Le nouveau "plan loup" décrié par les écologistes et les éleveurs

Auteur:
 
Par Amélie HERENSTEIN - AFP
Publié le 18 septembre 2023 - 18:30
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Loup
Crédits
Darren Welsh - Unsplash
Darren Welsh - Unsplash

DÉPÊCHE — À peine dévoilé lundi par le gouvernement, le nouveau "plan loup" à horizon 2024-2029 a été jugé "inacceptable" par les défenseurs du prédateur, mais aussi vivement critiqué par les éleveurs.

Censé représenter un "tournant" vers un "meilleur équilibre" entre protection des troupeaux et conservation de cette espèce menacée, ce texte doit remplacer un précédent plan arrivant à expiration à la fin de l'année.

Sa présentation par la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes aux membres du Groupe national loup (GNL), une instance consultative rassemblant représentants du monde agricole, élus, bergers, chasseurs, espaces protégés, administrations et associations de protection de la nature, s'est déroulée à huis clos à Lyon, dans un climat tendu.

Le plan, très technique et dont certains éléments restent à finaliser, prévoit notamment un volet de prévention et de gestion des attaques avec un accompagnement amélioré des éleveurs. La possibilité leur est désormais donnée d'utiliser du matériel de vision nocturne pour repérer l'animal sans avoir à l'"éclairer", comme cela était requis jusqu'ici.

Il prévoit en outre une refonte de l'actuel système de "comptage" du loup — en réalité une estimation établie par l'Office français de la biodiversité (OFB) à partir d'indices (traces, hurlements, analyses génétiques, etc.), jugé "très performant, mais difficile à comprendre".

Un nouveau système devra être élaboré avec pour objectif de ne publier "qu'un seul chiffre par an", contre deux actuellement. Un travail est également en cours sur le statut des chiens de protection postés dans les alpages.

Après avoir un temps disparu en France, le loup est réapparu au début des années 1990 en traversant les Alpes depuis l'Italie, et ses rangs ont progressivement grossi, au grand dam des éleveurs qui ont déploré plus de 12.000 bêtes attaquées en 2022.

Le nombre de Canis lupus arpentant le territoire a été estimé début septembre à 1.104 individus. Jusqu'à 209 loups peuvent être abattus en France cette année, soit le quota de 19% autorisé.

Si le loup reste à ce stade strictement protégé en France, le nouveau plan "étudiera la viabilité du loup au-delà du territoire français afin d’envisager une adaptation du statut de l’espèce au niveau européen sur la base scientifique de son état de conservation".

"Chèvre" et "chou"

Pour les six associations de défense de l'environnement — France Nature Environnement (FNE), Ferus, Humanité et diversité, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), l'Association de protection des animaux sauvages (Aspas) et le Fonds mondial pour la nature (WWF) —, le plan est tout bonnement "inacceptable".

"Nous avons annoncé notre retrait définitif du Groupe national loup", a indiqué à l'AFP Jean-David Abel, représentant de la FNE, au nom de ce collectif. "Cette instance consultative n'a plus aucun sens. Ce n'est pas nouveau que l’Etat écoute (les syndicats agricoles) FNSEA, FNO (Fédération nationale ovine, NDLR) et les chambres d’agriculture, mais à ce niveau-là de déséquilibre, on s’est dit on sert à rien donc il faut que l'État assume ça".

"Leur départ est regrettable. La porte reste ouverte et les contacts se poursuivront. Le processus de consultation va se poursuivre", a réagi la préfecture sollicitée par l'AFP.

Côté éleveurs, pourtant censés être les principaux bénéficiaires de ce "rééquilibrage", les réactions ne sont guère plus enthousiastes.

Le plan, qui doit entrer en vigueur le 1ᵉʳ janvier, "entérine le statu quo et la détresse des éleveurs pour les cinq prochaines années", s'insurge la Confédération paysanne, pour qui le "décalage est béant entre ces annonces et les attentes et besoins des éleveurs face à la prédation".

"L'État essaie de ménager la chèvre et le chou et il ne fait que des mécontents", a déclaré de son côté à l'AFP Claude Font, secrétaire général de la FNO en charge du dossier prédation.

"On s'attendait à quelque chose de plus ambitieux en faveur de l’élevage", a-t-il souligné, estimant que "la seule avancée porte sur les protocoles de tirs".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.