Télétravail, chômage, à l’arrêt ou actif : Quelle est la situation des français pendant le confinement?

Télétravail, chômage, à l’arrêt ou actif : Quelle est la situation des français pendant le confinement?

Publié le 07/04/2020 à 18:45 - Mise à jour le 10/04/2020 à 13:25
France-Soir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir, analyse France-Soir
-A +A

Etude et analyse exclusive France Soir : La crise sanitaire bat son plein et même si les chiffres donnent quelques lueurs d’espoir, la vigilance est de mise. Le gouvernement a donné les moyens aux préfets de renforcer les mesures de confinements. Une crise en cachant toujours une autre, dans la troisième partie de l’étude, nous nous sommes intéressés aux conditions de travail et aux conséquences perçues du confinement.

Les questions posées à l’échantillon représentatif de la population française de 2100 personnes du 4 au 5 avril 2020 sont :

Quelle est votre catégorie socio-professionnelle en temps normal ?

Aujourd’hui, dans quelles conditions travaillez-vous ?

Quel est l’impact sur votre entreprise ou activité de la crise du coronavirus ?

Sur la totalité des français à ce jour 32% sont actuellement au travail (télétravail ou lieu habituel de travail).  16% sont au chômage partiel, 13% ne peuvent pas travailler.  Pour 26% ils sont en retraite et pour 13% en recherche d'emploi, au foyer, étudiant ou sans profession. (première colonne du graphique)

Notre échantillon représentatif de la population nationale recoupe donc toutes les catégories socio-professionnelles et il n’y a pas vraiment de différences notables entre les classes d’activités ni de tranche d’âge, le chômage/travail partiel touche donc toute la population.

Sur la base totale de la population active, 53% des français sont au travail à plein temps, 26% en chômage partiel.  23% des français ne peuvent pas travailler car ils sont dans l’impossibilité d’exercer leur activité professionnelle, une conséquence directe du confinement pour certaines professions (restaurateur, hôtelier, profession libérale nécessitant un contact avec les clients). Ces données se retrouvent dans la seconde colonne du graphique

Pendant les grèves de 2018/2019, les français s’étaient adaptés en recourant au télétravail.  Durant cette période de crise sanitaire, qu’ils soient en activité totale ou partielle, les français font un plus grand usage du télétravail. Parmi les personnes en pleine activité 50% vont physiquement au travail et 50% télétravaillent.  Le même phénomène est observé pour les actifs en travail partiel. (troisième et quatrième colonne du graphique)

 

L’impact sur l’activité économique apparaît très important puisque 56% des sondés anticipent des diminutions substantielles de chiffre d’affaires (supérieur à 20% allant jusqu’au péril de l’entreprise).  En regardant ceux qui ont exprimé un avis sur l’activité, 73% des exprimés estiment que le chiffre d’affaires va baisser de plus de 20%.  Seul 7% évaluent la situation comme étant une source d’opportunité et d’augmentation du chiffre d’affaires. 
La crise économique est donc un phénomène ressenti par tous.

11% des salariés estiment que la crise met en péril leur entreprise et par conséquence leur emploi. 

 

En ramenant ces chiffres à la base des actifs en France de 27.2 millions (données Insee 20/2/2020) les chiffres prennent une autre dimension :

14.9 millions de français sont au travail : 7 millions vont au travail tous les jours sur leur lieu habituel de travail et 7.9 millions sont en télétravail total ou partiel.  Il y a donc encore 7 millions de nos concitoyens qui se déplacent pour des raisons professionnelles.  Cela ne représente que 10.5% de la population totale.  Les chiffres sont édifiants car sur 67 millions de français seulement 22% sont actuellement productifs.

12.4 millions des français sont à l’arrêt car ils ne peuvent pas travailler ou sont en chômage partiel.

En regardant les chiffres sur l’emploi et le péril de l’emploi, 11% des salariés pensent que leur entreprise pourrait être en péril et 16% que leur entreprise pourrait perdre plus de 50% du chiffre d’affaires.  Si 27% des salariés pensent que le chiffre d’affaires peut diminuer de plus de 50%, nous pouvons estimer une base de 6.4 millions de salariés à risque.

La crise sanitaire est sans nul doute importante mais la crise économique prend toute son ampleur quand on mesure les conséquences sur l’entreprise et sur l’emploi.  Le gouvernement a tardé à prendre toutes les mesures sanitaires pour protéger les français de la propagation du virus. 

"Il faut rester vigilant sanitairement et veiller à ce que n’émergent pas plus de fatalités économiques de cette crise sanitaire." 

C’est le rôle des dirigeants de prendre en considération tous les facteurs, répondre à l’urgence et parer à la seconde crise économico-sanitaire qui s’abattra sans aucun doute sur le pays.  Les décisions sur l’économie et le social afin d’endiguer la crise économique seront assurément sans commune mesure avec les dispositifs sanitaires mis en place.  Imprimer des milliards certes peut paraitre évident en période de crise et de stagflation à très court terme, cependant de nombreuses concessions sociales devront probablement être faites afin de redémarrer l’industrie et donner de la flexibilité et de la productivité en France. Cela entrainera sûrement de nombreux débats sur la retraite et les 35 heures, le salariat vs l’autoentrepreneur.

Outre les conséquences sanitaires dramatiques, et le confinement, Covid19 a déjà eu plus d’impact sur le travail (télétravail) que tous les autres dispositifs auparavant. 

"La crise sanitaire aura-t-elle autant de conséquences sur l’économie et ouvrira-t-elle la voie à la refonte du logiciel sociétal et au changement d’esprit."

Etude et analyse France-Soir, de l’impact du confinement lié au “COVID-19” sur les français, menée du 4 au 5 avril 2020 sur un échantillon représentatif de la population française méthode des quotas sur les critères de sexe, âge, catégorie socio-professionnelle et répartition géographique. L'enquête a été réalisée par MIS Group pour la société Shopper Union France SAS qui publie et édite le site www.francesoir.fr.  Tout sondage comporte statistiquement des marges d'erreurs qui ont été réduites de par la taille de l'échantillon de 2100 personnes Toute personne a le droit à consulter la notice prévue par l'article 3 de la loi.

 

Auteur(s): France-Soir, analyse France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Etude exclusive sur la situation professionnelle des français

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-