Mort de Jeremie Cohen : la classe politique se déchire au sujet de l'insécurité et de l'antisémitisme

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 06 avril 2022 - 20:50
Image
Un homme a été renversé par un tram près de Bobigny
Crédits
AFP
"Non, nous ne sommes pas au Far West, c'est bien pire ! C'est la loi de la jungle !"
AFP

Le 16 février dernier, Jeremie Cohen a été roué de coups par un groupe de jeunes, puis s’est fait percuter par un tramway vers Bobigny. Quelques heures plus tard, l'homme de 31 ans succombe de ses blessures, d’un traumatisme crânien et d’un arrêt cardio-respiratoire. L’affaire enflamme la toile et les candidats s'écharpent.

Bien qu'il soit avéré que le jeune homme était de confession juive, le procureur de Bobigny affirme qu'il ne "ressort pas des témoignages recueillis jusqu’à présent que l’agression ait été commise pour motifs discriminatoires". Quoi qu'il en soit, certains politiques s'indignent aujourd'hui du silence médiatique, qui a duré deux longs mois.

Tout en déplorant le caractère antisémite de l'affaire, Éric Zemmour (Reconquête) interrogeait : "Pourquoi aucun média, ni aucun politicien, ni aucun membre du gouvernement ne parle de la mort de Jeremie Cohen, tabassé par des racailles ?"  Marine Le Pen (Rassemblement national) condamne elle aussi ces actes, en ajoutant au débat la thématique de l'insécurité. Valérie Pécresse se risque à expliquer que "le nouvel antisémitisme était présent dans certains quartiers".

À gauche, Fabien Roussel et Yannick Jadot condamnent aussi fermement l’antisémitisme, souhaitant que lumière soit faite sur ces actes odieux. Natalie Arthaud (Lutte ouvrière) de son côté, répond à l’extrême droite en dénonçant une "instrumentalisation par Éric Zemmour", afin qu’il puisse justifier ses propos sur l’immigration. Enfin, Jean-Luc Mélenchon (la France insoumise) s'interroge quant au rôle joué par la police, fustigeant que la famille n’avait pas à se faire justice.

À ce propos, le père de la victime a courageusement témoigné : "J’aurai dû être là pour le protéger", déplorant par ailleurs la lente réaction des policiers. Ce n'est que le 10 mars, grâce à l'appel médiatique des deux frères Cohen, qu’une vidéo a été reçue pour faire avancer l’enquête.

Toujours est-il qu'à quelques jours de la présidentielle, tous les sujets sont bons pour que les candidats s’affrontent.

Sans surprise, Emmanuel Macron fait bande à part et ne participe pas au débat. Il reçoit cependant les proches de Jeremie Cohen au téléphone pour leur apporter son soutien, tout en déclarant : "Il ne faut pas donner lieu à des manipulations politiques". Rappelons les propos qu'il tenait le 31 mars dernier suite au cambriolage d'un agriculteur, au sujet de la légitime défense : "Nous ne sommes pas au Far West". Le président soutenait qu'il appartient à la "puissance publique" d'agir en conséquence.

À ce sujet, plus loin que les questions d'antisémitisme, le journaliste Vincent Hervouët s'indignait sur le plateau de CNEWS : "Non, nous ne sommes pas au Far West, c'est bien pire ! C'est la loi de la jungle !" Il dresse ainsi un tableau de notre société pour le moins inquiétant :

Notons que la loi française (Article 122-5 du Code pénal) permet à tout citoyen de se défendre, de protéger quelqu'un ou un bien, en cas d'attaque immédiate d'une autre personne. Pour cela, cinq conditions doivent être réunies : 

- L'attaque doit être injustifiée, c'est-à-dire sans motif valable ;

- La défense doit se faire pour soi, ou pour une autre personne ;

- La défense doit être immédiate ;

- La défense doit être nécessaire à sa protection, c'est-à-dire que l'unique solution est la riposte ;

- La défense doit être proportionnelle, c'est-à-dire égale à la gravité de l'attaque.

À LIRE AUSSI

Image
France-Soir
Mort de Jeremie Cohen : pas de "motifs discriminatoires" à ce stade, selon le procureur
L'enquête sur la mort de Jeremie Cohen, jeune homme de confession juive percuté par un tramway mi-février, ne permet pas selon le procureur de Bobigny d'établir à ce s...
05 avril 2022 - 20:58
Société
Image
Le Serment du jeu de Paume, 20 juin 1789, par Louis-Charles Auguste Couder.
De la violence légitime
TRIBUNE — Samedi 29 janvier 2022, des intellectuels italiens s'étaient déplacés jusqu'à Paris afin de rencontrer des acteurs de l'opposition française à cette gestion ...
05 février 2022 - 18:40
Opinions
Image
Alexandre Langlois Police Malade
Une police malade : Alexandre Langlois dénonce "un dévoiement de la vocation policière"
Alexandre Langlois, policier déçu, et nouveau candidat à la prochaine élection présidentielle, a accepté de développer pour France Soir les raisons l’ayant conduit à d...
07 juillet 2021 - 18:32
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.