Être lanceur d’alerte, la dernière tendance du marché du travail

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 12 octobre 2022 - 16:55
Image
Edward Snowden
Crédits
Phillip Faraone / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Phillip Faraone / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Suite au phénomène appelé la “grande démission”, selon un reportage du magazine Vice, de nombreux employés seraient prêts à devenir lanceurs d’alerte, pour dénoncer des mauvaises pratiques professionnelles.

Certaines pratiques en entreprise, soit pour gagner des clients, soit pour détourner la concurrence, ne sont pas éthiques, et vont parfois jusqu’à l’illégalité. De nombreux salariés n’adhèrent pas à ces méthodes et les remettent en cause, motivés par la vague de remise en question du monde professionnel et du “détravail”.

Certains décident de parasiter le système, et utilisent des groupes de discussions pour s’organiser autour du mouvement “antiwork”. D’autres préfèrent passer à l’acte. En France de plus en plus d'employés envisagent de dénoncer les irrégularités ou injustices au sein de leurs entreprises. Maintenant protégés par la Loi Sapin 2, les lanceurs d’alerte sont donc plus nombreux en France. Pour les lanceurs d’alerte au sein des organismes publics, un site à même été lancé pour signaler la mauvaise gestion de l’argent public.

Des inconvénients continuent à décourager les lanceurs d’alerte

Mais être lanceur d’alerte, ça n’est pas facile : après avoir dénoncé, on se retrouve isolé, aussi bien professionnellement que socialement. En effet, le risque pour certains jeunes professionnels de ne plus jamais trouver un travail, existe. Tout le monde ne peut donc pas se permettre d’être lanceur d’alerte, et cela malgré les nouvelles lois qui les protègent. Comme explique le reportage de Vice, “déserter son travail et dénoncer des pratiques, même frauduleuses et illégales de son employeur, reste une décision forte souvent considérée comme une petite mort sociale.” Des associations existent donc pour aider à protéger les lanceurs d’alerte.

Des lanceurs d’alerte dans tous les secteurs ?

Jérémy Désir, ancien trader de la banque HSBC, a créé en 2021 l’association “Vous n’êtes pas seuls”  pour accompagner les lanceurs d’alerte s’inspirant de sa propre désertion. Selon Vice, l’association a déjà accompagné des centaines de personnes qui n’ont pas eu besoin de démissionner tout en dénonçant des mauvaises pratiques dans leurs secteurs, car les lanceurs d’alerte peuvent avoir “des niveaux de radicalité, de conscience et de politisation assez variées”. 

Au niveau international, un entrepreneur bordelais du secteur des médias, Gilles Raymond, a aussi créé une fondation pour offrir une protection concrète aux lanceurs d'alertes, “The Signals Network”. L’organisation permet de médiatiser certaines révélations tout en protégeant le lanceur d’alerte. Bien que médiatiser l’affaire risque crée un risque plus grand pour le lanceur d’alerte, une forte médiatisation de sa révélation peut forcer l’entreprise à changer ses pratiques. 

À LIRE AUSSI

Image
HSBC Barclays Londres
Un ancien trader sonne l'alerte : "La voracité du système détruit la planète"
Dans l’émission « Dialogue citoyen » du samedi 2 juillet, l'ancien trader et alumni de l’école des mines de Saint-Etienne Jérémy Désir explique pourquoi il a quitté le...
08 juillet 2022 - 11:15
Société
Image
Photo obtenue le 6 juin 2017 sur les réseaux sociaux d'un selfie non daté ni localisé de la Texane R
Reality Winner, idéaliste anti-Trump sur les pas de Snowden
Pour avoir voulu mettre en acte son aversion de Donald Trump, Reality Winner risque aujourd'hui un long emprisonnement: la Texane de 25 ans est accusée d'avoir divulgu...
07 juin 2017 - 12:06
Image
France-Soir
Lanceurs d'alerte : des associations demandent une meilleure protection
Vingt-neuf associations ont lancé jeudi un appel pour que soit transposée en France une directive européenne pour la protection des lanceurs d'alerte avant la fin de l...
03 juin 2021 - 12:51

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambigu, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, v...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.