Soixante ans après, l’assassinat de John Kennedy est loin d’être un dossier clos

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 22 novembre 2023 - 13:01
Image
John Kennedy 60 ans après
Crédits
The White House
John Kennedy remettait en cause l'engagement de l'armée américaine au Vietnam. Un mobile sérieux ?
The White House

MONDE - Que sait-on sur l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, soixante ans après ? Peu, voire rien de nouveau, si ce n’est que cet événement, qui a provoqué un choc dans le monde entier, suscite encore bien des controverses et des interrogations. Les innombrables enquêtes, la déclassification par le gouvernement fédéral il y a quelques années de nombreuses archives ainsi que les milliers d’ouvrages consacrés à l’affaire n’y changent rien : beaucoup de questions n’ont toujours pas trouvé de réponses. Et nombreux sont ceux qui s’interrogent inlassablement, enquêtent pour tenter d’apporter de nouveaux éléments ou demandant la réouverture de l’enquête.

Le 22 novembre 1963. John Kennedy, président démocrate des États-Unis depuis 1960, prépare sa réélection. Pour sa tournée électorale au Texas, un Etat républicain, il a décidé de se rendre Dallas, bastion de la droite républicaine. Le cortège présidentiel traverse la ville et John Kennedy est acclamé par la foule. Nellie Connally, épouse du gouverneur du Texas, John Connally, qui accompagne le couple présidentiel, fait alors remarquer au chef de l’État qu’il “ne peut plus dire que Dallas ne l’aime pas”.

A 12 h 30, le véhicule du président Kennedy quitte Main Street, tourne à droite sur Houston Street puis à gauche sur Elm Street, décélérant devant un dépôt de livres scolaires près de Dealey Plazza. Trois coups de feu sont tirés. Le 35e président des États-Unis, assis à l’arrière de la décapotable aux côtés de sa femme Jacqueline “Jackie” Kennedy, est assassiné. Il avait été le plus jeune de l’Histoire du pays à accéder à la Maison-Blanche. Il est le plus jeune à mourir, à l’âge de 46 ans.

Les commissions s'enchaînent mais le mystère s'obscurcit

Son décès est officiellement annoncé environ une heure plus tard. Peu après, un individu est arrêté. Il s’agit de Lee Harvey Oswald, employé du dépôt de livres scolaires et présenté, jusqu’à nos jours, comme le seul tireur et le seul assassin de John Kennedy. Le fusil à lunette de cet homme de 23 ans est retrouvé au cinquième étage de son lieu de travail et la police de Dallas le considère comme le principal suspect, lui qui aurait des liens étroits avec l’Union soviétique, où il s’était rendu quelques années auparavant, et qui est communiste, du moins se présente-t-il comme tel...

Était-il réellement un tireur isolé ? Envisageait-il de dévoiler plus de détails sur les circonstances de l’assassinat du président ? Nous ne le saurons jamais : Oswald est assassiné, à son tour, par un certain Jack Ruby, patron de cabaret, deux jours plus tard dans les locaux même de la police de Dallas. Jack Ruby, qui affirme avoir tiré à bout portant sur Lee Oswald pour “venger” Jackie Kennedy, sera reconnu coupable de meurtre avec préméditation en mars 1964 et condamné à la chaise électrique, mais mourra d’un cancer en 1966.

Le vice-président Lyndon B. Johnson prête serment sur le chemin du retour, à bord d'Air Force One, aux côtés de la veuve de Jack Kennedy à la robe tachée du sang de son époux. Une semaine plus tard, Johnson nomme une commission d'enquête fédérale sur l’assassinat et nomme Earl Warren, juge en chef des États-Unis à ce moment, président. La commission Warren livre une année plus tard ses résultats dans un rapport de presque 900 pages. Ses conclusions : Lee Oswald a bien agi seul. Trois coups de feu ont été tirés : la première balle a manqué la décapotable et les deux autres ont touché le président au cou et à la tête. S’agissant de l’assassinat du “tireur isolé”, la commission affirme que Jack Ruby a lui aussi agi seul et ne connaissait pas sa victime.

Les éléments du rapport demeurent classifiés pendant plusieurs décennies et l’enquête ne convainc pas les Américains. Des juristes évoquent des omissions et des contradictions, notamment sur la trajectoire des balles (et notamment une balle qu’on qualifiera de magique, sa trajectoire étant une offense au bon sens). C’est d’abord un procureur de la Nouvelle-Orléans, Jim Garrison, qui relance l’enquête en diffusant une vidéo d’un témoin, Abraham Zapruder montrant le mouvement en arrière du président après le tir ayant atteint sa tête. Selon la Commission Warren, rappelons-le, le coup de feu de Lee Harvey Oswald a été tiré de derrière.

