Perpignan : le chauffeur du car scolaire de 61 ans force une adolescente à l'embrasser, 6 mois avec sursis

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 28 septembre 2017 - 15:33
Image
L'ancien propriétaire d'un immeuble parisien squatté par des mal-logés demande à la justice de comda
Crédits
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
L'homme avait un casier judiciaire vierge.
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
Un chauffeur de 61 ans a été reconnu coupable mercredi par un tribunal de Perpignan d'avoir eu un geste déplacé en imposant à une adolescente un baiser sur la bouche. D'autres camarades de la jeune fille décrivent aussi des mains aux fesses et des propos salaces.

Il était visiblement un peu trop "caressant" avec les jeunes adolescentes qu'il était chargé de conduire à l'école chaque matin ou de ramener chez elles le soir. Un chauffeur de car de 61 ans a étécondamné mercredi 27 par le tribunal correctionnel de Perpignan pour des gestes déplacés sur des jeunes filles de 16 ans environ, et pour avoir essayé de voler des baisers aux intéressées, comme le rapporte le journal L'Indépendant.

A la barre, l'homme nie la plupart des faits qui lui sont reprochés. Certaines adolescentes, qui n'ont pas porté plainte, parlent de mots déplacés qui ont été prononcés à leur égard comme "mon amour" ou "ma chérie" et des propos à connotation sexuelle, voire de mains aux fesses.

L'une des victimes, qui elle s'est constituée partie civile, explique que le sexagénaire l'a embrassée de force sur la bouche alors qu'elle était venue vers lui pour lui demander une cigarette. Sur ce point précis, l'homme admet avoir commis le geste déplacé. "J’en ai 53 des gamins que j’emmène. D’habitude, je leur fais la bise normale et là, je ne sais pas pourquoi. C’est complètement con. C’est malencontreux", tente de se justifier l'homme, rappelant sa proximité avec les adolescentes: "Je les connais toutes depuis qu’elles sont petites".

Le chauffeur a été décrit par l'expert psychiatre comme quelqu'un qui "ne maîtrise pas ses pulsions". Le procureur a requis contre l'accusé huit à dix mois de prison avec sursis, trois ans de mise à l'épreuve et une interdiction d'entrer en contact avec des mineurs.

Le sexagénaire, au casier judiciaire vierge, a été condamné pour cette atteinte sexuelle à six mois de prison avec sursis (et 800 euros de dommages et intérêts pour la victime qui a porté plainte). Il n'a pas été frappé d'une interdiction d'entrer en contact avec des mineurs et il pourra donc garder son emploi.

À LIRE AUSSI

Image
Police nationale photo d'illustration uniforme
Rennes : des séances de désenvoûtement dérapent, une adolescente brûlée
Une jeune fille a été brûlé lors de séances de désenvoûtent à Rennes fin janvier, vient-on d'apprendre de source policière. Cinq personnes ont été placées en garde à v...
13 mars 2015 - 15:50
Société
Image
Un policier en uniforme.
Perpignan : une adolescente retrouvée égorgée, un homme s'est rendu
Une jeune fille de 17 ans, égorgée et atteinte de plusieurs coups de couteau, a été découvert mardi 25 en fin d’après-midi dans le parc de Maillol à Perpignan (Pyrénée...
26 août 2015 - 09:34
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Portrait Thierry Breton
Les numéros d’illusionniste du commissaire censeur Thierry Breton
PORTRAIT CRACHE - Thierry Breton, ingénieur devenu dirigeant d’entreprise, ministre, puis commissaire européen, a laissé derrière lui une ribambelle de restructuration...
24 février 2024 - 09:52
Portraits
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.