"Nuit Debout": Finkielkraut insulté, la droite dénonce l'intolérance du mouvement

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

"Nuit Debout": Finkielkraut insulté, la droite dénonce l'intolérance du mouvement

Publié le 17/04/2016 à 15:11
©Bebert Bruno/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les images du philosophe Alain Finkielkraut invectivé samedi soir place de la République ont suscité dimanche des réactions indignées au sein de la classe politique française, la droite dénonçant "l'intolérance" du mouvement Nuit debout.

L'académicien, taxé de "néo-réac" par plusieurs de ses pairs et inlassable pourfendeur du politiquement correct, a été pris à partie par quelques individus, au pied de la statue de la République, selon les vidéos amateurs circulant sur les réseaux sociaux.

On y entend: "Casse-toi, sale facho", "Allez, bouge, bouge", "Dégage". Le polémiste, furieux, répond: "Fasciste!", hurle "Gnagnagnagnagna, pauvre conne" à une femme, avant de tourner les talons. En quittant la place, il lance: "Ça va, je me fais insulter, je peux répondre aussi".

Juste après les faits, M. Finkielkraut a expliqué avoir été "expulsé d'une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie c'est du bobard. Le pluralisme c'est un mensonge".

"On a voulu purifier la place de la République de ma présence", a-t-il confié au "Cercle des volontaires", qui se présente comme un "média indépendant sur internet". "D'autant que je ne venais que pour écouter (...) par intérêt, par curiosité", a-t-il plaidé.

Le député Les Républicains Eric Ciotti et la députée Front national Marion Maréchal-Le Pen ont tous deux estimé que Nuit debout avait montré son "vrai visage": "celui de la haine et de l’intolérance".

"Place de la République, on dénonce la discrimination, la précarité et l’oligarchie, on prône l’humanisme, le dialogue et une nouvelle démocratie, mais dans un entre-soi que rien ne saurait venir perturber", a dénoncé Eric Ciotti.

D'autres élus LR, comme Valérie Boyer, ont ironisé sur les débats selon Nuit debout: "écouter religieusement #Varoufakis, injurier #Finkielkraut, la tolérance selon la gauche", alors que le même soir, l'ancien ministre grec des Finances s'est exprimé devant l'Assemblée générale, pour apporter son soutien.

A gauche, Julien Dray a estimé sur I-Télé que "chasser" le polémiste de la Nuit debout n'était "pas une bonne chose".

Sur la place, samedi soir, l'incident était passé quasiment inaperçu. Dimanche, les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux parmi les participants de la Nuit debout, beaucoup regrettant que le philosophe ait été "chassé", mais nombreux aussi ironisant sur "Finkielkraut, la tête à clash", "le philosophe de la télé" dont la "parole fera date", en référence au "gnagnagnagnagna" du pourfendeur du déclin de l'école.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les images du philosophe Alain Finkielkraut invectivé samedi soir place de la République ont suscité dimanche des réactions indignées au sein de la classe politique française.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-