Femme battue à coups de ceinture: l'enquête "avance", l'agresseur identifié?

Auteur(s)
Victor Lefebvre
Publié le 13 avril 2018 - 20:39
Image
Une prise d'otage était en cours vendredi matin dans un supermarché de l'Aude
Crédits
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
Un suspect aurait été identifié dans l'affaire de la vidéo montrant une femme battue à coups de ceinture.
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
La vidéo d'une femme battue à coups de ceinture diffusée mercredi a provoqué une vague de signalements et l'ouverture d'une enquête par la police judiciaire. L'Amicale des Jeunes du Refuge, à l'origine de l'alerte, a affirmé ce vendredi que les choses "avancent" et que le nom d'un suspect lui aurait été communiqué.

L'enquête concernant la vidéo d'une femme battue à coups de ceinture pendant qu'un complice filmait "avance" et son auteur aurait pu être identifié. Les images particulièrement choquantes diffusées par L'Amicale des Jeunes du Refuge "association militante LGBT d’entraide, de solidarité et de lutte contre l’homophobie", mercredi 11, ont suscité un vif émoi.

Suivant un mode de dénonciation de ce type de faits de plus en plus courant, l'association a appelé les internautes à relayer la vidéo et son appel à retrouver ces hommes dont les prénoms sont mentionnés.

Une démarche qui a très vite eu de l'effet. Dans les deux heures qui ont suivi la diffusion des images par l'association, la Police nationale a répondu dans un tweet avoir reçu de nombreux signalements la concernant. "Nos enquêteurs de la police judiciaire sont mobilisés pour en identifier les auteurs. Merci de votre mobilisation. Merci à tous de ne pas relayer cette vidéo", avait-elle déclaré.

"Nous avons publié cette vidéo pour alerter sur les violences faites aux femmes et susciter une prise de conscience de l'opinion publique", a expliqué L'Amicale des Jeunes du Refuge qui a également fait savoir ce venderdi 13 que "la sous-direction de lutte contre la cybercriminalité (SDLC) nous a contacté hier par mail. Nous leur avons transmis toutes les informations à notre disposition. Aujourd'hui, un anonyme nous a téléphoné pour nous donner l'identité de l'agresseur. Les choses avancent".

Les enquêteurs devront vérifier la crédibilité de ce témoignage anonyme. Leur travail a déjà été compliqué par la publication d'une autre vidéo, à la valeur douteuse. Sur Snapchat, une jeune femme se présentant comme la victime explique qu'il s'agit d'un canular.

Voir: Agression à coups de ceinture - une jeune femme prétend qu'il s'agit "d'un délire"

Une mise au point à laquelle ne croit pas l'Amicale des jeunes du refuge. "Le visage et la voix ne concordent pas. De plus, la violence et la détresse de cette prénommée Yasmine ne laisse aucun doute sur la réalité et cette agression", explique l’association interrogée par LCI.

L'auteur des coups risque de trois à dix ans de prison selon la gravité des blessures de sa victime et le nombre de circonstances aggravantes retenues (usage d'une arme, préméditation, présence d'un complice...). L'auteur de la vidéo risque quant à lui cinq ans de prison.

(En raison de leur caractère violent et à la demande de la Police nationale, la rédaction de France-Soir a décidé de ne pas diffuser ces images).

À LIRE AUSSI

Image
La devanture du commissariat de Vincennes, le 5 mars 2012
Les femmes victimes de violences mal prises en charge, selon un mouvement féministe
Refus de plainte, banalisation des faits ou culpabilisation de la victime: les femmes qui se rendent dans les commissariats et gendarmeries pour des violences restent ...
03 avril 2018 - 07:28
Société
Image
La secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa, lors d'une session de questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, le 12 décembre 2017
Violences sur les femmes: les associations dans le rouge, le gouvernement finance un plan de communication
Selon "Le Canard enchaîné", les associations luttant contre la violence faite aux femmes sont dans le rouge financièrement alors que le gouvernement, lui, préfère fina...
04 avril 2018 - 12:39
Politique
Image
Vanessa Paradis le 18 mai 2016 à Cannes
#MaintenantOnAgit: actrices et personnalités contre les violences faites aux femmes
"Maintenant on agit": une centaine d'actrices et de personnalités, dont Julie Gayet, Vanessa Paradis ou Leïla Slimani, ont lancé mardi un appel aux dons pour aider les...
27 février 2018 - 13:49
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don