Covid-19 : les animaux, victimes collatérales de notre consommation de masques

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 19 avril 2021 - 14:06
Image
Gary Stokes ramasse des masques dans la mer
Crédits
ANTHONY WALLACE / AFP
Gary Stokes, fondateur de l'organisation environnementale OceansAsia ramasse des gants usagés sur la plage de Hong-Kong
ANTHONY WALLACE / AFP

Le masque est devenu en un an l’objet incontournable de nos journées depuis le début de l’épidémie mondiale liée à la Covid-19 : il ne nous quitte pas, voire il envahit notre quotidien. Et pourtant, cette consommation aurait un impact important sur l’environnement : la pollution par les masques et les gants en latex aurait bondi de manière spectaculaire en un an. OceansAsia estime à 1,56 milliard le nombre de masques ayant rejoint les océans en 2020. Sachant qu’un masque chirurgical mettrait au minimum 450 ans à se désagréger selon les informations de France Inter, nous sommes face à une nouvelle forme de pollution touchant la faune et la flore. 

Une étude a été publiée fin mars par des chercheurs néerlandais, dans la revue Animal Biology. Les auteurs de l’étude, Auke-Florian Hiemstra et Liselotte Rambonnet, estiment « que nous utilisons chaque mois 129 milliards de masques et 65 milliards de gants dans le monde ». Les victimes collatérales seraient les animaux : soit ils ingèrent ces déchets et risquent l’indigestion soit ils sont piégés dedans et finissent par mourir d’épuisement après avoir tenté de s’en réchapper. Ces derniers temps, des singes ont été vus en train de mâcher des masques de protection, des poissons ont été piégés dans des gants en latex aux Pays-Bas et des oiseaux ont été repérés construisant leur nid avec des gants et des masques à Amsterdam.

Ils ne seraient pas les seuls concernés selon l’étude : chauves-souris, renards, hérissons, crabes, pieuvres, chats, chiens en souffriraient également… Un manchot de Mangellan échoué sur une plage du Brésil avait un masque facial dans l’estomac. « Les animaux s'affaiblissent parce qu'ils s'emmêlent ou meurent de faim à cause du plastique dans leur estomac. Les vertébrés et les invertébrés sur terre, dans l'eau douce et dans l'eau de mer s'emmêlent ou sont piégés dans les déchets du coronavirus », nous disent les auteurs de l’étude.

Ces derniers ont choisi de s’appuyer sur des sources différentes dans le monde entier pour enrichir leur étude : les réseaux sociaux, les journaux locaux, des photographes spécialisés, les ramasseurs de déchets, des spécialistes des animaux… Un site internet est à disposition de tous pour partager les situations malheureuses d’animaux piégés par un masque ou gant jetable et pour "mesurer toute l'ampleur de ce problème". 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.