Russie : un cinéma annule les projections de "La Mort de Staline", après une intervention de la police

Auteur:
 
Par Ola CICHOWLAS - Moscou (AFP)
Publié le 26 janvier 2018 - 20:49
Mis à jour le 27 janvier 2018 - 01:16
Image
Un policier à l'entrée du cinéma Pioner à Moscou avant a projection du film "La Mort de Staline",le 26 janvier 2018
Crédits
© Ola CICHOWLAS / AFP
Un policier à l'entrée du cinéma Pioner à Moscou avant a projection du film "La Mort de Staline",le 26 janvier 2018
© Ola CICHOWLAS / AFP

Le cinéma moscovite qui a projeté vendredi la comédie franco-britannique "La Mort de Staline", malgré l'interdiction de ce film en Russie, a annoncé dans la soirée annuler les séances restantes, après une intervention de la police.

"Chers amis, pour des raisons qui ne dépendent pas de nous, le cinéma Pioner est obligé d'annuler les séances du film "La Mort de Staline" à partir du 27 janvier", a fait savoir ce cinéma dans un communiqué publié sur son site internet.

Ceux qui ont déjà acheté les billets pour ces séances seront remboursés, a-t-il précisé.

Le ministère russe de la Culture a menacé jeudi de "poursuites administratives" les cinémas qui décideront de projeter la comédie dont la licence de distribution a été annulée mardi, deux jours avant sa sortie prévue en Russie.

Le cinéma Pioner a cependant organisé vendredi plusieurs séances de projection de ce film d'Armando Iannucci, jugé "extrémiste" par des cinéastes et des hommes politiques russes.

Après la première séance matinale, six policiers sont allés dans ce cinéma, interrogeant plusieurs employées et prenant en photo l'écran de l'ordinateur dans le bureau des ventes où "La Mort de Staline" figurait parmi les films à l'affiche, selon la journaliste de l'AFP.

Le film d'Armando Iannucci qui devait sortir jeudi en Russie avec une interdiction aux moins de 18 ans relate de manière burlesque la lutte qui s'est déroulée au sein de la garde rapprochée de Staline après sa mort en 1953.

Les cinéastes, députés et hommes politiques russes qui ont visionné le film lundi au cours d'une séance organisée pour eux au sein du ministère de la Culture, ont signé un appel adressé au ministre Vladimir Medinski pour lui réclamer l'interdiction de la distribution de cette comédie "extrémiste" qui "s'en prend à des symboles nationaux russes".

Ce film est "une provocation contre la Russie moderne", a estimé vendredi, au cours d'une conférence de presse, Mikhaïl Miagkov, de la Société militaire historique russe, qui était parmi les signataires de la pétition.

"Je pense que les Russes ont toujours peur de rire de ça", a déclaré à l'AFP Olga Gannouchkina, 64 ans, qui était parmi les spectateurs ayant visionné le film au cinéma Pioner.

"En effet, ce n'est pas une comédie, c'est un film tragique. Mais comme le destin de notre pays est bien triste, nous avons l'habitude de rire à travers les larmes", a confié pour sa part Roman Laing, 25 ans.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.