#TwitterFilesBrazil 2 – La pression augmente, Starlink, service internet menacé, les répliques politiques

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 10 avril 2024 - 10:23
Image
TwitterFilesBrasil 2
Crédits
France-Soir, Pixabay, AFP
#TwitterFilesBrazil 2 – La pression augmente, Starlink, service internet menacé, les répliques politiques
France-Soir, Pixabay, AFP

Le 6 avril 2024, Michael Shellenberger, journaliste déclarait dans une vidéo et un tweet « le Brésil est engagé dans une vaste répression de la liberté, au bord du précipice « de la dictature ». Depuis, de nombreuses passes d’armes entre le juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes et Elon Musk, propriétaire de X – anciennement Twitter, ont trouvé écho dans les médias.  Elon Musk ne voulant pas céder à des décisions judiciaires de remettre des informations d'ordre privées sur ce qui peut s'apparenter à des opposants politiques. Des décisions qu'il considère, abusives. Le juge Moraes a déclaré ouvrir une enquête sur Musk !  De son côté, Elon Musk déclarait que « Moraes avait sorti Lula de prison pour le mettre au pouvoir » et que « tout serait révélé ».  Le bras de fer entre l'autorité judiciaire et la liberté d'expression promue par Musk avec X est bien engagé.  Retrouvez la première partie des TwitterFilesBrazil dans notre article du 8 avril 2024.

Cette situation fort complexe doit être expliquée et illustrée.  Elle ne prend probablement pas sa source en 2024, mais pourrait la trouver dans ce que certaines personnes considère comme "le coup d'Etat de 2016" qui a conduit à l'emprisonnement de Lula en 2018.  Cette histoire a d'ailleurs fait l'objet d'un documentaire Netflix "The Edge of Democracy" (A la limite de la démocratie) : Un récit qui se révèle d'actualité rappelant l'une des périodes les plus dramatiques de l'histoire du Brésil et la crise démocratique qui en découle. La cinéaste Petra Costa, combinant un accès sans précédent aux dirigeants passés et présents des présidents Dilma Rousseff et Lula da Silva apporte un éclairage de leur ascension et de leur chute et de la nation tragiquement qui est restée polarisée.

Nous nous efforcerons d'apporter un éclairage au cours des prochains jours à travers diverses interviews. 

 

La communication anglée et biaisée des médias mainstream

Les situation complexes engendrent toujours de nombreuses réactions. Commencons par la communication sur les médias mainstream dont certains sont fortement subventionnés par le gouvernement.

CNN Brésil publiait une vidéo donnant son explication de la situation commentée par la journaliste @raquellandim

« Le gouvernement brésilien soupçonne que les attaques d'Elon Musk contre le ministre Alexandre de Moraes et maintenant le président Lula soient menées en coordination avec les députés de Bolsonaro » #CNN60

Vidéo doublée par IA et France-Soir

Michael Shellenberger, qui était à Porto Alegre (Brésil) pour parler des TwitterFilesBrazil réagissait immédiatement à la vidéo de CNN, évaluant qu’elle désinforme :

« Votre histoire est complète et totale fausse. Et deux de vos collègues connaissaient la vérité parce que je leur ai dit il y a deux jours. @CNNBrasil se ridiculise. Et diffuser de la « désinformation » au nom du gouvernement. 

Ce que vous faites n’est pas du journalisme, c’est de la propagande gouvernementale

Vous devriez supprimer ce tweet et vous excuser. » Et il ajoute que « @CNNBrasil devrait mettre fin à cette propagande gouvernementale et à cette désinformation et s'excuser auprès de toutes les personnes impliquées, en particulier des deux journalistes qui m'ont interviewé il y a deux jours et qui savent que ce segment est de la connerie. »

Mais Shellenberger va plus loin en clarifiant l'information :

« Considérez un instant ce qui se passe ici. 

Nous avons révélé, sur Twitter Files Brasil, qu'Alexandre de Moraes avait menacé de poursuivre pénalement le principal avocat brésilien de Twitter s'il ne communiquait pas des informations *privées*, y compris des messages directs, de citoyens utilisant des hashtags que De Moraes n'aimait pas. 
En réponse, les grands médias brésiliens ont ignoré cette histoire et ont décidé de diffuser des théories du complot à mon sujet, le journaliste qui a révélé l’histoire.

C’est pourquoi les médias d’entreprise et gouvernementaux veulent censurer X : ils peuvent montrer rapidement et facilement comment ils diffusent de la désinformation et des théories du complot, et cela ne leur plaît pas. La confiance du public dans les médias sociaux diminue. L’audience des médias est en baisse. Les revenus publicitaires sont en baisse.

Au lieu d’essayer de regagner la confiance du public en s’engageant dans un véritable journalisme, les grands médias exigent d’être payés par X et le gouvernement, et se lancent donc dans la propagande. Des gouvernements comme celui de Lula peuvent financer les médias pendant un certain temps.

