Salaire des fonctionnaires : vers une hausse de 30 à 70 euros de plus par mois

Auteur(s)
RT
Publié le 16 juin 2015 - 19:51
Image
Marylise Lebranchu buste
Crédits
©LCHAM/SIPA
Marylise Lebranchu promet une amélioration des conditions de carrière des fonctionnaires.
©LCHAM/SIPA
La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a annoncé ce mardi une amélioration de la rémunération des fonctionnaires à partir de 2017. Ainsi, les agents devraient toucher entre "30 et 40 euros brut" de plus et jusqu'à "70 euros" d’ici l’horizon 2020.

Dans le cadre du projet global de revalorisation des traitements de la fonction publique engagé à l’été 2014, Marylise Lebranchu a annoncé ce mardi une refonte à venir des grilles de rémunération (catégories A, B et C) des agents. Car le point d’indice qui sert de base de calculs aux traitements des fonctionnaires étant gelé depuis 2010, certains se retrouvent parfois moins payés que le Smic alors que celui-ci augmente pour cause d’inflation.

Les premières augmentations n’interviendront toutefois pas immédiatement, a indiqué la ministre de la Fonction publique sur RMC et BFM-TV,  peu avant une réunion avec les syndicats de fonctionnaires à qui elle devait présenter les nouvelles propositions du gouvernement. Soulignant qu’elle était "obligée d’être extrêmement lucide"  par rapport aux dépenses, elle a toutefois promis un "premier pas en 2017" si la négociation avec les syndicats aboutissait bien.  

Avec ces mesures, les fonctionnaires devraient toucher entre "30 et 40 euros brut" de plus et jusqu'à "70 euros" pour les catégories A (cadres) d’ici l’horizon 2020, a détaillé la ministre. Cela dépendra aussi de l'ancienneté de l'agent. Par exemple, un professeur en début de carrière qui gagne actuellement 1.690 euros bruts par mois, gagnera 74 euros bruts par mois de plus en 2017, tandis qu’un agent de propriété (1.448 euros bruts par mois en début de carrière en 2015), gagnera 31 euros bruts de plus.

En revanche, le dégel du point d’indice tant réclamé par les syndicats est pour l'heure maintenu. "Le Premier ministre et le président de la République ont été très clairs: si la croissance repart, on remet effectivement ce dossier du gel du point d'indice sur la table", a expliqué Marylise Lebranchu, ajoutant: "au printemps 2016, on verra ensemble [...] si la croissance est repartie, nous parlerons effectivement d'abandonner le gel, même si je ne veux pas laisser filer d'illusion, ce ne sera jamais une forte somme".

Car, selon les estimations de la Cour des comptes, une augmentation de 1% de la valeur du point coûterait 1,8 milliard d'euros pour les trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière).

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.