Présidentielles américaines : sans-faute de Donald Trump aux primaires républicaines avant le Super Tuesday

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 04 mars 2024 - 12:37
Image
Sans faute Trump primaires
Crédits
Saul Loeb / AFP
La victoire de Donald Trump à l’investiture républicaine ne fait plus aucun doute.
Saul Loeb / AFP

MONDE - La victoire de Donald Trump à l’investiture républicaine fait-elle encore l’objet d’un doute ? Dans la foulée de son succès en Caroline du Sud, l’ancien président a remporté samedi les caucus du Missouri, du Michigan et de l’Idaho, écrasant sa rivale, Nikki Haley. Le milliardaire poursuit toujours un sans-faute, à quelques jours du “Super Tuesday”, ce 5 mars. Il se hisse même à la tête des sondages en devançant Joe Biden, qui, confronté à l’épineuse question de l’immigration, a multiplié les bourdes en public. Pour rappel, l’actuel président des États-Unis est visé par une procédure de destitution. Les commissions parlementaires ont déjà interrogé son fils, Hunter Biden, accusé de fraude fiscale, de détention d’arme illégale et d’avoir profité de la position et de l'influence de son père pour conclure, entre 2009 et 2017, des opérations en Ukraine et en Chine. 

Le raz de marée Trump chez les Républicains se poursuit. Samedi, le candidat a gagné les primaires dans trois caucus (délégués élus pour désigner le candidat, NDLR) américains, le Missouri, le Michigan et l’Idaho. Dans le Michigan, où le système de nomination est hybride (primaire et caucus), l’ancien président a, selon la presse US, confirmé son avance en obtenant le vote de 39 délégués élus, après avoir déjà raflé 12 des 16 délégués du même État plus tôt dans la semaine.  

Les signaux au vert pour Trump, “alarmants” pour Biden  

Dans l’Idaho, où sa rivale Nikki Haley espérait réduire son retard, il a récolté 84,9 % des 32 délégués. L’ancienne ambassadrice de Washington auprès de l’ONU avait également peu de chance dans le Missouri, où Donald Trump a remporté tous les caucus organisés dans l’Etat. 

Après l’Iowa, le New Hampshire, le Nevada, la Caroline du Sud et ces trois nouveaux Etats, il se présente au Super Tuesday comme le grand favori de la course à l’investiture. Mardi 5 mars, 15 Etats et un territoire devront départager les deux candidats républicains. 

Nikki Haley, qui promet de ne pas jeter l’éponge, s'accroche grâce au soutien de donateurs et de militants souhaitant trouver une alternative à l’ancien président. Après sa défaite en Caroline du Nord, dont elle a été représentante au Congrès puis gouverneur durant six années, elle a été lâchée par l’un de ses plus importants donateurs, l'organisation Americans for Prosperity, qui a annoncé la suspension de ses financements.  

Si la primaire démocrate est une balade de santé pour son adversaire de 2020, Joe Biden, les soucis se multiplient ailleurs. L’état de santé de l’octogénaire est devenu un sujet qui ne peut plus être masqué. Ses déclarations hasardeuses ces derniers mois démontrent, pour ses opposants, qu'il est un homme âgé, sinon sénile.  

Vendredi dernier encore, Biden a confondu Gaza et l’Ukraine, en annonçant le largage d’aide humanitaire en territoire palestinien. Le mois dernier, Biden a confondu Emmanuel Macron avec François Mitterrand et a affirmé s’être récemment entretenu avec Helmut Kohl, ancien chancelier allemand décédé en... 2017. A cela s’ajoute son soutien inconditionnel à Israël dans la guerre à Gaza, que son électorat afro-américain et sud-américain lui reproche.  

Le président trébuche... sur le laptop de son fils  

Depuis mercredi, une autre affaire rend encore plus délicate sa campagne. Il s’agit de l’audition de son fils, Hunter Biden, dans le cadre d’une enquête de destitution le visant. Ce dernier est soupçonné par les républicains d'avoir mené des affaires douteuses à l'étranger, notamment en Chine et en Ukraine, en profitant de l’influence de son père lorsqu’il était vice-président de Barack Obama, entre 2009 et 2017.  

L’ancien avocat, âgé de 54 ans, est aussi inculpé depuis décembre 2023 dans une affaire de fraude fiscale entre 2016 et 2019, pour avoir dépensé des millions de dollars pour un style de vie jugé extravagant. Il est question, notamment, de consommation de drogue, d’alcool et de services d’escorts, pour lesquels il risque 17 ans de prison. Des actes démontrés par les données retrouvées dans son laptop, dont l’existence a été révélée en 2020 par le New York Post. En septembre 2023, le fils de Joe Biden avait déjà été inculpé pour détention illégale d'arme à feu, après avoir été accusé d’avoir fait une fausse déclaration pour en acheter une en 2018. Il risque, pour cela, 25 ans d'emprisonnement. 

Ce sont ses affaires à l’étranger qui ont mené à une enquête en destitution contre Joe Biden. Père et fils nient tout en bloc. En décembre dernier, devant le Congrès, le fils a affirmé que son père “n'a jamais été impliqué financièrement dans [ses] affaires”. Mercredi dernier, il a été interrogé par deux commissions parlementaires. Cette fois-ci, nous apprend le New York Post, il a admis que la mention “le grand gars” figurant dans un email concernant une transaction commerciale de 5 millions de dollars avec une entreprise énergétique liée à l’État chinois, n’était autre que son père.  

Hunter Biden a toutefois nié que son père ait pris 10 % de participation dans cette entreprise, affirmant qu’il s’agissait plutôt d’une simple proposition de la part de son collaborateur, le rédacteur de l’email. Mais d’autres informations révélées par le New York Post démontrent que le locataire de la Maison-Blanche était impliqué...

L’audition du fils de Joe Biden intervient au moment où des sondages donnent Donald Trump favori face à son adversaire de 2020. Selon le New York Times, l’actuel président ne recueille que 83 % de ses électeurs de 2020, tandis que 10 % d’entre eux soutiennent désormais son probable adversaire en novembre 2024. On se demande donc comment Biden compte s’y prendre pour inverser la tendance ? 

À LIRE AUSSI

Image
Victoires de Trump en Caroline et dans le michigan
Aux primaires de Caroline du Sud, Donald Trump écrase Nikki Haley, ancien gouverneur de cet État, puis enfonce le clou dans le Michigan
MONDE - Sans surprise, Donald Trump a écrasé samedi 24 février 2024 sa rivale Nikki Haley à la primaire républicaine de Caroline du Sud. L’ancienne ambassadrice des Ét...
28 février 2024 - 11:50
Politique
Image
Nikky Haley
Nikki Haley, adversaire de Donald Trump à l’investiture républicaine, échoue à remporter des primaires sans concurrent dans le Nevada
MONDE - La voie vers la présidentielle américaine est désormais à peu près dégagée pour Donald Trump. Son adversaire, Nikki Haley, a échoué mardi 6 février 2024 à remp...
08 février 2024 - 11:25
Politique
Image
Trump vainqueur dans le New Hampshire
Après l’Iowa, Donald Trump large vainqueur dans le New Hampshire
MONDE - Sans surprise, Donald Trump a remporté mardi 23 janvier 2024 la primaire républicaine dans le New Hampshire. L’ancien président a obtenu environ 54 % des voix....
25 janvier 2024 - 11:05
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.