Mais le temps est compté. Plus les médias diffusent fréquemment ce type de désinformation, moins le public leur fera confiance. Et plus le public fera confiance à X, où les gens pourront voir par eux-mêmes quelle est la vérité. Ce n’est qu’une question de temps avant que les médias gouvernementaux ne se détruisent eux-mêmes. »

Il affirme aussi que Globo, le média principal brésilien ayant reçu bien plus d’argent de l’état que les autres, est engagé dans une propagande d’état au service du gouvernement Lula : "Lula a donné, à Globo, 60% de revenus publicitaires en plus que Bolsonaro".

TFB2-01

Globo a effectivement reçu une part croissante des recettes publicitaires gouvernementales :

TFB2-02

 

Un résume de la désinformation et correction de l'information

Shellenberger résumait la situation dans un tweet en date du 9 avril 2024 à propos de la vidéo de CNN,  

« Le gouvernement brésilien veut censurer les théories du complot et pourtant le voici en train de diffuser des théories du complot : « Le gouvernement brésilien soupçonne que les attaques d'Elon Musk contre le ministre Alexandre de Moraes et maintenant aussi directement contre le président Lula sont menées en coopération avec les députés bolsonaristes. ", rapporte CNN.

CNN a publié ce segment tout en admettant que « nous n’avons encore aucune preuve à ce sujet, une enquête est en cours ». Bonne chance pour trouver des preuves, car il n'y en a pas !

J'ai été invité il y a plusieurs mois à prendre la parole au Forum pour la Liberté à Rio Grande do Sul. Avant d'arriver, mes collègues journalistes brésiliens, David Agape et Eli Viera, m'ont demandé de voir s'il existait des archives Twitter au Brésil. J'ai regardé et j'ai découvert qu'il y en avait.

Ce que nous avons découvert nous a choqués : Alexandre de Moraes et d'autres responsables gouvernementaux ont menacé de poursuivre pénalement l'avocat de Twitter au Brésil s'il ne communiquait pas des informations « privées et personnelles », y compris les numéros de téléphone des personnes et leurs messages directs personnels ! J'ai publié les archives Twitter peu de temps après mon arrivée à Porto Alegre. « Personne » à part David, Eli et un autre de mes collègues ne savait que j'allais publier Twitter Files Brasil.

Après qu’il est devenu évident que de nombreux Brésiliens souhaitaient me parler des archives de Twitter, j’ai reporté d’une semaine mon retour aux États-Unis. Après cette décision, le député fédéral Marcel Van Hattem a annulé son voyage prévu de longue date à Bruxelles. J'ai rencontré Van Hattem à Londres l'année dernière, lors d'une conférence, et il était au Forum pour la Liberté, à Porto Alegre. J'ai accepté avec gratitude l'offre de Van Hattem d'être présenté à plusieurs personnes qu'il connaissait au Brésil. Et cela. C’est toute la « coordination ».

Si CNN avait fait son travail, elle aurait pu apprendre tout cela de moi avant de publier sa « désinformation ». En fait, CNN m'a interviewé il y a deux jours et j'ai raconté aux deux journalistes comment est né Twitter Files – Brazil.

Apparemment, les journalistes de CNN ne se parlent pas. Apparemment, CNN n’a pas non plus fait ses devoirs sur Elon Musk. Avec Elon, ce que vous voyez est ce que vous obtenez. Il a répondu publiquement sur Twitter Files Brasil. 

Nous n'en parlons pas et ne correspondons pas à leur sujet. Il en a entendu parler en même temps que le monde en entendait parler. 

Est-il vraiment si difficile de croire que les politiciens censurés ont répondu dans X à de nouvelles preuves des demandes de censure de Moraes ? Quel idiot. 

J'essaie d'être gentil à ce sujet, mais avec le segment ci-dessous, CNN ne se comporte pas comme un média d'information juste et équilibré. Il se comporte comme un théoricien du complot irresponsable, porteur d’eau pour le gouvernement Lula. Au moins, vous ne me verrez pas exiger que le gouvernement censure CNN. »

 

Les politiques réagissent 

Du côté des politiques, le député journaliste Marcel van Hattem, qui a été cité dans les #TwitterFilesBrasil, sans en avoir connaissance au préalable, confirmait les propos de Shellenberger sur X et dans une vidéo :

« Il n’y a eu aucune coordination pour que Twitter Files Brasil soit publié avec une telle répercussion. Ce qui se passe, c'est que l'indignation du peuple déborde contre le dictateur Alexandre de Moraes ! »

Vidéo doublée par IA et France-Soir

Van Hattem était aussi soutenu par Edouardo Girão, Sénateur indépendant du Céara, un état du Nord-Este du Brésil, dans un message vidéo qui visait à remercier l'action de Musk.

