Le laboratoire d'analyses Eurofins déchante depuis la fin du Covid-19

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 01 mars 2024 - 09:30
Image
Eurofins est très optimiste pour 2018 mais risque d'e^tre éclaboussé par le scandale Lactalis
Crédits
© FRANK PERRY / AFP/Archives
© FRANK PERRY / AFP/Archives

Disons-le clairement : le carnaval des tests PCR animé par le Covid-19 a été une aubaine pour le spécialiste des tests Eurofins. Si bien que le laboratoire nantais, fondé en 1987, est entré au CAC 40 en septembre 2021. Mais maintenant que la poule aux œufs d'or s'en est allée, c'est la redescente.

L'année dernière, le chiffre d'affaires d'Eurofins a perdu 3%, et son bénéfice net est passé de 606 millions d'euros à 308 millions. Cette chute est essentiellement due à la quasi-disparition des recettes du Covid-19 et des réactifs de laboratoires, descendues l'an dernier à 20 millions d'euros... contre quelque 600 millions en 2022.

Le 27 février, l'annonce de ces résultats a fait dévisser l'action en bourse du groupe de plus de 10%. Le pire résultat du CAC 40.

Comme l'explique Le Figaro, les généreux remboursements accordés par l’État pour inciter les acteurs à pratiquer des tests PCR ne nourrissent plus la rentabilité du groupe. Aussi, l'entreprise assure vouloir "rester prudente vis-à-vis de sa stratégie d'acquisition", sans pour autant remettre en cause son objectif pour 2024 : un chiffre d'affaires de 7,1 milliards d'euros. À l'horizon 2027, comme le rapporte Capital, il s'agira de viser une croissance organique moyenne de 6,5% et des revenus potentiels moyens de 250 millions d'euros par an.

Pour ce faire, le patron d'Eurofins, Gilles Martin, assure que le laboratoire va continuer sur sa route : "accélérer la numérisation, améliorer la productivité, aligner les prix sur le coût de l'inflation et faire monter en puissance les activités des start-up". Confiant, il pense pouvoir "élargir son marché et son avance technologique".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo : Fluctuat nec mergitur..., quoi que !
PORTRAIT CRACHE - Edile un jour ne rime pas forcément avec idylle toujours. Cela fait 10 ans, presque jour pour jour, que la socialiste Anne Hidalgo est maire de Paris...
06 avril 2024 - 15:39
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.