Stoltenberg ajoute que “certains alliés ont déjà levé cette restriction à l'Ukraine pour lui permettre de frapper des cibles militaires sur le sol Russe, et je pense qu'il est temps pour les membres de l'OTAN de faire de même"  

Ce revirement s’explique, selon lui, par la situation sur le front, qui connaît une domination des troupes russes. Moscou mène une offensive d’envergure, avec des tirs d’artillerie accompagnés par des frappes aériennes. En outre, la Russie, vient de nommer un nouveau ministre de la Défense, et accélère la cadence dans la production d’obus d'artillerie, trois fois plus rapide que les alliés occidentaux de l'Ukraine et pour un coût trois fois moins cher, selon une analyse du consultant britannique Bain & Company.   

“Ce dont nous sommes maintenant témoins, démontre que ces restrictions doivent être levées, considérant que les batailles se déroulent actuellement à la frontière, spécialement dans la région de Kharkiv”, justifie-t-il. De son côté, Kiev, qui a déjà mené de nombreuses attaques de drones contre la Russie, multiplie les appels pour recourir à des missiles à longue portée comme l’ATACMS américain. 

“Irresponsable”, pour Moscou 

L’Ukraine, dit Jens Stoltenberg “peut très difficilement se défendre” si on lui “refuse la possibilité d'utiliser ces armes contre des cibles militaires légitimes sur le territoire russe”.  

Ces déclarations sont semblables à celles prononcées, quelques jours plus tôt, par Mike Johnson, président de la Chambre américaine des représentants. Le républicain ne juge pas la manière de faire de Washington. Mais “... pense que nous devons permettre à l'Ukraine de poursuivre la guerre comme elle l'entend”, explique-t-il, soulignant qu'”elle doit être capable de riposter”. 

La Maison-Blanche, comme d'autres pays européens comme l'Allemagne, se montrent toujours aussi réticents à lever les restrictions. Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken estimait lors d'un déplacement à Kiev le 15 mai, que cette décision revenait à l'Ukraine. “Nous n'avons pas à encourager ou favoriser les frappes hors d'Ukraine, mais au final c'est à l'Ukraine de prendre ses décisions sur la manière dont elle mène cette guerre”, a-t-il déclaré. 

Le Kremlin avertit depuis son invasion de l’Ukraine les alliés de Kiev quant à un quelconque usage de leurs armes sur son sol. Peu avant l’interview du chef de l’OTAN, la Russie qualifiait déjà ces appels de tentative de “hausser le niveau d’escalade”. “A Washington et dans plusieurs capitales européennes, certains essayent avec zèle de provoquer, de hausser sans cesse le niveau d'escalade. À cet égard, on peut qualifier leur position d'irresponsable”, a souligné le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.  

Face au soutien financier et militaire occidental, la Russie a annoncé début mai la tenue prochaine d’exercices nucléaires près de l’Ukraine, en réponse, entre autres, aux “déclarations belliqueuses”, essentiellement celles “qui évoquent l’envoi des contingents armés en Ukraine, c’est-à-dire placer des soldats de l’OTAN face à l’armée russe”. Moscou a par la même occasion menacé de frapper des “cibles britanniques” si jamais les missiles de longues portées fournis par Londres atteignaient son territoire.

À LIRE AUSSI

Image
finlande
Depuis son entrée dans l’OTAN en avril 2023, la Finlande ressent “une plus grande menace pour sa sécurité nationale”
Le “soulagement considérable” dont il était question peu après l’adhésion de la Finlande à l’OTAN laisse place à des inquiétudes dans les services de renseignements fi...
28 mars 2024 - 10:43
Politique
Image
Serguei
Remaniement en Russie : Vladimir Poutine nomme un économiste à la tête de la Défense, Sergueï Choïgou hérite du Conseil de sécurité
Un brin de changement dans le gouvernement russe. Le ministre Sergueï Choïgou quitte la Défense lors d'un remaniement inattendu, mené par Vladimir Poutine quelques jou...
14 mai 2024 - 15:00
Politique
Image
JP Morgan
Sanctions occidentales contre la Russie : Moscou confisque un demi-milliard de dollars à JPMorgan en guise de représailles
La guerre des actifs a commencé. Tandis que les pays européens étudient la possibilité de recourir aux avoirs russes gelés sur leurs territoires pour financer les aide...
30 avril 2024 - 09:46
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Blair
Tony Blair : de Bagdad à Davos, du caniche de Bush à un ersatz de Schwab
PORTRAIT CRACHE - Après avoir traîné son flair politique façon caniche de Bush sur les champs de bataille irakiens, Tony Blair, l'avocat devenu Premier ministre a su t...
15 juin 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.