« Cher @elonmusk, merci sincèrement pour avoir défendu la liberté d'expression au Brésil. Une nouvelle passionnante : en tant que sénateurs, nous avons donné le feu vert à une audience publique via notre commission de sécurité ( @senadofederal). Nous serions honorés de vous entendre, vous et M. @shellenberger parler des scandales des fichiers Twitter révélant la censure politique dans notre pays, même virtuellement. Si vous êtes présent, nous vous contacterons pour nous coordonner. Paix et bien ! »

Vidéo doublée par IA et France-Soir

Sur les réseaux sociaux et dans les médias les réactions sont nombreuses et illustrent les passes d'armes entre Moraes et Musk. 

Ainsi, le 9 avril 2024, le journaliste brésilien Samuel Pancher dans un tweet écrivait

« En refusant la demande de X Brasil d'envoyer des mesures juridiques au bureau international de l'entreprise, Alexandre de Moraes souligne que les employés du réseau social au Brésil sont soumis à une « possible responsabilité pénale » (c'est-à-dire pénale) »

Glenn Greenwald, journaliste et fondateur de The Intercept reprenait le tweet et déclarait sur X:

« Dans la journée, le juge de la Cour suprême du Brésil, de Moraes, a explicitement menacé tous les employés de X au Brésil de poursuites pénales. Musk a affirmé que les employés de X craignaient d'être arrêtés et les médias brésiliens ont fortement laissé entendre qu'il mentait. Cela prouve que la crainte était fondée »

De son côté, Romulus Maya, ancien journaliste indépendant et avocat, répondait aussi au message de Samuel Pancher :

« Le type retient en OTAGE des travailleurs brésiliens d'une filiale d'une entreprise étrangère pour tenter de dissuader les attitudes du contrôleur du siège social, à titre personnel. Sur lesquels ces ACTIFS, les travailleurs brésiliens, n’ont aucun contrôle.

Est-ce que c'est de la démocratie ? Est-ce l'État de droit ? Est-ce décent ? »


Et les conséquences sont directes

Un point critique qui pourrait déstabiliser le Brésil est l’intention du gouvernement brésilien de revoir le contrat avec Starlink, la filiale de distribution d’internet par satellite qui appartient à Elon Musk.  Cette filiale permet à de nombreuses écoles brésiliennes d’avoir accès à internet dans un immense pays où les connexions filaires sont inexistantes. Ceci représente un réel risque pour l’éducation de milliers d’enfants. 

Elon Musk, en réponse, déclarait qu’il rendrait ce service gratuit. Le bras de fer continue donc.

Diana Mondino, ministre des Affaires étrangères Argentine et économiste, a aussi pris part au débat en faveur de la liberté d'expression en déclarant sur X : « Ce gouvernement travaillera toujours pour la liberté. Liberté d'expression et liberté de vivre dans une démocratie.  Nous ratifions que notre pays et par extension ses ambassades offriront, toujours et de manière absolue, un refuge à tous ceux qui sont persécutés pour avoir partagé ces valeurs ».  Ce message a été "liké" par Elon Musk.

Elon Musk et le département des affaires globales de X ont réagi aux dernières demandes : "𝕏 respecte les lois du Brésil et de tous les pays dans lesquels nous opérons. Lorsqu’on nous donne l’ordre d’enfreindre la loi, nous devons refuser". Ce message intervient après que le département des affaires globales a déclaré :  
"Au cœur de ce débat se trouve notre conviction que certaines des ordonnances judiciaires que nous avons reçues ne sont pas conformes à la loi civile Marco ou à la Constitution fédérale brésilienne. Les gens doivent savoir pourquoi leur compte est bloqué ou pourquoi ils font l’objet d’une enquête et bénéficier d’une procédure régulière pour se défendre devant un tribunal public. Nous pensons que ce droit est garanti par le droit civil Marco et par la Constitution fédérale brésilienne. Le secret qui entoure ce processus nuit à la confiance dans les institutions publiques. Nous avons déposé de nombreux recours, dont certains sont pendants depuis plus d'un an. Ne pas entendre ces appels constitue une violation de la procédure régulière. 
Nous appelons la Cour à lever sans délai les ordonnances de secret, à entendre nos appels, et les autres branches de la République à tout mettre en œuvre, dans leurs juridictions respectives, pour exiger la transparence indispensable à une démocratie prospère."

Sur les réseaux sociaux, les nombreuses réactions marquent le clivage entre les soutiens au gouvernement brésilien et ceux qui soutiennent Musk et la liberté d’expression. Chacun se renvoyant la balle. 

Une chose est sûre, les yeux sont tournés sur le Brésil et l’attention est portée à la liberté d’expression, d’autant plus qu’en France, hier l’Assemblée nationale a voté la loi contre les dérives sectaires, ce que certains jugent un pas de plus vers le contrôle du dialogue scientifique.  

A suivre.

À LIRE AUSSI

Image
TwitterFilesBrasil
#TwitterFilesBrazil - Le Brésil engagé dans une vaste répression de la liberté d’expression ? Au bord du précipice déclare Michael Shellenberger  
Emmanuel Macron a tout juste conclu sa visite au Brésil, qu’éclate, ce qui se présente comme une des plus grandes atteintes à la liberté d’expression au Brésil : les T...
08 avril 2024 - 13:51
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.