Californie : quand le fumier devient plus rentable que la production de lait

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 25 octobre 2021 - 20:34
Image
Des vaches d'une exploitation laitière à Potterville, en Californie
Crédits
ROBYN BECK / AFP
Les vaches d'une exploitation laitière à Potterville, en Californie
ROBYN BECK / AFP

En Californie, de plus en plus d’exploitants laitiers font de la production de fumier leur activité principale. Source de méthane, un gaz vendu ensuite comme énergie verte, le fumier est ainsi devenu plus rentable que le lait.

Le fumier, avenir de l’énergie verte ?

Le fumier des vaches est-il l’avenir de l’exploitation laitière ? C’est en tout cas ce que pensent de plus en plus d’agriculteurs californiens. Alors qu’ils ont vu leurs revenus stagner ou diminuer ces dernières années, les exploitants de la vallée de San Joaquin profitent désormais des lois liées à la transition énergétique mises en place en Californie pour se reconvertir dans la production de fumier, rapporte Korii.fr.

Mais, pourquoi le fumier est-il désormais si prisé ? Parce qu’il est une source de méthane, un gaz qui, grâce à d’immenses cuves appelées digesteurs, est ensuite revendu en biogaz. Les exploitants laitiers n’ont pas besoin d’être eux-mêmes propriétaires de ces digesteurs : de grandes entreprises se chargent pour eux de convertir le méthane en énergie verte.

Des conséquences environnementales désastreuses

Résultat : produire du fumier est devenu un meilleur investissement que de vendre le lait de ses bêtes. Selon le Hoard's Dairyman, un journal spécialisé dans l'industrie laitière aux États-Unis, la vente de fumier peut rapporter jusqu’à 100 dollars par vache et par an. Soit, pour une ferme comptant 2 500 têtes, une plus-value de 350 000 dollars chaque année.

Mais, cette reconversion n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Parce que les petits exploitants sont moins susceptibles de nouer des contrats avec des entreprises transformant le fumier en méthane, ou de financer eux-mêmes leur propre digesteur, ils sont prêts à faire grossir leur troupeau, au risque de devenir des mégafermes comptant des milliers de bêtes.

Or, en polluant durablement les sols, les grands troupeaux de l’élevage intensif sont un désastre écologique. De quoi relativiser les bienfaits de « l’or vert » que constitue le méthane produit par le fumier.

À LIRE AUSSI

Image
Des vaches à hublot filmées par L214
"Vaches à hublot": L214 dénonce l'expérimentation animale par l'industrie (vidéo)
L'association L214 dénonce ce jeudi 20, à travers une nouvelle vidéo choc, l'expérimentation animale au service d'une industrie qui cherche à produire toujours plus. E...
20 juin 2019 - 09:51
Société