Pédocriminalité : Instagram est une passoire à contenus pédopornographiques

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 08 juin 2023 - 11:35
Image
Like
Crédits
Unsplash
Unsplash

DÉPÊCHE — C'est une enquête du Wall Street Journal, menée conjointement avec l'université de Stanford, qui plaque une nouvelle fois les projecteurs sur Instagram pour les contenus pédopornographiques qu'il héberge. Selon le journal américain, quelques simples mots clés permettent de plonger dans l'horreur et l'illégalité.

À en croire le rapport, c'est simple comme bonjour : "Instagram est actuellement la plus importante plateforme pour ces réseaux, grâce à des fonctionnalités telles que les algorithmes de recommandation de contenus et la messagerie, qui aide les vendeurs à entrer en contact avec les acheteurs."

Concrètement, en tapant des mots clés tels que #pedowhore ("jeune putain") ou #preteensex ("sexe pré-ado"), on tombe sur des comptes qui promeuvent ouvertement la vente de contenu pédopornographique en ligne. L'article s'étend un peu plus sur les détails, expliquant que ces profils "assurent être pilotés par les enfants eux-mêmes, et utilisent des pseudonymes ouvertement sexuels avec des mots comme petite salope pour toi".

Une fois sur ces profils, si la vente d'images n'est pas possible directement, il suffit de cliquer sur un menu et quelques options pour se voir proposer différents contenus : images, vidéos, et même "rencontres" dans certains cas. Puis, dès lors que l'on a cliqué, l'algorithme ne nous lâche plus. Le Wall Street Journal a créé un faux compte amateur pour voir comment cela se passait, et s'est retrouvé "inondé de contenus qui sexualisent les enfants" en messages privés en très peu de temps.

Sans surprise, cette affaire a permis à Elon Musk de tirer son épingle du jeu sur Twitter :

Malheureusement, c'est loin d'être une nouveauté pour Instagram. Associations et fonds de pension s'échinent depuis quelques années à prouver que le réseau "ferme les yeux" devant le trafic d'être humains, les contenus pédocriminels ou encore le harcèlement qu'il héberge. Cette fois-ci, le géant a reconnu qu’il manquait de sécurité et a assuré avoir mis en place un "groupe de travail" pour régler le problème.

À l'heure où l'Europe se rêve grande régulatrice du numérique, condamnant volontiers Twitter pour avoir quitté son code de bonnes pratiques — tandis qu'Instagram y figure encore, et claironnant toujours plus à propos de son "Digital Services Act", la libre circulation de ce type de contenus soulève bien des questions.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.