Les eurodéputés ont voté pour une nette réduction de l'utilisation des pesticides

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 24 octobre 2023 - 18:30
Image
Tracteur dans les champs
Crédits
Mirko Fabian - Unsplash
Mirko Fabian - Unsplash

Mardi 24 octobre, après d'âpres négociations, les eurodéputés ont voté pour la réduction drastique de l'utilisation des pesticides sur le Vieux continent. Alors que la gauche juge que ce n'est pas encore assez, la droite et les syndicats agricoles majoritaires fulminent.

C'était un texte clé du Pacte vert, proposé en juin 2022 par la Commission européenne. Il a trainé en longueur, mais a été repris par la commission Environnement du Parlement européen, pour finalement être adopté ce jour, à 47 voix contre 37.

Les deux mesures phares du texte sont les suivantes : réduire de 65% l'utilisation des pesticides "les plus dangereux" d'ici à 2030 (dont le glyphosate) ; bannir les pesticides chimiques dans les "zones sensibles" (espaces verts urbains, terrains de jeux et de sport, sentiers publics, aires Natura-2000...)

Comme le rapporte l'AFP, au grand dam des élus écologistes, l'interdiction pure et simple du glyphosate a été rejetée.

Le groupe PPE (droite) s'y opposait farouchement, tout comme les syndicats agricoles majoritaires (Copa-Cogeca) : "Face à l'impact de la guerre en Ukraine (sur les marchés des céréales), cette proposition met en grave danger l'indépendance (européenne) en termes de sécurité alimentaire", estimait lundi l'élu conservateur autrichien Alexander Bernhuber, évoquant le risque d'une chute des rendements qui entraînerait des importations accrues.

En face, le rapporteur du texte Sarah Wiener s'est félicitée d'avoir trouvé des "compromis réalisables" à l'issue d'un débat "idéologiquement chargée et dominé par le lobbying" de l'agrochimie. Ces compromis se fondent notamment sur la promotion de "composants de substitution", des "pesticides à faible risque" que les eurodéputés veulent voir se démocratiser.

Le texte doit désormais faire l'objet d'un vote en plénière au mois de novembre, avant de futures négociations avec les États, une fois que ceux-ci auront arrêté leur position.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.