Présidentielle 2027 : Mélenchon lance l'idée d'une candidature de François Ruffin

Auteur:
 
Cécile AZZARO - Paris
Publié le 12 avril 2023 - 19:23
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Crédits
AFP/Archives - Charly TRIBALLEAU
Jean-Luc Mélenchon à Paris le 11 avril 2023 .
AFP/Archives - Charly TRIBALLEAU

Le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a relancé lui-même mercredi les spéculations autour de la prochaine présidentielle, semblant adouber, en un tweet, l'électron libre François Ruffin.

"François est prêt. En Avant!", a tweeté Jean-Luc Mélenchon, à la faveur d'un sondage de "potentiel électoral" flatteur pour le député de la Somme. Selon une étude Cluster 17 pour Le Point, si la présidentielle avait lieu demain, 39% des personnes interrogées estiment leur vote "probable" ou "possible" pour Marine Le Pen, qui arrive en tête.

Derrière, Edouard Philippe (25% de potentiel électoral), Jean-Luc Mélenchon (24%), Jordan Bardella (23%) et François Ruffin (21%) se tiennent en respect, alors que la marge d'erreur est de deux points.

"Magnifique sondage Cluster. François Ruffin et moi passons la barre des 20%", s'est enthousiasmé Jean-Luc Mélenchon.

"Tout le travail accompli depuis un an ne s'est pas perdu dans le sable du 'bashing' ("dénigrement", ndlr) permanent contre moi. François est prêt. En avant !", poursuit le chef des Insoumis, semblant pousser le député de la Somme sur la voie de l'élection présidentielle, à laquelle M. Mélenchon a concouru à trois reprises.

C'est la première fois que Jean-Luc Mélenchon évoque ouvertement cette piste. Mais son tweet suscitait peu de réactions politiques mercredi en fin de journée. Le leader des Insoumis, arrivé troisième à la dernière présidentielle (22%), avait indiqué en janvier qu'il n'était "pas candidat" à sa succession pour représenter la France insoumise à la présidentielle de 2027, tout en ménageant la possibilité que des "circonstances" futures en décident autrement.

"Un seul candidat"

Pour lui succéder, le tribun de 71 ans estimait que "si quelqu'un réussit à se faire aimer, dans l'émulation plutôt que la compétition, alors ça viendra tout seul" pour le choix du candidat.

François Ruffin, 47 ans, fait partie des personnalités dont les noms circulent, au sein de LFI et plus largement au sein de la gauche, comme potentiels candidats à la présidentielle de 2027. Au PS, au PCF ou chez les écologistes, son évocation ne fait pas grincer de dents, et peut être un atout pour une candidature unique de la Nupes.

"François pour la gauche ? Cette fois doit être la bonne pour les Français !", a tweeté le député écologiste Aurélien Taché, appelant à ce que la Nupes n'ait qu'"un seul candidat".

"Je n'y pense pas le matin en me rasant ni en courant", avait toutefois assuré en février M. Ruffin dans un entretien au média en ligne Konbini, "mais je sais qu'il y a un devoir aujourd'hui de représenter les plus invisibles de la nation".

"Ils ont besoin d'être portés par une voix d'espérance qui soit à gauche", poursuivait-il, en précisant : "Si un jour je dois incarner ça, je le ferai".

Régulièrement depuis la fin de la présidentielle, celui qui est considéré comme un électron libre au sein du groupe LFI à l'Assemblée, explique que la gauche ne peut pas gagner si elle ne prend pas en compte les préoccupations et la manière de parler des classes populaires rurales.

Il a également pris ses distances vis-à-vis des débats houleux à l'Assemblée lors de la réforme des retraites, causés notamment par LFI. "On a pour devoir d'être à la hauteur du peuple, (de ceux) qui sont dehors par millions et avec lesquels il n'y a pas de heurts", avait expliqué celui qui était l'un des chefs de file LFI lors des débats, et a participé à de nombreux meetings de la Nupes.

Il fait aussi partie des personnalités ayant critiqué récemment le manque de démocratie interne au sein du mouvement insoumis et avait souhaité en intégrer la direction, sans succès. Parmi les autres noms qui circulent pour une éventuelle candidature en 2027, on compte aussi la députée Clémentine Autain, elle aussi critiqué le fonctionnement de LFI.

François Ruffin est à la tête du micro-parti "Picardie Debout", et a créé son association de financement, "À la fin c'est nous qu'on va gagner", l'un de ses slogans préférés, qui conclut régulièrement ses meetings.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon, un désillusionné à la quête de sa VIe République
PORTRAIT CRACHE - De l'UNEF à la fondation de La France Insoumise, le chemin politique de Jean-Luc Mélenchon est un véritable tourbillon de dissidences, de réactions ...
18 mai 2024 - 16:30
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.