Sommet des BRICS : La Russie, la Chine et l’Afrique du Sud en faveur d’une expansion du bloc pour favoriser un "ordre mondial multipolaire" et "inclusif"

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 24 août 2023 - 09:00
Image
sommet brics
Crédits
GIANLUIGI GUERCIA / POOL / AFP
Le président russe Vladimir Poutine prononce son discours virtuellement, lors du sommet des BRICS 2023 au Sandton Convention Center à Johannesburg, le 23 août 2023.
GIANLUIGI GUERCIA / POOL / AFP

GÉOPOLITIQUE - La dédollarisation, le multilatéralisme ou encore l’adhésion de nouveaux membres ont été les principaux sujets abordés au sommet des BRICS, bloc politique et économique composé de cinq pays "émergents" (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Réunis à Johannesburg du 22 au 24 août 2023, les chefs d’État présents se sont accordés hier, mercredi 23 août 2023, pour ouvrir cette organisation à de nouveaux pays. Absent de la plus grande ville sud-africaine, le président russe Vladimir Poutine a prononcé un discours d’ouverture en visioconférence. Il a de nouveau dénoncé les sanctions "illégales" et le gel "illégitime" des avoirs par les États-Unis tandis que son homologue sud-africain, Cyril Ramaphosa, a exprimé son inquiétude "quant à l'utilisation croissante des systèmes de paiement internationaux dans les conflits géopolitiques". La Chine, par la voix de son président Xi Jinping, a appelé à "œuvrer en faveur du multilatéralisme".  

Mise à jour, le 26/08 : 

Mercredi 24 août 2023, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont annoncé l'adhésion de six nouveaux membres. Il s'agit de l'Iran, l'Argentine, l'Égypte, l'Éthiopie, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. "L'adhésion prendra effet à compter du 1er janvier 2024", a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa lors d'une conférence de presse. Évoquée mercredi par les chefs d'Etat présents à Johannesburg en Afrique du Sud, la question de l'élargissement des BRICS était la priorité de son 15e sommet. Si la Chine et la Russie ont ouvertement plaidé pour cette expansion dans le but de favoriser "ordre mondial multipolaire" et "multilatéral", le Brésil et l'Inde ont surtout insisté sur la satisfaction, par les pays candidats, des "modalités" d'adhésion, évoquées durant une session plénière qui s'est tenue à huis clos. 

"L'adhésion prendra effet à compter du 1er janvier 2024", a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Pretoria. Évoquée la veille par les chefs d'État présents à Johannesburg en Afrique du Sud, la question de l'élargissement des BRICS était la priorité de son 15e sommet.

Si le terme BRIC (pour Brésil, Russie, Inde et Chine) est apparu en 2001, cette alliance politique et économique s’est formée en 2009, au lendemain de la crise financière de 2008. L’hôte de ce 15e sommet, c’est-à-dire l’Afrique du Sud, n’a rejoint le bloc qu’en 2011, renommé "BRICS" à l’occasion. Représentant 31,5% du PIB mondial - devant le G7 qui représente 30% - et 41% de la population mondiale, ce bloc entend constituer une alternative à "l’hégémonie occidentale", sur le plan géopolitique, économique et même financier en prônant une monnaie commune.  

Un "ordre mondial multipolaire" 

Vladimir Poutine, sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale, a dépêché son ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, pour le représenter au sommet. Dans son discours d’ouverture, prononcé par visioconférence, il a fustigé les pays occidentaux, l’ONU et son rôle dans la crise des céréales tout en soulignant l’importance des BRICS sur la scène mondiale.  

"Les pays [du bloc] défendent la formation d’un ordre mondial multipolaire équitable, dans lequel chaque nation a droit à son propre modèle de développement", a-t-il déclaré. Un modèle opposé à "la volonté de certains pays de maintenir leur hégémonie néocoloniale, qui a conduit à une crise en Ukraine". Une guerre que le président russe a qualifiée de "cruelle", et à laquelle Moscou "veut y mettre fin". 

Poutine, qui a une nouvelle fois dénoncé les "sanctions illégitimes et le gel illégal des avoirs" par les États-Unis, est revenu sur l’accord des céréales, expiré à la mi-juillet. "La Russie est délibérément entravée dans l'approvisionnement en céréales et en engrais à l'étranger (...) Cela s'est clairement manifesté dans la mise en œuvre du soi-disant accord sur les céréales, conclu avec la participation du secrétariat de l'ONU", a-t-il martelé. Après avoir exprimé sa "reconnaissance" aux membres des BRICS "qui tentent de parvenir à un règlement juste par des moyens pacifiques", le chef du Kremlin a salué le projet de cette alliance de créer des itinéraires de transport transcontinentaux. Un projet que la Russie, prochaine présidente des BRICS et hôte de son 16e sommet en 2024 à Kazan, devra réaliser.  

