Les villes japonaises vont vendre les cendres de leurs morts

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 17 mai 2024 - 11:00
Image
cimetierre
Crédits
F. Froger / Z9
F. Froger / Z9

Si c’est une chose que nous pourrions difficilement envisager en France, les Japonais l’ont fait : envisager la vente prochaine des cendres de leurs morts. De quoi faire bondir, mais l’économie serait là. 

Tandis qu’il est systématique pour les Japonais de choisir l’incinération, les proches des défunts ne récupèrent qu’une petite partie des cendres. Le reste de ces cendres est conservé par le crématorium et la ville. 

Les mairies des villes japonaises justifient ce choix par la crise démographique que le pays traverse. Alors, la vente de ces cendres constituerait un parti pris pertinent pour renflouer les caisses, à défaut de résidents en vie. 

Chaque année, le pays perdrait près d’un million d’habitants. Avec 125 millions d’habitants pour plus de 370 000 km² de superficie, il reste cependant de la marge en comparaison avec la France et ses 68 millions de résidents pour 550 000 km² de superficie. Des milliers de municipalités se retrouvent avec moins de résidents, ce qui provoque une baisse de l’activité économique. Pour pallier ce manque à gagner, celles-ci en viennent à organiser la vente des cendres des personnes incinérées dans leur crématorium. Ces cendres contiendraient en effet de l’or, de l’argent, du platine voire du palladium. Une façon certainement considérée comme écologique de revaloriser ces matières. 

Chaque année, ce sont des tonnes de cendres qui ne sont pas récupérées, les familles n'en récupèrent qu’une petite partie. C’est l’occasion pour les villes de revaloriser ces cendres et d'identifier les métaux précieux retrouvés. L’or par exemple s’expliquerait comme provenant des dents, tandis que le platine ou le palladium proviendraient des prothèses articulaires, puis le zinc, le cobalt et le titane d’implants médicaux. 

Des ressources qui pourraient vite chiffrer. Ce ne serait pas moins d’un million de revenus qui serait envisagé. De quoi faire réfléchir. 

En effet, la ville de Kyoto a souhaité diffuser une estimation auprès de ses médias locaux. Avec l’incinération de 13 000 personnes sur une durée de neuf mois, elle récupère 39 tonnes de cendres et à l’intérieur, nous pouvons y retrouver 7 kilos d’or, 21 kilos d’argent, 6 kilos de palladium et 200 grammes de platines. Ces matériaux revendus dans des sociétés spécialisées, ce serait la possibilité d’obtenir plus de 700 000 euros de cette vente. Fortes de ces analyses, d’autres villes estiment quant à elles pouvoir tirer au moins un million d’euros en revendant leurs cendres remplies de ces matériaux onéreux. 

La disposition par les municipalités de ces cendres serait parfaitement légale. En effet, lorsque les familles ne souhaitent pas récupérer la totalité des cendres, elles sont de plein droit détenues par la ville. Les choix de la ville en la matière peuvent alors être débattus avec la population locale, sans que cela ne soit obligatoire. 

Cet aspect de revalorisation des « déchets » et l’économie parallèle qui en découle peuvent cependant en surprendre plus d’un. Pourtant, à la suite d’un sondage dans la commune de Tajimi (110 000 habitants) avant le lancement de la vente de cendres, 95% des résidents se sont dits favorables et estiment qu’il s’agit là d’une bonne idée. 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Blair
Tony Blair : de Bagdad à Davos, du caniche de Bush à un ersatz de Schwab
PORTRAIT CRACHE - Après avoir traîné son flair politique façon caniche de Bush sur les champs de bataille irakiens, Tony Blair, l'avocat devenu Premier ministre a su t...
15 juin 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.