Biodiversité : Le Parlement européen planche sur la restauration de la nature

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 10 juillet 2023 - 13:25
Image
TP Nature et Environnement
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

DÉPÊCHE — Enrayer le déclin de la biodiversité et réparer les écosystèmes abîmés partout en Europe, c'est l'objectif d'un projet de loi de l'Union sur la restauration de la nature. Actuellement débattu au Parlement, il ne convainc pas les Vingt-Sept.

Pollution, urbanisation, exploitation intensive... Selon Bruxelles, plus de 80 % des habitats naturels de l'Union européenne (UE) sont dans un état de conservation "mauvais ou médiocre" (tourbières, dunes et prairies tout particulièrement), et jusqu'à 70 % des sols sont en mauvaise santé.

Pour répondre à ce fléau dans les années à venir, le texte s'appuie sur un investissement de 100 milliards d'euros et propose les mesures suivantes :

  • Instaurer d'ici à 2030 des mesures de restauration sur 20 % des terres et espaces marins à l'échelle de l'UE, puis d'ici à 2050 sur l'ensemble des zones qui le nécessitent.
  • Imposer un objectif contraignant de non-détérioration sur de vastes zones, y compris hors des aires protégées Natura2000.
  • Interdire toute perte nette d'espaces verts urbains d'ici à 2030, puis imposer leur augmentation d'au moins 5% d'ici à 2050, tout en visant à cette date 10% d'espaces arborés dans chaque agglomération.
  • Améliorer l'état des tourbières, précieux puits de carbone naturels, et des forêts.
  • Supprimer des obstacles (par exemple certains petits barrages obsolètes) sur les fleuves et rivières, afin d'atteindre "au moins 25 000 km" de cours d'eau "libres" d'ici à la fin de la décennie.
  • Inverser le déclin des populations de pollinisateurs d'ici à 2030, puis les accroître.
  • Étendre les zones "à haute diversité", avec l'objectif indicatif qu'elles représentent 10 % des terres agricoles à l'échelle de l'UE. L'expression recouvre des réalités variées : haies, fossés, étangs, arbres fruitiers, mais aussi rotation des cultures...

Si le projet est globalement soutenu, les États sont réticents vis-à-vis des contraintes de résultats et des objectifs quantitatifs. Sur le point des espaces verts, par exemple, certains États souhaitent simplement "ne pas diminuer" plutôt que d'avoir à augmenter.

Par ailleurs, les Vingt-Sept prévoient certaines dérogations pour l'installation de projets d'énergies renouvelables ou d'infrastructures de Défense.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.