Séisme au Maroc : Des morts, des blessés et des soutiens sélectionnés

Auteur(s)
France-Soir, avec AFP
Publié le 13 septembre 2023 - 17:45
Image
TP International
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

DÉPÊCHE — Cinq jours après le séisme de magnitude 7 qui a violemment frappé le Maroc, les autorités locales comptent plus de 2.900 décès et les secouristes déployés perdent espoir de retrouver d'autres survivants dans les ruines. Le pays n'a toujours pas accepté l'aide de la France.

Le tremblement de terre a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, dans une région du Haut-Atlas, au sud-ouest de la ville touristique de Marrakech (centre). Des séismes comme celui-là, le monde en connaît environ un par mois, mais souvent dans les océans. "Ce séisme-là est probablement proche des plus grands séismes que l'on peut imaginer", souligne le sismologue Jérôme Vergne pour actu.fr. Comme le rapporte l'AFP, il a dévasté de nombreuses habitations en zones montagneuses et fait quelque 5.530 blessés. Depuis celui qui avait détruit Agadir (près de 15.000 morts), le 29 février 1960, le Maroc n'en avait pas connu d'aussi destructeur.

Le monde s'est mis en branle pour aider, mais selon les relations entretenues avec tel ou tel pays, le Maroc n'a pas systématiquement accepté les mains tendues. La proposition d'aide française, par exemple, est toujours laissée en suspens. "C’est évidemment à Sa Majesté le roi et au gouvernement du Maroc, de manière pleinement souveraine, d’organiser l’aide internationale et donc nous sommes à disposition de leur choix souverain", a indiqué Emmanuel Macron, souhaitant mettre un terme aux "polémiques qui n’ont pas lieu d’être".

Les autorités marocaines ont sollicité plusieurs autres pays étrangers, tels que l'Espagne, la Grande-Bretagne, le Qatar et les Émirats arabes unis, pour envoyer des équipes de recherche et sauvetage.

En parallèle, la Croix-Rouge a lancé un appel de fonds d'environ 100 millions d'euros, afin de soutenir les opérations de secours, après avoir débloqué un million de francs suisses de son Fonds d'urgence pour appuyer les activités du Croissant-Rouge marocain.

Sur place, l'AFP rapporte que la solidarité entre habitants est de mise : des vans sont remplis de cartons, leurs toits recouverts de matelas, et des villageois chargent des camions d'aide.

L'armée marocaine a pour sa part installé des hôpitaux de campagne pour soigner les blessés dans les zones enclavées. Enfin, le chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, a assuré lundi que les citoyens qui avaient perdu leur logement recevraient des indemnités.

Avec l'arrivée possible de la pluie, beaucoup de survivants craignent toutefois que les camps de tentes et abris de fortune ne suffisent pas, déplorant que "les autorités ne nous disent rien à ce sujet".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.