Flash-Ball : un an avec sursis pour le policier qui avait blessé un lycéen

Auteur(s)
VL
Publié le 02 avril 2015 - 19:27
Image
Un Flash-Ball tenu par un policier.
Crédits
©Riclafe/Sipa
Le Flash-Ball est utilisé par la police depuis 2002.
©Riclafe/Sipa
Le policier qui avait gravement blessé à l'œil un lycéen avec un tir de Flash-Ball a été condamné ce jeudi à un an de prison avec sursis. Il avait agi alors que la victime ne le menaçait pas et menti pour couvrir sa faute.

Le tribunal correctionnel de Bobigny a condamné ce jeudi un policier à un an de prison avec sursis pour avoir blessé un jeune lycéen avec un tir de Flash-Ball (un lanceur de balles en caoutchouc), à Montreuil (Seine-Saint-Denis) en 2010. Les juges ont également décidé d'interdire à l'accusé de pratiquer le métier de policier pendant un an et de porter une arme pendant deux ans.

Au-delà de la "bavure", le policier avait également établi de faux procès-verbaux. Il y relatait un déroulement des faits qui incriminait sa victime. Celle-ci, Geoffrey Tidjani, avait été gravement blessée à l'œil et avait subi plusieurs fractures au niveau du visage. Plus de quatre ans et six opérations plus tard, son état de santé n'est toujours pas stabilisé.

Les faits étaient survenus durant les manifestations des lycéens contre la réforme des retraites en octobre 2010. Une vidéo tournée par un des manifestants avait montré la scène. On y voit plusieurs jeunes à quelques dizaines de mètres des forces de l'ordre. Ils déplacent des poubelles et des barrières mais ne semblent pas agressifs envers les policiers. Lorsque Geoffrey Tidjan est touché, il déplace une de ces poubelles. Il ne peut donc pas être considéré comme une menace, ce qui a fait dire au procureur adjoint durant le procès qu'il n'y avait "pas l'ombre s'une situation de légitime défense".

Ce procès avait également été celui du Flash-Ball. L'enquête qui s'en est suivi avait montré du doigt le fait que les policiers étaient mal formés à son usage, que la précision de l'arme était surestimée et sa dangerosité minimisée.

Deux mois après l'incident de Montreuil, un homme qui avait agressé et blessé un policier avait succombé à une crise cardiaque suite à un tir de Flash-Ball au thorax.

C'est la troisième fois qu'un membre des forces de l'ordre est sanctionné après l'utilisation abusive de cette arme. Dans les deux cas précédents, en 2005 et 2011, la victime avait perdu un œil.

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Mort de Rémi Fraisse : les lycéens manifestent, Bernard Cazeneuve interdit les grenades offensives
Plusieurs centaines de lycéens parisiens ont manifesté jeudi en mémoire de Rémi Fraisse, le militant écologiste tué près du barrage de Sivens par une grenade offensive...
13 novembre 2014 - 20:37
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Obama
Barack Obama, un continuum Soros/WEF teinté d’un paradoxe Kissinger/Nobel
PORTRAIT CRACHE - Barack Obama est ce personnage contradictoire, ambiguë, voire bicéphale, prêcheur de justice sociale financé par des Soros, Buffet et Goldman Sachs, ...
25 mai 2024 - 12:00
Politique
26/05 à 11:11
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.