"Gilets jaunes" : l'ex-boxeur Christophe Dettinger a fait appel de son placement en détention provisoire

Auteur:
 
Par AFP - Paris
Publié le 16 janvier 2019 - 20:30
Image
Capture d'écran d'une vidéo montrant l'ex-boxeur Christophe Dettinger s'en prenant à un gendarme sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor dans le centre de Paris, le 5 janvier 2019
Crédits
© - / AFP/Archives
Capture d'écran d'une vidéo montrant l'ex-boxeur Christophe Dettinger s'en prenant à un gendarme sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor dans le centre de Paris, le 5 janvier 2019
© - / AFP/Archives

L'ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger, écroué dans l'attente de son procès pour l'agression de deux gendarmes lors de l'acte 8 des "gilets jaunes" le 5 janvier à Paris, a fait appel de son placement en détention provisoire, a-t-on appris mercredi auprès de ses avocats.

"Il a fait appel. L'audience se tiendra le 22 janvier devant la cour d'appel" de Paris, ont indiqué à l'AFP ses avocats, Laurence Léger et Hugues Vigier, confirmant une information du Figaro.fr.

A l'issue de cette audience, Christophe Dettinger pourra soit être maintenu en détention, soit remis en liberté, avant son procès fixé au 13 février pour "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique", un délit passible de sept ans d'emprisonnement.

En comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Paris le 9 janvier, l'ancien boxeur avait sollicité un délai pour préparer sa défense et demandé sa libération sous contrôle judiciaire. Le tribunal avait, conformément aux réquisitions du parquet, délivré un mandat de dépôt à son encontre, visant à "empêcher la réitération des faits et une soustraction à la justice".

Ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, Christophe Dettinger s'était présenté le 7 janvier à la police, qui le recherchait activement depuis les images virales le montrant en train de frapper deux gendarmes sur une passerelle lors d'une nouvelle mobilisation des "gilets jaunes".

Les deux gendarmes blessés, qui se sont constitués parties civiles, se sont vu prescrire 15 et 2 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Lors de sa brève comparution devant le tribunal, Christophe Dettinger avait dit "regretter (ses) actes". Ce père de trois enfants au casier judiciaire vierge avait expliqué avoir eu un accès de colère après avoir "vu des gendarmes matraquer un jeune homme et une femme au sol".

Dans une vidéo postée avant de se rendre à la police, l'ancien champion de boxe avait affirmé s'être "défendu" face aux violences policières.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.