Des huiles essentielles légales pour remplacer le glyphosate dans les vignobles français ?

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 07 mars 2022 - 13:30
Mis à jour le 08 mars 2022 - 13:30
Image
Un flacon d'huiles essentielles
Crédits
©Monicore/ Pixabay
Une start-up belge propose les huiles essentielles pour traiter les champs.
©Monicore/ Pixabay

Le glyphosate, ce désherbant classé "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) mais autorisé en Europe, est au cœur des préoccupations de plusieurs organisations de la société civile, qui plaident pour son interdiction. Alors qu’Emmanuel Macron s'était engagé, en novembre 2017, pour une interdiction du glyphosate "au plus tard dans trois ans", il a fini par reconnaître avoir échoué, déplorant un échec "collectif". Cependant, des acteurs se mobilisent pour proposer des innovations qui protègent les cultures et évitent l’utilisation de produit nocif, sans attendre l’action du gouvernement. Ce faisant, des vignerons se tournent vers l'expérimentation avec des huiles essentielles, pour soigner les maladies des vignes et contrôler les adventices sans utiliser l’herbicide tristement célèbre.

Des expériences en Champagne

Le site Terre de vins recueille le témoignage de certains vignerons qui traitent déjà depuis plusieurs années leurs cultures avec des huiles essentielles. Adrien Renoir, vigneron à Verzy, par exemple, a commencé à utiliser les huiles essentielles en 2017, contre le mildiou. Éric Rodez, vigneron à Ambonnay, confie expérimenter ces huiles contre les adventices.

Une start-up belge propose les huiles essentielles pour traiter les champs

Alors que le terrain des huiles essentielles manque de réglementation et de recherches (sur leur potentielle toxicité comme sur leur efficacité), une start-up belge baptisée Apeo, pour « Agronomical Plant Extracts & Essential Oils », créée en janvier 2021, cumule dans son historique dix ans de recherches à l’Université de Liège, et donne à voir des résultats très encourageants sur le contrôle des adventices grâce aux huiles essentielles. Haissam Jijakli, co-fondateur de l’entreprise, propose trois huiles testées avec succès en serre en 2018, 2019 et 2020, en Belgique, dans le Sud de la France, et au Royaume-Uni, dont la formule est secrète. Pour la vigne, la start-up propose deux formulations, à pulvériser à l'aide des équipements classiques : un produit pour désherber en début de campagne ou à l’automne, et un second pour épamprer. Des essais pour une homologation en viticulture vont démarrer ce millésime, ce qui permettrait à la formule d'être vendue à partir de 2026.

De réglementations contraignantes pour les traitements "bio"

Si la commercialisation de cette formule n’est pas pour demain, cela est dû à des réglementations contraignantes au niveau européen. Les huiles essentielles, pour être utilisées en protection des cultures, doivent suivre une réglementation européenne spécifique aux produits phytosanitaires. Le règlement 1107/2009, relatif au plan Ecophyto, préconise que l'huile essentielle soit autorisée en tant que substance active au niveau européen, et que le produit commercialisant la formule soit autorisé en France. D’abord, la formule doit être inscrite en tant que substance active classique, et ensuite en tant que substance à faible risque, pour terminer en tant que substance de base. Or, aujourd’hui, en Europe, aucune substance n’est autorisée en tant que substance à faible risque, ni en tant que substance de base. Des associations comme l'ASPRO-PNPP militent pour que décoctions, infusions ou purins, macérats et huiles essentielles ne soient plus hors la loi, ce qui limiterait l'utilisation de pesticides ou d'engrais chimiques.

À LIRE AUSSI

Image
Mike Cannon-Brookes
Un milliardaire australien veut acheter des centrales à charbon pour les fermer
Plusieurs grandes fortunes se sont engagées à céder jusqu'à cinq milliards de dollars pour la protection de la planète. Ces actions restent néanmoins timides, et l’opi...
01 mars 2022 - 19:38
Société
Image
Roots of tomorrow
Un jeu vidéo français pour accompagner la transition écologique de l’agriculture
Cette année, à l'occasion de la 58e édition du Salon international de l’agriculture de Paris, qui se tient du 26 février au 6 mars, la dernière version d'un nouveau je...
28 février 2022 - 17:26
Société
Image
Humbertium covidum
Attention à ce ver noir baptisé Covidum, nouveau fléau des jardins
Repéré dans des jardins des Pyrénées-Atlantiques, cette nouvelle espèce de ver plat serait non seulement néfaste pour la biodiversité, mais aussi toxique pour l’humain...
28 février 2022 - 12:08
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.