Pegasus, le logiciel d’espionnage israélien au cœur d’un scandale diplomatique

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 21 juillet 2021 - 13:00
Image
Samsung présente mercredi son nouveau smartphone, le Galaxy S8
Crédits
© JUNG Yeon-Je / AFP/Archives
Un smartphone
© JUNG Yeon-Je / AFP/Archives

Une enquête publiée dimanche révèle qu’une dizaine d’États a mis sous surveillance les communications des politiques, journalistes, avocats et militants grâce au logiciel israélien Pegasus.

50 000 numéros espionnés dans 20 pays

C’est une affaire d’espionnage titanesque, impliquant une dizaine de pays et des milliers de victimes. Dimanche 18 juillet, l’organisation Forbidden Stories, en partenariat avec Amnesty International et des médias du monde entier a révélé que plus de 50 000 numéros de téléphones appartenant notamment à des politiques, des avocats, des militants et des journalistes issus de vingt pays étaient espionnés grâce à un programme informatique israélien appelé Pegasus.

D’après les informations mises à jour par le consortium, l’Arabie saoudite, les Émirats unis, l’Inde ou encore la Hongrie seraient impliqués dans ce vaste scandale en ayant fait appel à la société israélienne NSO, qui a développé Pegasus, pour espionner journalistes et dissidents. Le Maroc est l’un des les pays les plus zélés dans l’utilisation de Pegasus. D’après les données obtenues par Forbidden Stories, près de 10 000 cibles sur les 50 000 ont été ajoutées par le Maroc. Parmi ces dernières figuraient des Français, notamment Edwy Plenel, le fondateur de Mediapart et l’ancienne journaliste du Canard Enchaîné Dominique Simonnot. Des journalistes appartenant au Monde, au Figaro ou à l’Agence France-Presse et à France Télévisions ont aussi été espionnés. Au Mexique, un journaliste indépendant enquêtant sur les liens entre des politiciens locaux, un cartel et la police de l’État du Guerrero, a été assassiné quelques semaines après que son téléphone ait été piraté, à la demande du ministre mexicain de la Défense.

Comment fonctionne Pegasus ?

Fondé en 2010 par deux anciens chefs militaires israéliens, NSO propose depuis au moins 2016 ce logiciel d’espionnage aux gouvernements, officiellement pour « les aider légalement à faire face aux problèmes les plus dangereux », comme les crimes ou le terrorisme, se défend NSO sur son site Internet.

Dans les faits, pourtant, certains pays utilisent surtout ce logiciel pour espionner leurs opposants. Et prendre possession de leur téléphone est un jeu d’enfant pour NSO : l’envoi d’un simple message infecté contamine l’appareil, sans que son propriétaire ne s’en rende compte. Pegasus, qui fonctionne sur Android et sur iPhone, peut alors accéder à toutes les données de l’appareil : les photos, le calendrier, les contacts, les SMS, les coordonnées GPS, la caméra, les micros et même les échanges sur messagerie cryptée comme WhatsApp ou Telegram. « NSO Group n’a pas pris de mesures adéquates pour empêcher et freiner l’utilisation abusive de ses technologies », estime ainsi Amnesty International.

Lundi 20 juillet, Mediapart a annoncé déposer une plainte au sujet de l’espionnage des téléphones de deux de ses journalistes, Edwy Plenel et Lénaïg Bredoux. Une enquête a été ouverte ce matin par le parquet de Paris.

À LIRE AUSSI

Image
Un drapeau suisse flotte au-dessus du lac de Genève, le 5 octobre 2017
Moderna place les bénéfices des ventes de son vaccin dans les paradis fiscaux
Selon un rapport Oxfam, au moins neuf personnes sont devenues milliardaires depuis le début de la pandémie COVID grâce aux profits des sociétés pharmaceutiques en char...
19 juillet 2021 - 13:06
Politique
Image
Dans le laboratoire de virologie P4 de Wuhan, le 23 février 2017
Laboratoire de Wuhan : Comment des enquêteurs amateurs dévoilent au grand jour l'histoire de l’origine du virus et embarrassent les médias
Un article de Rowan Jacobsen de Newsweek paru mercredi 2 juin montre comment l’intelligence collective d’un groupe d’amateurs dévoile au grand jour l’histoire de l’ori...
03 juin 2021 - 14:37
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.