Le Touquet: la grogne des CRS chargés de surveiller la maison des Macron (photo)

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 01 janvier 2018 - 12:21
Image
Le blason des Compagnies républicaines de sécurité.
Crédits
©Le Saux Lionel/Sipa
Le syndicat UNSA-police pointe les mauvaises conditions dans lesquelles travaillent les agents chargés de la surveillance de la maison du couple présidentiel au Touquet dans le Pas-de-Calais.
©Le Saux Lionel/Sipa
Les CRS chargés de surveiller la villa des Macron au Touquet dénoncent leurs conditions de travail. Un syndicat policier a relayé leur mal-être sur les réseaux sociaux.

La grogne monte parmi les policiers chargés de la surveillance de la maison du couple présidentiel au Touquet. En effet, sur les réseaux sociaux, un syndicat des forces de l'ordre a dénoncé les conditions de travail des agents chargés de veiller sur la demeure des Macron.

Comme l'a montré un tweet d'UNSA-police en date du vendredi 29 décembre, c'est une averse qui a mis le feu aux poudres. Surpris par une "forte pluie avec bourrasque", un agent en charge de la surveillance de la maison s'est mis à l'abri dans son véhicule. "Sa hiérarchie n'a pas apprécié cette initiative, pourtant légitime, et lui a demandé d'établir un compte-rendu justificatif pouvant aboutir à une sanction", s'est désolé le syndicat.

Une situation qui s'ajoute aux nombreuses pénibilités qui rythment le quotidien des agents en charge de la surveillance de la résidence secondaire d'Emmanuel et Brigitte Macron.

Lire aussi: Invités à plus de discrétion, les CRS chargés de la surveillance du domicile d'Emmanuel Macron craignent pour leur sécurité

"Pas question de remettre en cause cette surveillance. La police a toujours gardé les domiciles secondaires des présidents. Mais qu'on s'en donne les moyens au Touquet", a fait savoir Denis Hurth, délégué zonal CRS UNSA-police, à La Voix du Nord. Et d'ajouter: "Ils doivent faire jouer le système débrouille mais ce n'est pas normal". Et de rappeler aussi que ces CRS, postés devant la maison des Macron, doivent supporter en garde statique 20 kilos d'équipement.

"Je suis sensible aux conditions des policiers mais il faut regarder ce qu'il est possible de faire", a fait savoir la maire du Touquet Lyliane Lussignol, qui a souligné qu'elle a donné son accord pour la mise en place d'une rallonge électrique sur le véhicule des CRS. Cela permettra de chauffer l'intérieur du fourgon tout en évitant d'allumer le moteur de jour comme de nuit.

Comme l'explique le quotidien local, "selon UNSA-police, cette garde statique nécessite en permanence une demi-compagnie CRS, soit 40 hommes. Ce chiffre permet d’assurer les rotations de la garde (trois personnes avenue Saint-Jean et trois personnes rue Saint-Louis), ainsi que les prises de congés des policiers".

À LIRE AUSSI

Image
Des migrants marchent aux abords du camp de Grande-Synthe, dans le nord de la France, le 14 avril 20
Grande-Synthe: les CRS refusent de partager le même hôtel que les migrants qu'ils ont évacués
Des CRS qui étaient mardi sur l'évacuation du camp de migrants de Puythouck, à Grande-Synthe dans le Nord, ont retrouvé le soir les personnes qu'ils avaient délogées l...
21 septembre 2017 - 09:42
Société
Image
Des CRS lors d'une manifestation.
Matraquage fiscal: la grève illégale des CRS pendant la loi travail
Au moins 2.000 CRS, selon les syndicats, se sont mis en arrêt maladie ce jeudi pour réclamer l'exonération de leur prime de déplacement. Ces fonctionnaires n'ont en ef...
21 septembre 2017 - 17:13
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don