Assassinat de Samuel Paty : le procès de six anciens collégiens s'est ouvert à huis clos

Auteur:
 
Par Marie DHUMIERES - AFP
Publié le 27 novembre 2023 - 19:00
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
TP Justice
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

Le procès de six anciens collégiens jugés pour leur implication dans l'assassinat en 2020 du professeur Samuel Paty par un jeune jihadiste s'est ouvert lundi à Paris devant le tribunal pour enfants, à huis clos.

Un autre procès, pour les huit adultes impliqués dans cette affaire, est prévu fin 2024.

Les jeunes prévenus sont arrivés au tribunal peu avant 09h00, le visage camouflé sous leurs manteaux, certains portant des lunettes de soleil ou un masque chirurgical, accompagnés de leurs parents et de leurs avocats.

Les deux premières journées d'audience doivent être consacrées à leurs parcours de vie et personnalité.

Ils ont été précédés dans la salle d'audience par des proches de Samuel Paty, dont ses parents et une dizaine de ses anciens collègues, qui ont demandé à se constituer parties civiles malgré l'opposition du parquet antiterroriste.

Le tribunal a décidé qu'il trancherait la question plus tard, avec le fond du dossier.

Les professeurs pourront donc assister au procès, prévu jusqu'au 8 décembre. "C'est un soulagement, ça fait trois ans qu'on attend ça, entendre nos élèves", a témoigné une professeure de lettres devant la salle d'audience.

"On a besoin de comprendre", a abondé un autre, professeur d'anglais.

L'Éducation nationale s'est également constituée partie civile, a indiqué le ministre Gabriel Attal à l'AFP, "pour réaffirmer avec force notre volonté de défendre les valeurs de la République que Samuel Paty incarnait, mais aussi pour exprimer mon soutien indéfectible à l'ensemble du corps enseignant".

Émotion immense

Le procès se tient à huis clos vu le jeune âge des prévenus à l'époque des faits — entre 13 et 15 ans.

Seules les personnes directement concernées par le dossier peuvent assister à l'audience. La presse n'a pas accès à la salle et a interdiction de rapporter ce qui se dit pendant les débats, même via la parole des avocats.

L'attentat contre Samuel Paty avait suscité un immense émoi en France et à l'étranger : le 16 octobre 2020, l'enseignant en histoire-géographie de 47 ans avait été poignardé puis décapité près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par Abdoullakh Anzorov, un réfugié russe d'origine tchétchène.

Cet islamiste radicalisé de 18 ans avait été tué dans la foulée par la police.

Il reprochait au professeur d'avoir montré des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression. Dans un message audio en russe, il s'était félicité d'avoir "vengé le Prophète".

L'émotion provoquée par ce crime a été ravivée par l'assassinat mi-octobre d'un autre professeur, Dominique Bernard, tué à Arras par un jeune islamiste radicalisé.

Les adolescents poursuivis, aujourd'hui lycéens, encourent deux ans et demi d'emprisonnement.

Cinq d'entre eux, âgés de 14 et 15 ans, sont jugés pour association de malfaiteurs en vue de préparer des violences aggravées. Ils sont accusés d'avoir surveillé les abords du collège et désigné M. Paty à l'assaillant, contre rémunération.

"Irréparable"

"Il est rongé par les remords", a dit Me Antoine Ory au sujet de son client, qui venait d'entrer dans la salle. "Il est terrorisé, très inquiet de se retrouver face à la famille de Samuel Paty" pour la première fois.

Une sixième adolescente, 13 ans au moment des faits, comparaît pour dénonciation calomnieuse.

Elle est arrivée dans la salle, la tête entièrement dissimulée dans la capuche de sa doudoune noire. Cette collégienne avait, à tort, soutenu que M. Paty avait demandé aux élèves musulmans de la classe de se signaler et de sortir de la classe avant de montrer les caricatures de Mahomet. Elle n'avait en réalité pas assisté à ce cours.

Son mensonge a été à l'origine d'une violente campagne alimentée sur les réseaux sociaux par son père, Brahim Chnina, et par un militant islamiste, Abdelhakim Sefrioui, auteur de vidéos qui avaient attiré l'attention sur le professeur. Ils seront jugés lors du second procès.

"La défense va sans surprise plaider l'erreur de jeunesse" mais ce procès est "très attendu pour qui cherche à comprendre les véritables causes qui ont mené ces collégiens sur le chemin de l'irréparable", a déclaré avant l'ouverture des débats Louis Cailliez, avocat de Mickaëlle Paty, l'une des sœurs du professeur assassiné.

L'enquête a permis de retracer comment, en dix jours, le piège s'était refermé sur Samuel Paty : du mensonge de la collégienne aux attaques en ligne, jusqu'à l'arrivée de l'assaillant devant le collège le 16 octobre, où il avait donné 300 euros à des collégiens pour identifier M. Paty qu'il voulait "filmer en train de s'excuser".

Lors d'auditions où ils se sont effondrés en larmes, ces collégiens ont juré avoir imaginé que le professeur se ferait tout au plus "afficher sur les réseaux", peut-être "humilier", "taper"... mais "jamais" que ça irait "jusqu'à la mort".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.