Puy-de-Dôme: un futur centre d'accueil et d'orientation pour migrants incendié

Puy-de-Dôme: un futur centre d'accueil et d'orientation pour migrants incendié

Publié le 24/10/2016 à 14:47 - Mise à jour à 14:48
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Dans la nuit de dimanche à ce lundi, un futur centre d'accueil et d'orientation (CAO) situé à Loubeyrat (Puy-de-Dôme) a été légèrement endommagé par un incendie volontaire. Pour permettre d'identifier les auteurs de cette tentative d'incendie, des enquêteurs de la brigade de recherche ont effectué des prélèvements.

Un futur centre d'accueil et d'orientation (CAO) situé à Loubeyrat (Puy-de-Dôme) a été légèrement endommagé par un incendie volontaire dans la nuit de dimanche 23 à ce lundi 24, a-t-on appris auprès de la préfecture et des pompiers. Le feu s'est déclaré aux alentours de minuit au niveau du hall d'entrée de ce bâtiment, qui était alors inoccupé, mais ne s'est pas propagé au-delà grâce à l'intervention des pompiers, indique la préfecture dans un communiqué.

Une enquête est ouverte et des enquêteurs de la brigade de recherche ont effectué des prélèvements pour permettre d'identifier les auteurs de la tentative d'incendie. "L'État condamne fermement cet acte qui, en plus d'être criminel et dangereux, bafoue les valeurs républicaines de la France, où offrir l'asile aux personnes fuyant les guerres et les persécutions est un devoir auquel on ne saurait se soustraire", ajoute la préfecture dans le texte.

Dans le Puy-de-Dôme, trois centres d'accueil et d'orientation sont mobilisés pour accueillir des migrants venus d'un bidonville (la "Jungle") implanté près de Calais. Après ceux de Clermont-Ferrand et de la commune voisine de Pessat-Villeneuve, le CAO de Loubeyrat devait être mobilisé "dans un second temps" pour les accueillir.

L'évacuation totale de la "Jungle" de Calais a démarré dans le calme et sur un rythme soutenu lundi, avec le départ d'une quinzaine de cars en fin de matinée vers plusieurs des 451 CAO ouverts un peu partout dans le pays. Le démantèlement du plus grand bidonville de France, où vivent 6.000 à 8.000 personnes selon les sources, doit s'étaler sur plusieurs jours.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'incendie ne s'est pas propagé grâce à l'intervention des pompiers.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-