Catastrophe de Gênes : les images de l'effondrement du pont (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 21 août 2018 - 13:02
Image
Les secours poursuivent leurs opérations de recherche, le 15 août 2018 sur le viaduc effondré de Morandi, en Italie (photo transmise par les pompiers italiens)
Crédits
© Handout / Vigili del Fuoco/AFP
L'effondrement du pont Morandi à Gênes le 14 août dernier a fait 43 morts, dont 4 Français.
© Handout / Vigili del Fuoco/AFP
La police douanière et financière italienne (Guardia di Finanza) a révélé des images de vidéosurveillance du moment exact où le pont Morandi de Gênes s'est effondré mardi dernier. La vidéo fait froid dans le dos.

Mardi 14 août dernier, à 11h40, une partie du pont Morandi de l'autoroute A10, qui relie Gênes (Italie) à la frontière française, s'est subitement écroulée, précipitant des dizaines de voitures dans le vide, et provoquant la mort de 43 personnes, dont 4 Français.

Les images des décombres et du pont scindé en deux ont choqué tout le monde. Mais jusqu'à présent, aucune vidéo ne montrant le moment exact où la structure s'est écroulée n'avait été diffusée.

La police douanière et financière italienne (Guardia di Finanza) a révélé lundi 20 des images de vidéosurveillance, provenant de caméras de sécurité de deux commerces environnants.

Les angles de vue ne permettent pas de voir tout le pont s'écrouler et les voitures chuter dans le vide, mais la première séquence, prise depuis une extrémité de la route, montre un énorme dégagement de poussière, qui envahit l'écran et ne permet plus de rien voir ensuite.

Lire aussi: à Gênes, la vie à l'ombre d'un pont d'autoroute

Une autre caméra montre des voitures aller et venir normalement, puis un petit fourgon du service de nettoyage de la ville arriver au bout du pont.

Puis ce véhicule s'arrête, un ouvrier vêtu d'un gilet jaune en descend et se met à courir, comme chassé par le dégagement de fumée.

Là, l'écran s'obscurcit et redevient plus claire quelques secondes plus tard, pour exposer des images terribles: les débris du pont.

Ce mardi 21, cela fait maintenant une semaine que le drame s'est produit. Les proches des victimes ont fait leurs adieux aux êtres chers perdus lors de funérailles nationales samedi 18.

Les autorités, qui ont officialisé le bilan de 43 morts et ne recherchent plus aucun disparu, ont dû interrompre les opérations de déblaiement par précaution car des riverains ont entendu des craquements dans la nuit de dimanche 19 à lundi 20 dans le tronçon de pont qui n'est pas tombé.

Par ailleurs, concernant les habitants des alentours, 600 Génois vivant à proximité du pont Morandi ont perdu leur logement.

Et aussi:

Pont effondré à Gênes: le bilan monte à 43 morts

Pont effondré à Gênes : un adieu sobre aux victimes et des promesses

Les ponts Morandi: un modèle remis en question

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.