Visite d’Emmanuel Macron en Afrique centrale  : "Regardez-nous en nous respectant", exige le président de la République démocratique du Congo

Auteur(s)
Lauriane Bernard, France-Soir
Publié le 07 mars 2023 - 17:08
Image
présidents France RDC Congo
Crédits
LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron et son homologue Félix Tshisekedi, président de la RDC.
LUDOVIC MARIN / AFP

POLITIQUE INTERNATIONALE - Achevant une tournée en Afrique centrale, Emmanuel Macron a retrouvé son homologue congolais Félix Tshisekedi à Kinshasa samedi 4 mars. Lors d’une conférence de presse au "palais de la Nation", le président français souhaitait poser les jalons d'une  " nouvelle relation, équilibrée, réciproque et responsable" entre les deux pays, mais s’est retrouvé bien vite rattrapé par des questions de souveraineté territoriale et démocratique.  

"Les relations entre la République démocratique du Congo et la République française sont au beau fixe", assure le président congolais au début de la conférence de presse, comme pour convaincre le parterre de journalistes qui se tient devant lui, tandis que plusieurs dizaines de jeunes scandent au dehors que le président français n’est pas le bienvenu à Kinshasa.  

"Depuis 1994 vous n’avez pas été capables de restaurer la souveraineté de votre pays." 

Officiellement, Emmanuel Macron se trouve en RDC pour parler partenariats économiques, mais en réalité, les journalistes présents attendent le président français sur des questions de souveraineté territoriale.  

Depuis plus d’un an, bien que Kigali s’en défende, la RDC accuse le Rwanda de soutenir la rébellion du groupe armé M23 qui s’est emparé d’une partie de la province du Nord-Kivu.

Selon les Nations Unies, plus de 520 000 personnes ont fui leurs foyers de cette région riche en minerais, au cœur de toutes les convoitises. "Nous sommes victimes d’une agression injuste et barbare, c’est dans le malheur qu’on reconnait les amis, et le président Macron est aussi là pour ça", renchérit Félix Tshisekedi. 

Le journaliste Michel Kifinda, lui, doute de la candeur de l’amitié franco-congolaise. Il soupçonne l’Hexagone de ne pas vouloir incriminer frontalement le Rwanda. Pour lui, la France est responsable de la présence de militaires sur le sol de son pays.

Pendant le génocide des Tutsis, "l’Opération Turquoise" de 1994 aurait eu pour effet de déplacer les forces hutues vers le Zaïre (l’actuelle RDC). D’après le journaliste, on retrouve certains de ces hommes dans le groupe M23. 

"Je pense que vous faites un raccourci", retorque le président français, avant de lancer à l’assemblée : "Depuis 1994 vous n’avez pas été capables de restaurer la souveraineté de votre pays, ni militaire, ni sécuritaire, ni administrative. C’est une réalité, et il ne faut pas chercher de coupable à l’extérieur".

Son interlocuteur remarque néanmoins qu’aucune sanction à l’encontre du Rwanda n’a été demandée par la France auprès Conseil de sécurité des Nations unies. Chose qui a pourtant été faite "avec agressivité" contre la Russie, souligne le journaliste, qui ne sera pas le seul à pousser Emmanuel Macron dans ses retranchements à ce stade de l’entretien.  

Élections présidentielles : compromis à l’africaine ou double-standard à l’occidentale ?  

Le président congolais perd le calme dont il a fait preuve durant toute la conférence de presse lorsqu’il s’agit d’aborder la question des élections à venir dans son pays.  

Valérie Leroux, journaliste politique à l’AFP, s’est aventurée bien malencontreusement à demander au chef de l’Élysée s’il s’attendait à un nouveau "compromis à l’africaine", faisant référence aux propos tenus par Jean-Yves le Drian, Ministre des Affaires étrangères, à l'annonce de la victoire de M. Tshisekedi en 2019.  

À peine le président français a-t-il eu le temps de répondre qu’un "processus de confiance" devait encadrer le prochain vote, que son homologue congolais dégaine : "C’est justement ça qui doit changer dans nos rapports".  

Le président congolais pointe du doigt le double-standard dont fait preuve, selon lui, l’Occident. "Pendant les élections américaines, on ne parle pas de compromis à l'américaine. Lorsqu'en France il y a plusieurs années maintenant, lors des années Chirac, il y a eu un scandale sur des électeurs décédés qu'on a fait voter, on ne parlait pas de compromis à la française", s’insurge-t-il.  

Il accuse les occidentaux d’anticiper des fraudes électorales alors que lui s’inquiète d’abord de la mise place d’élections. Avec un trop grand nombre de déplacés de guerre, elles pourraient tout simplement ne pas avoir lieu. "Regardez-nous autrement, en nous respectant, en nous considérant comme de vrais partenaires et non pas toujours avec un regard paternaliste avec l'idée de toujours savoir ce qu'il faut pour nous ", poursuit-il, sous les acclamations de la salle.  

Emmanuel Macron, quelque peu gêné, réfute l’idée d’une différence de traitement. "Quand il y a des problèmes électoraux aux États-Unis d'Amérique ou en France, la presse française les dénonce de manière intraitable (…) et quand il y a des malversations, il y a des procès, des gens sont condamnés. Il y a une justice indépendante et une presse indépendante", se défend-il.  

Mais pour Félix Tshisekedi, le mal est fait. En cas de soupçons de fraudes électorales ailleurs qu’en Afrique, il y a sans doute des attaques venant de la presse occidentale à l’égard des élus, mais aucun responsable politique ne parle de "compromis".

La tournée entamée par Emmanuel Macron, qui avait pour but de montrer une profonde humilité à l’égard de l’Afrique, semble être passée à côté de l’exercice … et s’achève sur une note humiliante pour le président français.

À LIRE AUSSI

Image
Le président Emmanuel Macron évoque le retrait des troupes françaises du Mali, lors d'une conférence de presse conjointe à l'Elysée avec le président du Ghana, Nana Afuko Addo (à sa droite), le présid
Présidentielle : Macron critiqué sur le Mali, vives tensions à droite
Le Mali s'est invité jeudi dans la présidentielle: plusieurs candidats ont vu dans le retrait annoncé de la France un "échec" d'Emmanuel Macron, quasi-candidat dans un...
17 février 2022 - 14:50
Politique
Image
Des militants collent des affichent pour soutenir la candidature, pas encore déclarée, du président Emmanuel Macron à l'élection présidentielle, à Issy-les-Moulineaux, près de Paris, le 18 février 202
Présidentielle : priorité à l'international pour Macron
Présider "jusqu'au dernier quart d'heure": Emmanuel Macron, qui multiplie les consultations sur l'Ukraine, devrait repousser la question de sa candidature au plus près...
20 février 2022 - 14:15
Politique
Image
Des véhicules blindés de la Task Force Takuba, mission militaire internationale au Sahel, stationnés sur la base de Ménaka, au Mali, le 7 décembre 2021
Macron réunit mercredi un mini-sommet sur le Sahel et le Mali
Le président français Emmanuel Macron va réunir mercredi soir un mi-sommet, avec plusieurs dirigeants africains et européens, pour discuter de la présence militaire au...
15 février 2022 - 14:32
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.