Deux Femen violemment prises à partie lors d'un salon musulman

Auteur(s)
MM
Publié le 13 septembre 2015 - 17:12
Image
Une Femen au salon de la femme musulmane.
Crédits
©Capture d'écran Twitter
Des Femen ont interrompu la prise de parole d'un prédicateur radical musulman à Pontoise.
©Capture d'écran Twitter
Deux militantes du mouvement féministe Femen ont perturbé, samedi 12 au soir, un salon consacré à la femme musulmane à Pontoise dans le Val d'Oise avant d'être violemment prises à partie par des membres du public.

Deux militantes féministes du groupe Femen se sont invitées à un salon "de la femme musulmane" très controversé qui se tient ce week-end à Pontoise dans le Val d'Oise. Les deux jeunes femmes, dépoitraillés comme à leur habitude, ont brièvement interrompu l'intervention d'un prédicateur controversé, Nader Abou Anas. Les "deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s'il faut battre ou non sa femme" quand elles sont montées sur scène, a fait savoir Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris, qui a précisé que les militantes étaient de nationalité tunisienne et algérienne et issues de familles musulmanes.

Rapidement, la sécurité du salon est intervenue pour expulser fermement les deux Femen de la scène, sous les insultes du public, rejoint rapidement par une vingtaine de jeunes hommes, beaucoup plus vindicatifs à leur égard et la situation a dégénèré. Sur les images, l'une des jeunes femmes est atteinte par les coups de pieds de deux hommes (voir la vidéo ici, contenu violent). 

Remises à la police, les deux Femen ont été entendues samedi soir au commissariat de Pontoise, et leur garde à vue levée dans la nuit. Les organisateurs du salon ont annoncé leur volonté de porter plainte. Inna Shevchenko a expliqué qu'elle était reconnaissante à l'égard de la police qui est intervenue très vite pour protéger les militantes féministes. 

Le "Salon au féminin", "édition inédite du Salon musulman du Val d'Oise", précise le site de la manifestation, fait l'objet d'une pétition mise en ligne sur change.org, réclamant son interdiction et dénonçant la présence parmi les invités de "prédicateurs fondamentalistes (...) connus pour avoir légitimé le viol conjugal". Le Parti des radicaux de gauche a également dénoncé la présence de tels prédicateurs.

Pour les Femen, ce salon, représentait "7.000 m² dédiés à l'asservissement de la Femme, un grand forum du +sois soumise et tais-toi+ rythmé par des ateliers pour apprendre à cuisiner, à s’habiller (ou disons à se couvrir), à se tenir dignement, et à obéir à son père, frère ou mari en toutes circonstances, et des conférences animées par la pire engeance islamiste de France, qui diffuse impunément ses appels au viol, à la discrimination et à l’esclavagisme moderne".