Lisieux : mort mystérieuse d'un bébé de trois mois chez sa nourrice

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 26 septembre 2017 - 09:12
Image
La consigne de coucher les bébés sur le dos s'accompagne parfois d'un aplatissement de leur tête. A
Crédits
© JOEL SAGET / AFP/Archives
L'enfant ne se serait pas réveillée après sa sieste (illustration).
© JOEL SAGET / AFP/Archives
Un bébé de trois mois, déposé chez sa nourrice par ses parents, a été retrouvé mort lundi, dans son lit, à Lisieux (Calvados). Une enquête a été ouverte afin de découvrir les causes du décès.

Les causes de la mort du bébé restaient un mystère ce mardi 26, au lendemain du drame. Un nourrisson de trois mois est décédé lundi à Lisieux, dans le Calvados, chez sa nourrice.

La journée avait pourtant débuté comme n'importe quelle autre selon les éléments rapportés par France Bleu Normandie. La petite fille ne se serait tout simplement pas réveillée. Ses parents l'avaient amenée chez cette assistante maternelle dans la matinée, à 8h30. Celle-ci l'a immédiatement couchée pour qu'elle termine sa nuit.

Mais cinq heures plus tard, le bébé ne s'était toujours pas manifesté. Ne parvenant à le réveiller, la nourrice a prévenu le SMUR (Service mobile d'urgence et de réanimation). Mais une fois sur les lieux et malgré leurs tentatives pour le réanimer, ils n'ont pu sauver l'enfant.

La nourrice a dû être hospitalisée, en état de choc. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lisieux et une autopsie devrait être pratiquée dans les jours qui viennent. Aucun élément ne permettait en tout cas ce mardi de parler de mauvais traitement, et la mort subite du nourrisson apparaît comme une piste probable.

C'est en effet la première cause de mortalité chez les enfants de moins d'un an et elle touche en particulier les bébés de moins de six mois. Si l'on a tendance à parler de mort subite du nourrisson dès lors que l'enfant décède brutalement alors qu'aucun élément ne pouvait le faire craindre, il s'agit dans ce cas de mort "inattendue" du nourrisson. La mort "subite" implique que les examens post-mortem n'ont pas permis d'établir une cause du décès.

Selon l'Observatoire national de la mort inattendue du nourrisson, 400 à 500 cas seraient recensés chaque année en France. 

À LIRE AUSSI

Image
Un nouveau-né.
Mort subite du nourrisson : emmailloter son bébé multiplie les risques
Bien que parfois conseillé, notamment pour des bébés au sommeil difficile, l'emmaillotement des nouveaux-nés favoriserait le risque de mort subite du nourrisson, selon...
14 mai 2016 - 14:58
Lifestyle
Image
Un nouveau-né.
Bébé mort noyé à Vienne : comment éviter les dangers lors du bain ?
Mercredi, un enfant de six mois s'est noyé dans son bain alors que sa mère s'est absentée un bref instant pour répondre au téléphone. La salle de bains reste un lieu d...
07 septembre 2017 - 12:41
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Soros
George Soros entre coups de bourse, coups de cœur et coups d'Etat
PORTRAIT CRACHE - George Soros : le super-héros des marchés qui jongle avec les chiffres et secoue le cocotier de Wall Street quand il “n’ouvre pas les sociétés” à la ...
16 février 2024 - 16:00
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.