L'Age de glace

Auteur(s)
Xavier Azalbert, France-Soir
Publié le 10 janvier 2024 - 17:35
Image
L'Age de glace
Crédits
Unsplash
Il y a cinquante ans, pour certains, la Terre entrait dans une ère glaciaire... Elle ne s'est guère manifestée. Depuis changement de cap à 180 degrés. Au-dessus de zéro ?
Unsplash

EDITO - The Guardian est un quotidien britannique fondé en 1821. Et, dès lors que selon Wikipédia, Bible 2.0 en matière d'authenticité validée par les instances officielles, The Guardian est considéré "comme un journal de référence au Royaume-Uni ", personne n'oserait affirmer que The Guardian est un journal qui relaie des théories du complot. Pas même les libertaires radicalisés pathologiques que sont Tristan Mendès France et consorts : les chiens de garde enragés de la pensée unique. 

Et pourtant ! 

Dans son édition du 29 janvier 1974 dont nous publions ici la copie, The Guardian s'est fendu d'un article qui, s'il était sorti aujourd'hui, aurait valu à son auteur et au responsable légal du journal, d'être cloués au pilori. D'être traités de complotistes. De terroristes ! 

En effet, qu'apprend-on dans cet article ? Un article qui s'appuie sur des données 100 % officielles, fournies par les satellites météorologiques de sa très Gracieuse Majesté. Un article dont le contenu, à l'époque, n'a été contesté par quiconque, bien au contraire (j'y reviendrai plus en avant), pas davantage dans le monde scientifique que dans les médias. 

On y apprend qu'une nouvelle ère glaciaire est imminente. Que rien ne peut l'empêcher, surtout pas l'homme, l'impact que l'être humain a sur le climat étant tout au plus qu'un pet de mouche sur le dos d'un éléphant. Une petite mouche sur un hénaurmeéléphant, même, plus exactement, l'activité humaine étant infinitésimale dans ce domaine, comparée ne serait-ce qu'à un seul volcan bien colèrique. On l'a vu, par exemple, avec l'Eyjafjallajökull, le volcan islandais dont l'éruption a paralysé le trafic aérien européen en 2010. Et ceci alors que l'éruption en question n'a duré que quelques semaines. Je vous laisse imaginer ce que ça aurait été si elle s'était poursuivie toute une année, voire bien davantage, une occurrence courante constatée sur bien des volcans, me souffle Haroun Tazieff (1) à titre posthume.