Contrôlé ivre, l'automobiliste se poignarde à mort dans la voiture des gendarmes

Contrôlé ivre, l'automobiliste se poignarde à mort dans la voiture des gendarmes

Publié le 06/12/2016 à 10:31 - Mise à jour à 10:35
©Bob Edme/AP/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un automobiliste âgé de 52 ans s'est tué alors qu'il venait d'être interpellé par des gendarmes suite à un contrôle d'alcoolémie positif, dimanche dans le Cher. L'homme ne présentait pourtant aucun signe avant-coureur d'agitation. Une enquête a été ouverte.

Le banal contrôle routier a viré au drame. Un automobiliste s'est poignardé à mort dans la voiture des gendarmes qui venaient de l'interpeller car il s'était révélé positif à un alcotest, dimanche 4 après-midi dans le Cher. C'est pendant le transfert vers le commissariat que l'homme a sorti un couteau qu'il s'est planté dans le thorax, selon France Bleu Berry qui a dévoilé les faits.

Il était aux alentours de 17h, dimanche, à Saint-Georges-sur-Moulon (Cher, à une dizaine de kilomètres au nord de Bourges). Une patrouille de gendarmerie a procédé à un contrôle "assez banal au départ", selon le procureur de la République de Bourges cité par Le Parisien. Positif à l'alcool, le quinquagénaire est arrêté et placé dans la camionnette de gendarmerie pour être conduit à la brigade afin de procéder au test plus précis nécessaire afin déterminer avec précision son taux d'alcoolémie. Il n'aurait alors montré aucun signe d'agressivité ni opposé aucune résistance aux agents.

C'est durant le court trajet vers les locaux des forces de l'ordre, situé dans la commune de Saint-Martin d'Auxigny toute proche, que l'automobiliste a commis son geste désespéré. Il aurait ainsi sorti un couteau et se le serait planté dans le thorax, sans que les gendarmes ne s'en aperçoivent dans un premier temps. Lorsque les secours ont été prévenus, il était ainsi trop tard.

Une enquête a été ouverte et confiée aux hommes de la section de recherches de Bourges. Une autopsie a également été ordonnée, afin de déterminer avec exactitude les circonstances du drame.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme âgé de 52 ans n'avait montré aucun signe d'agitation lors de son interpellation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-