Al Gore à la COP28 : critique des médias sociaux et alarmisme climatique

Auteur(s)
Trina Banderas, France-Soir
Publié le 18 décembre 2023 - 12:16
Image
Gore Cop 28
Crédits
Bennett Raglin
Al - "pocalyptique" - Gore
Bennett Raglin

ENVIRONNEMENT - Lors du sommet vert de Bloomberg à la COP28 de Dubaï, Al Gore a exprimé mardi 5 décembre son inquiétude quant à la manière dont les médias sociaux ont altéré la façon dont les Américains partagent l'information. Il a souligné que le contrôle individuel sur les informations auxquelles les gens choisissent d'accéder peut être dangereux pour la démocratie, car il compromet la notion d'une "base de connaissances partagée".

Plus tôt, lors de son intervention, Al Gore a déclaré à l'intervieweur de Bloomberg : "Des médias sociaux dirigés par des algorithmes qui attirent les utilisateurs dans des terriers de lapin, semblables à des pièges carnivores, peuvent être comparés numériquement aux AR-15. Ils devraient être interdits. Ils devraient vraiment être interdits". Dénonçant ces algorithmes en les qualifiant d'"abus du forum public", l'ancien vice-président des Etats-Unis a affirmé que les médias sociaux "ont perturbé les équilibres qui existaient auparavant et qui permettaient à la démocratie représentative de mieux fonctionner".

Il a averti que les utilisateurs de ces médias peuvent se retrouver dans une chambre d'écho après avoir passé du temps à faire défiler l'algorithme. "Si vous passez trop de temps dans la chambre d'écho, ce qui est armé est une autre forme d'IA - pas l'intelligence artificielle, la folie artificielle", a-t-il poursuivi. "Je suis sérieux. QAnon n'est que la version la plus connue de la folie artificielle".

Al Gore exige une action immédiate contre les combustibles fossiles

Au cours de cette même interview avec Bloomberg Green, Al Gore a demandé que l'on s'éloigne plus rapidement des combustibles fossiles pour sauver la planète. Il a averti que le sommet des Nations unies sur le climat (COP28) est désormais "au bord de l'échec total". Les dirigeants du sommet ont publié un projet d'accord qui omet un appel à l'élimination progressive des combustibles fossiles, sans lesquels il est impossible d'atténuer de manière significative la crise climatique. Ces propos interviennent peu de temps après que le Dr. John Clauser, lauréat du prix Nobel, a déclaré qu'il n'y avait pas de crise climatique.

Mardi 12 décembre devait être le dernier jour de la COP28, mais la conférence a joué les prolongations, aucun accord n'étant en vue, de nombreux négociateurs s'opposant au projet en raison de sa faiblesse, y compris l'émissaire américain pour le climat, John Kerry.

"Il reste 24 heures pour montrer de quel côté se trouve le monde : du côté de ceux qui veulent protéger l'avenir de l'humanité en donnant le coup d'envoi à l'élimination progressive des combustibles fossiles, ou du côté des pétrodollars et des dirigeants des compagnies pétrolières et gazières qui alimentent la catastrophe climatique historique", a déclaré Al Gore. "Pour éviter que la COP28 ne soit l'échec le plus embarrassant et le plus lamentable en 28 ans de négociations internationales sur le climat, le texte final doit inclure une formulation claire sur l'élimination progressive des combustibles fossiles."

Des déclarations climatiques controversées

Bien qu’Al Gore ait bénéficié de grandes tribunes, en prononçant des discours au Forum économique mondial, à la conférence des Nations unies et à d'autres événements très médiatisés, bon nombre de ses déclarations passées ont déjà été réfutées.

Il avait par exemple annoncé, lors d'un discours à la conférence de Copenhague sur le climat en 2009, qu'il y avait "75 % de chances que l'ensemble de la calotte glaciaire polaire nord, pendant certains mois d'été, soit complètement libérée de la glace dans les cinq à sept prochaines années". L'ancien vice-président a fait des commentaires similaires à deux reprises auparavant, en citant des recherches.

La calotte glaciaire de l'Arctique n'a jamais été éliminée au cours de la dernière décennie. Selon la NASA (National Aeronautics and Space Administration), l'étendue minimale des glaces de l'Arctique, c'est-à-dire la couverture de glace pendant le mois le plus chaud de l'année, diminue de 12,6 % par décennie.

Entre discours alarmiste et élucubrations climatiques

En outre, dans son documentaire de 2006 sur le réchauffement climatique intitulé Une vérité qui dérange, Al Gore a prédit que le niveau de la mer pourrait s'élever d’environ 6 mètres "dans un avenir proche". Depuis 1880, le niveau de la mer s'est élevé de 20 à 23 cm et, entre 1993 et 2021, il a augmenté de 9,6 cm, selon l'Administration nationale des océans et de l'atmosphère (NOAA). À ce rythme, il faudrait environ 1 136 ans pour que le niveau de la mer s'élève d'environ 6 mètres.

Dans un discours prononcé en 2007 en Norvège, après avoir reçu le prix Nobel de la paix pour son travail d'information du public sur les dangers posés par le changement climatique, Al Gore a fait état de recherches indiquant que la température moyenne de la Terre augmenterait de "plusieurs degrés" si la quantité de carbone dans l'atmosphère doublait.

Or, selon les scientifiques, la température de la planète ne devrait augmenter que de 2,9 degrés Celsius au maximum par rapport à la période préindustrielle d'ici à 2100, date à laquelle la quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère devrait doubler, comme l'a rapporté le New York Times en novembre 2022. Cela équivaudrait à une augmentation de 1 degré Celsius par rapport à 2022, selon la NOAA.

Dans le même discours, Al Gore a prévenu que des tempêtes plus violentes continueraient à menacer des villes entières. Selon Ryan Maue, météorologue et ancien responsable scientifique de la NOAA, l'indice de l'énergie cyclonique accumulée, un outil utilisé pour mesurer l'activité des tempêtes tropicales dans le monde, a toutefois connu une légère tendance à la baisse au cours des 30 dernières années.

"La véritable faiblesse du mouvement climatique, outre la faillite intellectuelle de ce qu'il tente de faire, est qu'il est dirigé par des clowns comme Al Gore, John Kerry et Joe Biden", a déclaré Steve Milloy, juriste à l'Energy & Environment Legal Institute et éditeur de JunkScience.com, lors d'une interview accordée à Fox News Digital.

À LIRE AUSSI

Image
Al Gore
"Bombes de pluie", "ébullition des océans" : à Davos, Al Gore “hystérique” lors d’une conférence sur le réchauffement climatique
L’ancien vice-président américain Al Gore a poussé un coup de gueule “hystérique” mercredi 18 janvier 2023 à Davos en Suisse, lors d’une conférence sur les dangers du ...
21 janvier 2023 - 12:30
Politique
Image
FS Benoit Ritaud décembre 2023
La COP 28 : une grande messe qui s’installe à l’échelle mondiale. Entretien avec Benoit Rittaud.
Benoît Rittaud est un mathématicien français. Il est enseignant-chercheur en mathématiques, maître de conférences à l’université Paris 13, au sein du laboratoire d’ana...
16 décembre 2023 - 14:11
Vidéos
Image
COP 28
La COP 28 ne parvient à un accord sur une transition hors des énergies fossiles qu’après une prolongation
MONDE - Le projet d'accord proposé lundi 11 décembre 2023 par l’émirati Sultan Al Jaber, président de la 28e conférence de l'ONU sur le changement climatique (COP 28) ...
13 décembre 2023 - 12:30
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.