Paris: un drone a survolé le palais de l'Elysée dans la nuit de jeudi à vendredi

Paris: un drone a survolé le palais de l'Elysée dans la nuit de jeudi à vendredi

Publié le 20/01/2015 à 13:33 - Mise à jour à 18:54
©Don McCullough/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Un drone aurait brièvement survolé le palais présidentiel en fin de semaine dernière, selon les témoignages de policiers en faction sur place. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.

Après les centrales nucléaires, le palais de l'Elysée. Selon une information de la chaîne d'information en continu iTELE, révélée ce mardi, un drone aurait survolé la résidence présidentielle dans la nuit de jeudi 15 à vendredi 16.

Vers deux heures du matin, cette nuit là, des policiers en faction devant le palais de l'Elysée (8e arrondissement de Paris) repèrent le petit appareil d'aéromodélisme. De leur poste de garde situé avenue de Marigny, ils ont vu arriver l'engin, ressemblant à un hélicoptère à quatre hélices, venant de la place Beauvau.

Volant à une trentaine de mètres de haut, l'appareil a ainsi survolé brièvement le palais présidentiel par le mur ouest, avant de partir en direction de la place de la Concorde en suivant le parcours de la rue du Faubourg Saint-Honoré.

Toujours selon iTELE, il s'agirait d'un engin "trop léger pour transporter la moindre charge explosive". L'hypothèse d'un acte terroriste aurait ainsi été écartée. Plaisanterie, malveillance ou simple erreur, aucune autre piste n'est écartée, d'autant que l'appareil qui a effectué le survol peut "être doté d'une caméra".

Autre indice relevé, le drone en question serait d'un modèle "de faible portée, téléguidée à distance réduite". L'auteur des faits, qui devait ainsi se situer près des lieux, aurait pu être repéré par des témoins ou filmé par des caméras de surveillance.

Une enquête pour "conduite d'un aéronef non conforme avec les règles de sécurité", a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens, qui a créé une cellule d'enquête sur les drones. Les deux policiers témoins des faits ont été entendus.

Ces faits surviennent alors que, depuis le mois d'octobre dernier, plusieurs centrales nucléaires françaises ont été survolées sans autorisation et à de nombreuses reprises par des drones. La dernière alerte de ce type remonte au samedi 3 janvier.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une enquête a été ouverte et confiée à la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-