Disparition de la petite Maëlys - Pour la mère de Nordahl L., "les gendarmes sont en cause" sur les fuites de l'enquête pour son fils

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 25 octobre 2017 - 12:59
Image
Des journalistes devant le domicile du suspect de l'enlèvement de la petite Maëlys, le 4 septembre 2
Crédits
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Les gendarmes (ici devant la résidence de Nordahl L.) sont accusés d'avoir fait fuiter des éléments sur l'enquête.
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
L'enquête sur la disparition de la petite Maëlys de Araujo prend une nouvelle tournure avec l'ouverture d'une enquête sur la responsabilité des gendarmes dans des fuites sur l'instruction. La mère de Nordahl Lelandais, le principal suspect, emboîte le pas et tient elle aussi à charger les gendarmes.

C'est un nouveau tour qu'est en train de prendre l'enquête sur la disparition de la petite Maëlys de Araujo… et qui semble bien éloigné des recherches pour retrouver la fillette de neuf ans disparue depuis presque huit semaines. Après l'ouverture de l'enquête contre des fuites présumées dans les rangs des enquêteurs de la gendarmerie, contrevenant au secret de l'instruction, c'est la mère de Nordahl Lelandais, Christiane, qui s'emporte contre les gendarmes.

A l'antenne de RTL, la mère du militaire de 34 ans, seul suspect dans la disparition de la fillette, charge également les gendarmes. Elle estime que le procureur de Grenoble a pris la bonne décision: "Il a entièrement raison, il faut mettre un terme à tout ça. Il a très bien fait son travail, je pense que c’est un homme honnête", affirme-t-elle, au micro de RTL. "Les gendarmes sont en cause là". Elle estime en effet que les enquêteurs ont bafoué le secret de l'instruction sur l'affaire pour laquelle son fils est placé en détention préventive. "De qui ça peut arriver?" s'interroge-t-elle concernant les multiples fuites dont la presse a pu avoir connaissance.

Le procureur de la République de Grenoble n'a pas hésité en effet à pointer directement du doigt la gendarmerie portant des accusations jugées "péremptoires et scandaleuses" par Richard Lizurey, le directeur général de la gendarmerie nationale.

Cette guerre intestine entre les enquêteurs et la justice pourrait faire oublier le principal: les éléments nouveaux sur l'enquête se comptent sur les doigts d'une main et aucune ne vient formellement accuser Nordahl Lelandais qui nie son implication dans la disparition de l'enfant, et qui reste présumé innocent. Après la trace ADN retrouvée dans l'Audi A3 du trentenaire début septembre –ayant mené à sa mise en examen– le seul élément qui ne soit pas une simple suspicion est la présence sur une image de vidéo-surveillance d'une silhouette vêtue de blanc prise dans la voiture la nuit du drame alors que l'ancien militaire était au volant. Il devra s'en expliquer lors d'une prochaine audition devant les juges.

À LIRE AUSSI

Image
Le patron de la gendarmerie, le général Richard Lizurey, le 9 janvier 2017 à Paris
Maëlys : le patron de la gendarmerie juge "scandaleuses" les accusations de "fuites" procureur
Près de deux mois après la disparition de la petite Maëlys, le parquet de Grenoble a ouvert une enquête pour violation du secret de l'instruction en raison de multiple...
24 octobre 2017 - 18:04
Image
Les gendarmes à la recherche de Maëlys dans les bois aux alentours de Pont-de-Beauvoisin, le 30 août
Disparition de Maëlys : que risque le suspect en l'absence de corps ou d'aveu ?
Près de deux mois après la disparition de la petite Maëlys, aucun corps n'a été retrouvé et le principal suspect Nordahl Lelandais continue de nier toute implication. ...
24 octobre 2017 - 16:52
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.