Embauche par des robots, entretiens en vidéo: comment gérer le nouveau recrutement déshumanisé?

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 09 février 2021 - 13:27
Image
télétravail
Crédits
Unsplash
Les robots recruteurs se sont affinées ces dernières années, et leur implémentation a explosé avec la crise sanitaire et l’imposition du télétravail.
Unsplash

Avez-vous déjà accepté de passer un entretien d’embauche en visioconférence? Au vu du contexte actuel, les grands groupes mais aussi les PME ont de plus en plus recours à des parcours de candidature automatisés et personnalisés. Cela a de nombreux avantages pour les recruteurs: ressources pour l’embauche, des délais de recrutement raccourcis, et un espoir de ne plus passer à côté des bons candidats. Mais est-ce aussi positif pour les candidats? Comment passer correctement un entretien à distance déshumanisé, ou un processus de recrutement piloté par une intelligence artificielle?

Une tendance en essor avec la généralisation du télétravail

Les outils se sont affinées ces dernières années, et leur implémentation a explosé avec la crise sanitaire  et l’imposition du télétravail. Pour la première partie du processus de recrutement certaines entreprises font désormais appel à des outils en ligne qui permettent de faire une première sélection. Certaines solutions de recrutement proposent des jeux en ligne simples pour faire un bilan de personnalité.  Des questionnaires sont conçus pour évaluer plusieurs aspects de la personnalité et de l'intelligence d'un demandeur d'emploi, ainsi que sa tolérance au risque et la rapidité avec laquelle ils réagissent aux situations.

Enregistrement vidéo: êtes-vous prêt à être évalué par une machine?

Des entreprises comme CleverConnect proposent même des entretiens vidéo différés, en remplacement ou en amont de la rencontre physique. Le principe est le même que celui de  l’entreprise américaine HireVue, une IA  qui enregistre des vidéos de candidats répondant aux questions via webcam. L'audio est ensuite converti automatiquement en texte, et un algorithme d'IA l'analyse des mots clés, tels que l'utilisation de «je» au lieu de «nous» en réponse à des questions sur le travail d'équipe. Cette petite “erreur” peut être déterminante, et peut aboutir à l’élimination du candidat sans lui donner l’occasion de s’entretenir avec un recruteur réel.
En 2017, Visiotalent, la solution vidéo de CleverConnec comptait plus de 350 entreprises clientes. La plateforme,  vendue à l’international , constate qu’il existe de grandes différences entre les marchés. D’un côté à cause des législations différentes concernant la protection des données et d’un autre en fonction des recruteurs, qui ont peur que le candidat refuse ce type de procédure.
Kevin Parker, le directeur général de HireVue, estime que l'IA est plus impartiale qu'un intervieweur humain, car elle n'a aucun parti pris. «Il y a un désir d'avoir un processus équitable, et l'IA peut aider à évaluer tous ces candidats de manière très cohérente», dit-il.

Attention à la discrimination algorithmique

Mais ce principe d'objectivité des robots ne peut être démontré, et il est connu que des algorithmes développés par des personnes ou avec des principes racistes seront aussi discriminants. Amazon a abandonné son système de recrutement basé sur l'IA en 2018 car il avait déduit que les candidats masculins étaient préférables parce qu'ils avaient plus souvent une plus grande expérience de l'industrie technologique sur leur CV. Ce qui montre la complexité des biais algorithmiques pour le recrutement automatisé.

Est-ce qu’on peut tromper un robot recruteur ?

Mentir sur son CV est une pratique courante. Aujourd’hui, alors que l’analyse des CVs et des vidéos d’entretiens est faite par des machines, des recommandations spécifiques sont diffusées sur Internet, pour essayer de manipuler ces robots. Peut-être n’allez-vous pas tromper la machine, mais au moins, vous pouvez vous y adapter, et vous exprimer en utilisant ses codes et son “langage”. Cela passe par utiliser les mots clés qui seront appréciés par les algorithmes. Bérangère Touchemann, coach de carrière,  explique sur son site  qu’il faut  penser aux mots-clés avant tout pour apprendre à parler aux robots. “On aura plus de chances d’être lu par un recruteur en comptant combien de fois on utilise le mot-clé « ventes », « communication », « SEO »,  « marketing », ou tout autre mot en rapport direct avec le poste à pourvoir. Même si le CV ne veut plus dire grand-chose à la fin,” explique t-elle. Une piste: prenez la fiche de poste, repérez les mots clés, et trouvez ensuite la manière de placer ces mots clés dans votre CV, dans votre lettre de motivation, ou pendant votre entretien vidéo, pour séduire les robots qui analyseront cela de manière automatisée.

 

À LIRE AUSSI

Image
Elon Musk, la 4ème fortune du monde
Elon Musk réussira-t-il à généraliser la fin de l’embauche basée sur les diplômes?
Dans un contexte où les étudiants sont forcés de suivre des cours à distance, et où les examens de fin d’année ont dû être repensés en raison de la crise sanitaire, la...
01 février 2021 - 13:43
Société
Image
livreurs
Coopérative, CDI, ou auto-entreprise, quelle est la meilleure solution pour les livreurs de repas?
Même si le fonds de solidarité permet aux restaurants de survivre à la crise, la vente à emporter est la seule planche de survie à laquelle les restaurants peuvent s’a...
05 février 2021 - 14:26
Société