L'UE va renouveler l'autorisation du glyphosate pour 10 ans

Auteur:
 
Par Anne-Laure MONDESERT - AFP
Publié le 16 novembre 2023 - 16:45
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
TP Nature et Environnement
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

La Commission européenne a annoncé jeudi qu'elle allait renouveler l'autorisation du glyphosate dans l'UE pour 10 ans, à la suite d'un vote des Etats membres qui a ouvert la voie à cette décision sur cet herbicide controversé.

À l'appui de sa décision, l'exécutif européen met en avant le rapport d'un régulateur européen estimant que le niveau de risque ne justifie pas d'interdire le glyphosate.

L'autorisation actuelle de cette substance dans l'UE, renouvelée en 2017 pour cinq ans puis étendue d'une année supplémentaire, expire le 15 décembre. En l'absence de majorité au sein des 27 sur cette question, il revenait à la Commission de trancher.

"La Commission, en collaboration avec les États membres de l'UE, va maintenant procéder au renouvellement de l'approbation du glyphosate pour une période de dix ans, sous réserve de certaines nouvelles conditions et restrictions", indique-t-elle dans un communiqué.

Elle prévoit quelques garde-fous et l'interdiction de l'usage du glyphosate pour la dessiccation (épandage pour sécher une culture avant récolte).

France et Allemagne s'abstiennent

Le glyphosate, substance active de plusieurs herbicides — dont le Roundup de Monsanto (Bayer), très largement utilisé dans le monde — avait été classé en 2015 comme "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé.

A l'inverse, en juillet, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a indiqué n'avoir pas identifié de "domaine de préoccupation critique" chez les humains, les animaux et l'environnement susceptible d'empêcher l'autorisation de l'herbicide, tout en reconnaissant un manque de données.

Le groupe allemand Bayer, qui a acquis Monsanto en 2018, s'est réjoui de l'annonce de la Commission. "Cette nouvelle autorisation nous permet de continuer à fournir aux agriculteurs de toute l’Union européenne une technologie importante pour la lutte intégrée contre les mauvaises herbes", a déclaré un porte-parole.

Comme lors d'un premier vote le 13 octobre, la majorité qualifiée requise pour valider ou rejeter la proposition de la Commission — soit 15 États sur 27, représentant au moins 65% de la population européenne — n'a pas été atteinte jeudi.

Sept pays, dont la France - première puissance agricole de l'UE -, l'Allemagne, l'Italie, la Belgique et les Pays-Bas se sont abstenus, tandis que 17 ont voté pour, et trois s'y sont opposés (Luxembourg, Croatie, Autriche), selon des sources diplomatiques.

La France n'est "pas contre le principe du renouvellement de la molécule" mais "regrette" que la Commission n'ait pas pris en compte ses propositions visant à restreindre l'usage de l'herbicide, a indiqué le ministère de l'Agriculture.

"Inacceptable"

Paris a restreint ces dernières années les usages du glyphosate dans le pays, l'interdisant notamment aux particuliers et aux collectivités ou encadrant les doses utilisées par les agriculteurs.

L'exécutif européen a expliqué avoir décidé de maintenir sa proposition initiale, sans y apporter de modifications, en raison de la date butoir du 15 décembre. "La Commission a considéré que ce n'était plus possible d'arriver à un accord d'ici au délai qui nous est imparti pour prendre une décision", a indiqué son porte-parole, Eric Mamer.

Un argument contesté par l'eurodéputé macroniste Pascal Canfin (Renew Europe, centristes et libéraux), président de la commission Environnement du Parlement européen.

"La Commission avait largement le temps (...) de proposer un autre texte, quelque chose de plus équilibré qui aurait pu avoir le soutien de l'Allemagne et de la France", a-t-il déclaré à l'AFP, jugeant "inacceptable d'un point de vue politique" de ne pas l'avoir fait.

L'Autriche, qui a voté contre la proposition, a exprimé ses critiques, accusant l'exécutif européen d'"ignorer les effets sur la biodiversité et notre santé" de ce "produit toxique". "Nous continuerons à nous battre résolument contre la prolongation de ce désherbant nocif", a réagi la ministre de l'Environnement Leonore Gewessler (Verts).

Les ONG Foodwatch et Générations futures ont jugé que le renouvellement de l'autorisation allait "à nouveau à l'encontre du principe de précaution alors que les preuves de la dangerosité du glyphosate pour l'homme et pour l’environnement continuent de s'accumuler".

Même si la substance active est approuvée au niveau de l'UE, chaque État reste chargé d'autoriser les produits contenant du glyphosate. Et pourrait donc adopter des restrictions selon les spécificités locales et effets potentiels sur l'environnement, dans le cadre des critères fixés par Bruxelles.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.