Mère prostituée, SDF torturés, nouveau procès pour la "maison de l'horreur"

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 17 septembre 2018 - 13:50
Image
Grand mercato d'été à la justice pour des postes clefs de magistrats
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
La "maison de l'horreur" va connaître son troisième procès.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
La Cour de cassation ayant noté un vice de procédure, Marie-Daisy Delaplaine et Pascal Poudroux comparaissent de nouveau à partir de ce lundi dans l'affaire de la "maison de l'horreur", où la mère/belle-mère du duo ainsi que des SDF étaient séquestrés et torturés. Les deux accusés purgent une peine de 30 ans de prison.

Ils purgeaient une peine définitive de 30 ans de prison, mais la Cour de cassation a souligné un vice de forme lors de leur procès en appel. Marie-Daisy Delaplaine et Pascal Poudroux seront donc jugés de nouveau dans l'une des plus sordides affaires criminelles ayant touché la Réunion ces dernières années, celle de la "maison de l'horreur".

Le couple est accusé en effet d'avoir séquestré la mère de Pascal Poudroux dans sa maison de la Plaine des cafres, dans le nord-est du département ultramarin. L'affaire éclate en septembre 2012: une femme se présente aux forces de l'ordre, elle explique qu'elle vient de s'échapper de la maison de son fils qui la séquestrait avec sa compagne depuis des mois. L'enquête va rapidement mettre en lumière l'horreur qui se déroulait derrière les murs de cette résidence.

Le couple aurait non seulement retenu prisonnier leur victime, mais celle-ci été également torturée et prostituée par le couple , comme le rappelle la presse locale qui a couvert l'affaire. Mais la mère et belle-mère des accusés n'a pas été la seule victime. Le duo criminel a également torturé deux sans domicile fixe, avec pour seul nourriture des excréments, des vers et du piment dans un bocal. Les victimes subissaient également des agressions au manche à balai ou aux piments insérés dans les parties intimes.

Voir aussi: En dix ans, chute spectaculaire de 40% du nombre de condamnations pour viol

Les deux premiers procès, en première instance et en appel ont surtout mis en évidence le rôle de Marie-Daisy Delaplaine, "cerveau" du couple infernal qui a en outre été reconnue coupable de viol. Pascal Poudroux avait d'ailleurs nié son implication aux côtés de sa compagne ce qui n'avait pas empêché la lourde condamnation en appel en mars 2016 du duo décrit par un expert psychiatre (en première instance) comme "un couple diabolique" chez qui "la perversion est sans limite".

Lire aussi:

Gard: un footballeur professionnel renvoyé aux assises pour viol

Il viole une femme enceinte, elle saute du 3e étage pour s'échapper

 

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.