Gironde: la dette d'un chômeur échelonnée sur 26.000 ans par Pôle emploi

Gironde: la dette d'un chômeur échelonnée sur 26.000 ans par Pôle emploi

Publié le 30/03/2015 à 13:09 - Mise à jour à 17:48
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Un homme qui devait rembourser un peu plus de 3.000 euros de trop-perçu à Pôle emploi a reçu un avis d'échelonnement s'étalant sur plus de 26.000 ans.

Un Girondin de 26 ans a reçu une bien étrange proposition de la part de Pôle emploi. En effet, l'agence de l'emploi souhaitait se voir rembourser 3.135,32 euros d'allocations chômage qu'elle aurait versé indûment au jeune homme suite à un licenciement pour faute grave. Un remboursement que Pôle emploi consentait à étaler sur plus de 26.000 ans rapporte le quotidien Sud-Ouest.

L'affaire débute en  2011, quand le jeune homme habitant à Mios près de Borddeaux, est licencié pour faute grave. Il attaque ensuite son employeur et fait requalifier son licenciement "sans cause réelle ni sérieuse" en 2012 par les prud'hommes. En 2013, Pôle emploi lui réclame le remboursement du trop-perçu, que le Girondin conteste, avant de faire appel à son avocat.

Une audience de justice est prévue le 23 mars pour éclaircir ce point, mais une semaine avant, l'homme, qui est depuis devenu intérimaire, reçoit l'étrange courrier lui signifiant que sa demande d'échelonnement a été acceptée… "Vous nous avez demandé un échelonnement pour rembourser la somme de 3 135,20 € que nous vous avons versé à tort. Après examen de votre dossier, nous avons accepté cet échelonnement. Il s'opérera par retenues sur vos allocations de 0,01 € par mois jusqu'à extinction de votre dette", précise Pôle emploi. Soit, un remboursement sur 26.126 ans.

A noter que le jeune homme qui conteste la dette affirme n'avoir jamais fait cette demande d'échelonnement. Si Pôle emploi n'a pas souhaité commenter cette absurdité, une délégué syndicale CFDT interrogée par Sud-Ouest explique qu'il s'agit "d'un bug informatique" et que cette personne aurait dû "être reçu par un conseiller".

 

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un hommze s'est vu proposé de rembourser un trop-perçu pendant 26.000 ans par Pôle emploi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-