Carnage à "Charlie Hebdo": le pire attentat en France depuis 1995

Carnage à "Charlie Hebdo": le pire attentat en France depuis 1995

Publié le 07/01/2015 à 13:46 - Mise à jour à 14:57
©Lionel Allorge/Wikimmedia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

L'attaque du journal "Charlie Hebdo" par deux hommes armés de kalachnikov, ce mercredi, est un attentat d'une ampleur rare. Il s'agit de la plus grave attaque perpétrée sur le territoire national depuis au moins 20 ans, et l'attentat du métro Saint-Michel, à Paris.

"C'est un attentat terroriste. Ça ne fait pas de doute". François Hollande a confirmé en personne que le carnage perpétré dans les locaux du journal Charlie Hebdo, ce mercredi en fin de matinée, est bien le fait de terroristes. Avec au moins 12 morts, dont deux policiers, selon les premiers bilans provisoires, il s'agit de la plus grave attaque commise en France depuis 1995 et l'attentat du métro Saint-Michel, à Paris.

Deux hommes ont ouvert le feu à l'arme de guerre, probablement des kalachnikov, à l'intérieur des locaux du journal satirique, situés dans le 11e arrondissement de Paris. En début d'après-midi, le bilan dépassait la dizaine de morts. Il est encore susceptible d'évoluer car "quatre autres personnes sont dans une situation d'urgence absolue", a assuré le président de la République peu après midi. En début d'après-midi, ce mercredi, les assaillants étaient encore en fuite.

Sur place, des dizaines de pompiers, de policiers et de médecins, des victimes évacuées en urgence, d'autres en pleurs, choquées d'avoir assisté, et survécu, au pire: ces images terribles sont d'une exceptionnelle rareté en France. Et ne sont pas sans rappeler celles de l'attentat du métro Saint-Michel, à l'été 1995.

Paris, 25 juillet 1995, aux environs de 17h. Une bonbonne de gaz, remplie de clous et de petits objets métalliques, explose dans un train du RER-B, au niveau de la station Saint-Michel, située en plein cœur de Paris. Le quartier est bouclé, afin d'acheminer les secours et de sécuriser le quartier. Le bilan est lourd: huit morts et près de 200 blessés. La France est sous le choc.

C’est le premier attentat d'une série d'autres, revendiquée par le Groupe islamique armé (GIA) algérien, qui va ensanglanter le pays, de juillet à octobre 1995.

 

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'attentat au métro Saint-Michel en 1995 avait fait 8 morts.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-