Une autre commission est instituée en 1975. Celle-ci, appelée “Church” du nom d’un sénateur de l’Idaho, met en avant les lacunes des enquêtes menées par les agences gouvernementales de renseignements, particulièrement le FBI et la CIA. Les efforts de Franck Church mènent à l’installation, par le Congrès, du House Select Committee on Assassinations (HSCA), peu après la démission de Richard Nixon suite au scandale de Watergate.

La version officielle du “tireur isolé” compromise ?

Le HSCA finit par confirmer certaines conclusions de la commission Warren, non sans la critiquer : si l’on regarde les images de Zapruder, il ne fait aucun doute que John Kennedy est projeté vers l’avant et que son mouvement vers l’arrière qui suit apparaît comme un “spasme neuromusculaire”. La commission ajoute, de son côté, que Jack Ruby était lié à la mafia et que l’assassinat du chef de l’État était le fruit d’une conspiration. Le HSCA ouvre une troisième brèche aux hypothèses en rappelant le contexte historique (Guerre Froide et tensions entre les USA, l’Union soviétique et Cuba).

Au fil des enquêtes et des commissions, la liste des possibles commanditaires de l’assassinat de John Kennedy : sont évoqués la mafia de Chicago, des opposants à Fidel Castro qui reprochaient au président l’apaisement des relations après l’échec de l'opération de la Baie des cochons et la crise de missiles, ou encore la CIA ou des magnats du pétrole. Certains avancent la théorie que l’agence de renseignement a mal digéré l’échec de la Baie des cochons tandis que d’autres lui attribuent des liens avec le complexe militaro-industriel, favorable à l’engagement de l’armée américaine au Vietnam, que John Kennedy remettait en question.

La déclassification des documents liés à l’assassinat ne participe pas à la levée du mystère. La Maison Blanche a dévoilé des milliers de nouvelles archives en 2017, en 2021 puis en 2022. A chaque fois, d'autres documents restent bloqués, sur demande de la CIA et du FBI. Bien que 97 % des cinq millions de pages du dossier lié à l’assassinat de JFK soient accessibles à tous, les documents déclassifiés ne permettent pas de résoudre, définitivement, la question de savoir si Lee Harvey Oswald a agi seul.

Cela ne décourage pas des Américains, dont des proches du président assassiné, de mener leurs investigations. Selon FranceInfo, des enquêteurs, considérés comme les meilleurs des États-Unis, se sont retrouvés du 15 au 17 novembre pour examiner les théories jusque-là avancées. Leurs conclusions : Lee Oswald n’était pas un “tireur isolé”.

Cette année, c’est un témoin, et pas le moindre, qui se livre. Paul Landis, ancien agent des services secrets et présent sur les lieux comme garde du corps, a publié cette année un livre dans lequel il évoque la découverte d’une autre balle dans le véhicule présidentiel. “J’espère juste qu’on va rouvrir l’enquête et que les preuves que je viens d’apporter aideront à cela”, a-t-il déclaré à FranceInfo.

Quant à Robert Francis Kennedy Jr., neveu de John Kennedy et fils de Robert Francis Kennedy, assassiné à son tour en 1968 à Los Angeles (alors qu’il avait toutes les chances de remporter l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle), a de tout temps affirmé que la CIA était derrière le meurtre de son père et de son oncle, accusant le gouvernement d’avoir installé la commission Waren pour couvrir le meurtre.

À LIRE AUSSI

Image
JFK
JFK  : L’Enquête (2021) d’Oliver Stone
CINÉMA - Le meilleur du cinéaste Oliver Stone se situe dans ses films critiques de l’histoire politique américaine comme Platoon (1986), Wall Street (1987), Né un 4 ju...
25 juillet 2023 - 11:15
Opinions
Image
Kennedy
Et si un Kennedy revenait à la Maison Blanche pour “rétablir la vérité” et mettre fin "à la censure” aux États-Unis ?
PRÉSIDENTIELLLES AMÉRICAINES - Joe Biden a-t-il du souci à se faire aux primaires démocrates ? Robert F. Kennedy Jr., fils de l’ancien ministre de la Justice, Robert F...
02 mai 2023 - 14:30
Politique
Image
Robert F. Kennedy Jr : debriefing
Robert Kennedy Jr : "résistez, résistez car une fois qu’ils ont le pouvoir ils ne le rendent jamais !"
Avocat et fondateur de l’association Children’s Health Defense, Robert Kennedy Jr. explique sur notre plateau en quoi consistent son association et les combats qu'elle...
29 avril 2022 - 22:13
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.