Jugée à Londres, Greta Thunberg fait parler d'elle à nouveau

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 01 février 2024 - 19:10
Image
La militante écologiste suédoise Greta Thunberg au Forum économique mondial de Davos, le 19 janvier
Crédits
AFP - Fabrice COFFRINI
AFP - Fabrice COFFRINI

Jugée à Londres pour trouble à l'ordre public, Greta Thunberg a appelé jeudi à ne pas se tromper "d'ennemi". Elle avait été arrêtée en octobre 2023, avec 25 autres militants écologistes, pour avoir perturbé l'accès à l'Energy Intelligence Forum, une conférence qui réunissait les principales compagnies pétrolières et gazières dans un hôtel de luxe.

Si on la voit moins qu'avant dans les médias, elle n'a pas cessé de manifester. "Même si c'est nous qui nous tenons ici, (...) des militants de l'environnement et des droits humains partout dans le monde sont poursuivis (...) pour avoir agi en conformité avec la science. Nous devons nous souvenir de qui est le vrai ennemi", a déclaré la Suédoise de 21 ans en quittant la Westminster Magistrates Court, où son procès doit s'achever vendredi.

Le 17 octobre 2023, elle faisait partie du groupe de militants qui avaient tenté de bloquer l'accès à l'Energy Intelligence Forum, malgré l'interdiction policière. Ils accueillaient les participants par des "honte à vous". Aux forces de l'ordre, Greta Thunberg avait assuré : "Derrière ces portes closes (...) des politiciens sans carrure concluent des accords et des compromis avec les lobbyistes du secteur destructeur des combustibles fossiles".

Libérée sous contrôle judiciaire, elle avait dès le lendemain pris part à une nouvelle manifestation devant l'hôtel cinq étoiles, avec des centaines d'autres personnes. Elle risque une amende maximale de 2.500 livres, soit près de 3.000 euros. Ce qui ne semble pas l'inquiéter plus que de raison, puisque la jeune femme a passé la plus grande partie de l'audience à dessiner sur un petit carnet et a livré quelques sourires moqueurs. Elle doit témoigner vendredi, mais assure déjà que "le combat climatique n'est pas un crime".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.