Massacre d'Oradour-sur-Glane : non-lieu confirmé pour un ancien SS

Auteur(s)
MM
Publié le 18 juin 2015 - 11:43
Image
Depuis le massacre, le village d’Oradour a été conservé en l’état.
Crédits
©Wikimedia Commons
Les SS avaient massacré 642 personnes à Oradour-Sur-Glane le 10 juin 1944.
©Wikimedia Commons
La Cour d'Appel de Cologne en Allemagne a confirmé que Werner Christukat, ancien nazi âgé de 19 ans en juin 1944, échapperait à un procès faute de preuves disponibles sur sa participation au massacre d'Oradour-sur-Glane en juin 1944.

Le non-lieu prononcé dans la procédure visant un ancien SS soupçonné d’avoir participé au massacre d’Oradour-sur-Glane a été confirmé par la cour d’appel de Cologne (ouest de l'Allemagne), a-t-on appris mercredi 17 juin auprès de la juridiction.

Werner Christukat, nonagénaire et ancien nazi, avait été inculpé en janvier 2014 pour le "meurtre en réunion" de 25 personnes et pour "complicité de meurtres" concernant des centaines d'autres victimes, au cours de la pire exaction commise en France par la Waffen-SS pendant la Deuxième guerre mondiale. La Waffen-SS (littéralement "armée de l'escadron de protection") était une composante militaire du IIIe Reich, distincte de l'armée allemande conventionnelle, composée de nazis convaincus et fanatisés, qui s'est tragiquement illustrée au cours du conflit par sa cruauté et ses exactions (particulièrement sur les populations civiles).

"Les propos de l'inculpé, admettant certes sa présence lors des évènements d'Oradour-sur-Glane mais réfutant avoir tiré ou assumé des tâches de surveillance ou de transport (des victimes) ne peuvent être a priori contredits par les moyens de preuve actuellement mis à disposition", a estimé le tribunal allemand confirmant ainsi la décision rendu en première instance. Werner Christukat, 19 ans au moment des faits, appartenait à une unité de la division SS "Das Reich", responsable de mort de 642 personnes, dont plus de 450 femmes et enfants, à Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) le 10 juin 1944. Il s'agit du plus grand massacre de civils commis en France par les armées allemandes

"Dans l'argumentaire de notre réquisitoire, nous estimions qu'un procès devait être ouvert, la cour d'appel a vu les choses autrement, je dois l'accepter", a déclaré Andreas Brendel, procureur général de l'Office central chargé d'enquêter sur les crimes nazis, qui mène depuis quatre ans les investigations sur Oradour.

À LIRE AUSSI

Image
Les commémorations du 6 juin 2014 ont été l'occasion pour la France d'accueillir les grands dirigeants du monde.
5 lieux emblématiques de la Seconde guerre mondiale (DIAPORAMA)
La France célèbre cette année le 71e anniversaire du Débarquement de Normandie. "FranceSoir" vous propose des escapades pour partir à la découverte de 5 lieux emblémat...
02 juin 2015 - 15:40
Lifestyle

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Blair
Tony Blair : de Bagdad à Davos, du caniche de Bush à un ersatz de Schwab
PORTRAIT CRACHE - Après avoir traîné son flair politique façon caniche de Bush sur les champs de bataille irakiens, Tony Blair, l'avocat devenu Premier ministre a su t...
15 juin 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.