Cyril Ramaphosa a fait part, dans son discours d’ouverture, de son inquiétude quant "à l'utilisation croissante des systèmes de paiement internationaux comme moyen de pression dans les conflits géopolitiques". Une attitude qui favorise la dédollarisation, particulièrement dans les échanges, opérés en monnaies locales, entre les BRICS et leurs États voisins.

"L’inquiétude" du président sud-africain fait suite à l’exclusion en 2022 de la Russie par l'Occident du système de paiement "Swift" en guise de sanction. Washington utilise également sa devise pour faire pression sur la Russie, en gelant plus de 330 milliards de dollars de sa banque centrale. Selon le Fonds monétaire international, 70% du commerce mondial se fait en dollar américain, qui représente environ 57% des réserves de change mondiales.

À propos des BRICS, le président sud-africain a rappelé que cette alliance "défend les intérêts du Sud et ses membres souhaitent élargir l’interaction avec tous les pays qui s’efforcent d’instaurer un ordre mondial plus inclusif. Le sommet des BRICS est conçu pour servir la cause de la paix et du progrès", a-t-il ajouté.  

"Accord" pour l’adhésion de nouveaux membres 

Mercredi, sa ministre des Affaires étrangères, Naledi Pandor, a annoncé un "accord" sur la question de l’élargissement des BRICS. "Nous avons adopté un document qui définit les lignes directrices, les principes et les processus d’examen des pays qui souhaitent devenir membres", a-t-elle annoncé. Pour son président, "un BRICS élargi représentera un groupe diversifié de nations dotées de systèmes politiques différents et partageant le même désir d’un ordre mondial plus équilibré". 

Une quarantaine de pays, dont l’Argentine, l’Égypte, l’Algérie ou encore l’Iran et l’Afghanistan ont exprimé leur intérêt à rejoindre cette alliance. Leur adhésion est une nécessité pour le président chinois Xi Jinping. "Les BRICS doivent œuvrer en faveur du multilatéralisme et ne pas créer de petits blocs. Nous devons intégrer davantage de pays dans la famille", a-t-il affirmé. Si Prétoria est préoccupée par l’utilisation des instruments financiers à des fins de pression, Pékin plaide ouvertement pour le développement "d’instruments financiers" propres aux BRICS. Le président chinois a également annoncé la création prochaine par ce bloc d’un institut de recherche sur l’intelligence artificielle (IA). 

Présent au sommet, le président brésilien Lula estime pour sa part que "le G7 ne devrait plus exister". Les BRICS, "très forts, politiquement et financièrement", se veulent une alternative qui incarne "un multilatéralisme inclusif". Favorable à l’admission de nouveaux pays, le chef de l’État brésilien a néanmoins insisté sur la satisfaction "des exigences que nous allons discuter à Johannesburg". Celles-ci n’ont pas encore été officiellement détaillées. 

Selon plusieurs médias, l’Inde, représentée par son Premier ministre Narendra Modi, et le Brésil restent tout de même sur la défensive quant à de nouvelles adhésions, craignant une perte d’influence au sein du bloc.  

Dénoncés sans jamais être nommément cités, tant pour leur devise, leurs sanctions contre Moscou ou leur domination, les États-Unis ont affirmé ne pas voir dans les BRICS de futurs "rivaux géopolitiques". Washington espère maintenir ses "solides relations" avec le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud.

À LIRE AUSSI

Image
Lavrov
Le prochain sommet des BRICS peut-il décrocher la lune de la dédollarisation ?
ÉCONOMIE MONDIALE - L'Afrique du Sud accueille le sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) à Johannesburg du 22 au 24 août. Le recours aux monn...
28 juillet 2023 - 11:45
Politique
Image
Emmanuel Macron, Cyril Ramaphosa et Brigitte Macron
BRICS et Occident : Le président sud-africain note un "ressentiment grandissant"
DÉPÊCHE — Vendredi 23 juin, lors du "Sommet pour un nouveau pacte financier mondial", le président sud-africain Cyril Ramaphosa a vertement critiqué l'Occident. Dénonç...
23 juin 2023 - 19:30
Politique
Image
ursula von der leyen
Au sommet UE-Amérique Latine, les deux blocs divergent à propos de la Russie et la guerre en Ukraine
GÉOPOLITIQUE - Les pays de l’Union européenne (UE) ont échoué à faire condamner la Russie dans la déclaration finale du sommet UE-Amérique latine, qui s’est déroulé le...
24 juillet 2023 - 09:30
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.