Appel à témoins pour retrouver Maëlys, 9 ans, disparue à Pont-de-Beauvoisin (photo)

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 28 août 2017 - 09:03
Image
Un hélicoptère de la gendarmerie.
Crédits
©Damien Meyer/AFP
Un hélicoptère a été mobilisé pour aider à retrouver l'enfant. Les recherches doivent reprendre ce lundi (illustration).
©Damien Meyer/AFP
Une enfant de neuf ans, Maëlys De Arujo, est introuvable depuis la nuit de samedi à dimanche. Elle a disparu aux alentours de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin (Isère). D'importants moyens ont été mobilisés pour la retrouver.

La petite Maëlys De Arujo, neuf ans, a disparu depuis la nuit de samedi 26 à dimanche 27, à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Un appel à témoin a été lancé et d'importants moyens mobilisés pour retrouver la fillette qui assistait à un mariage lorsque ses parents ont remarqué sa disparition.

Ceux-ci l'ont d'abord cherchée en vain autour de la salle des fêtes de la ville où se déroulait la noce avant de prévenir les gendarmes. Dès les premières heures, des moyens conséquents ont été déployés. Un hélicoptère est notamment venu en renfort. A l'issue d'une première journée de recherches, celles-ci ont dû être interrompues dimanche soir pour la nuit et doivent reprendre ce lundi 28 au matin.

Les gendarmes ont lancé un appel à témoins avec la description de l'enfant. Selon Le Dauphiné libéré, Maëlys "mesure 1m30, pèse 28 kg, a la peau mate, les yeux marrons et les cheveux châtains. Elle était vêtue au moment de sa disparition d'une robe sans manche blanche et de nu-pieds blancs". Toute personne ayant des informations sur sa disparition est invitée à contacter la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin au 04 76 37 00 17.

La mère de l'enfant ainsi que plusieurs proches dont les mariés ont été pris en charge psychologiquement suite à cette disparition.

Aucune piste, mauvaise rencontre, accident ou fugue, ne semblait officiellement privilégiée ce lundi matin. L'Alerte enlèvement n'a pas été déclenchée car le dispositif implique notamment qu'il soit avéré que l'enfant a été kidnappé. Et même dans les cas où tous les critères sont réunis, le procureur peut décider de ne pas la lancer en cas de risques pour la vie du mineur disparu.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.